AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Lun 17 Aoû 2015 - 20:39


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Ven 2 Oct 2015 - 19:49, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Lun 17 Aoû 2015 - 20:47



I
Toa Naekan

{na-EH-khan}

"Elle me sorti de ma stupeur et cria quelque chose. Je devais la suivre, me mettre à l'abri. L'instant d'après elle gisait à terre sa main serrant encore la mienne."

Photos / Vidéo
Instructions

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Histoire :
Naekan vivait sur une île connue pour sa taille imposante ainsi que sa région désertique assez développée. C'est dans cette dernière que s'était crée un petit village, loin de tout mais peuplé par quelques Matoran sous la direction d'une Turaga. Cette petite communauté vivait simplement, faisant uniquement des aller-retours vers la ville la plus proche quand cela était nécessaire. D'abord dans l'optique de se ravitailler en ressources nécessaires à leur survie et aussi afin de vendre le produit de leur travail. En effet, la majorité des Matoran du village produisait différentes poteries tel que des vases ou des plats divers. Du fait de la tranquillité les entourant, les Matoran pouvaient prendre tout leur temps afin de concevoir de très jolis objets d'une grande qualité leur conférant une certaine réputation.

Il arrivait souvent à Naekan de faire le voyage vers la ville accompagné de Nayah, une amie de longue date avec laquelle il partageait beaucoup de choses. Au fur et à mesures des voyages qu'il effectuait, il se rendit compte sans trop y faire attention que la fréquentation de la ville changeait. Des groupes d'individus au caractère violent se faisaient plus remarquer et la ville semblait moins sûre malgré la présence de certains Toa. Naekan eut d'ailleurs une altercation avec un de ces derniers quant il refusa de donner un vase sans qu'on le paie. Nayah s'interposa pour éviter toute violence entre les deux et qu'elle ne fut pas la surprise des deux Matoran quand en rentrant au village dans la soirée ils virent le même groupe de Toa en train de parler à leur Turaga. Ces derniers venaient l'informer qu'avec le nombre d'actes violents en augmentation dans la région, il serait préférable pour le village d'être protégé par les Toa, moyennant un tribut.

Ayant elle même été un Toa par le passé, elle refusa en expliquant que des Toa dignes de ce nom n'avaient pas à se faire payer pour protéger les Matoran. Surpris, le groupe de Toa ne chercha pas à argumenter plus avec la doyenne du village et reparti sous le regard de Naekan qui au fond de lui ressentait une grande admiration pour le choix que venait de faire la Turaga. Quelques jours plus tard, le village se fit attaquer par deux jeunes recrues du gang des Taarhyen. Les Matoran tentèrent bien que mal de faire face à l'ennemi mais la majorité étant des artisans, ils ne purent éviter la mort d'un des leur avant la fuite de leur agresseurs. Suite à cela, la Turaga ne pu qu'accepter de passer un accord avec l'équipe de Toa qui était venu la rencontrer. Naekan de son côté fut inconsolable pendant un long moment, pensant que l'altercation avec le Toa avait tout déclenché et que ce dernier n'était pas innocent dans l'attaque qui avait suivie. Nayah l'aida à affronter cette période de dépression, lui disant qu'il ne pouvait plus rien y faire et qu'il fallait se concentrer sur le futur maintenant quelque soit la situation dans laquelle se trouvait le village. Après tout ce dernier avait bien survécu pendant très longtemps, alors elle ne voyait pas en quoi il ne pourrait pas continuer ainsi. Toujours épris d'un sentiment de remords à l'encontre de son ami décédé, Naekan se sorti néanmoins du trou dans lequel il s'était plongé et repris sa vie, s'entraînant sur le côté afin de mieux pouvoir se défendre, lui et les siens.

Et cette occasion se présenta plus vite qu'il ne l'aurait voulu, étant donné que le village se fit attaquer une seconde fois par le gang des Taarhyen, cette fois-ci au complet et mené par leur chef, l'imposant Skoghiarr. Son entraînement ne lui fût finalement d'aucune aide, Naekan ayant des flashs de la première attaque au même moment où il faisait face à la seconde, d'une violence sans nom. Les Taarhyen ne semblaient avoir aucune hésitation et massacraient tout ce qui bougeait, même les Matoran implorant de les laisser en vie. L'incompréhension et le chaos clouèrent Naekan sur place, Nayah le sortant de cet état en lui donnant une claque avant de lui prendre la main et lui crier de la suivre. L'instant d'après une attaque fit voler en éclat le bras gauche de Naekan, ses yeux se dirigèrent alors vers ceux de son amie qui se retournait pour voir ce qui se passait. L'instant d'après, Nayah qui tenait encore la main raccrochée au bout de bras de Naekan eut la tête réduite à néant suite à un coup de marteau. Son corps sans vie et méconnaissable s’effondra alors que Naekan sans voix chuta en arrière et perdit connaissance des suites de la grosse perte d'aegis de son bras manquant. Ses yeux s’entrouvrirent encore de temps à autre, assistant à la destruction continue de son village et au pillage des poteries. Il se réveilla un instant plus tard, et sans savoir si le gang était encore dans les parages commença à ramper tant bien que mal vers le corps allongé de sa Turaga. Cette dernière, à bout de vie, fixa Naekan qui lui aussi manquant cruellement d'aegis approchait de la fin. Néanmoins, la Turaga après s'être excusé de ne pas avoir fait cela avant décida de concentrer ses dernières forces vers Naekan, le transformant ainsi en Toa en même temps où elle perdait la vie.

La transformation fut douloureuse pour Naekan qui avec un bras en moins et un gros manque d'aegis n'avait juste pas l'énergie suffisante pour affronter un tel phénomène. Il survécu néanmoins, son corps de Toa rendant son état stable et lui permettant d'avoir un nouveau bras, bien qu'entièrement mécanique. Pour le tout jeune Toa néanmoins la mort aurait été préférable à ce qu'il était devenu. Son village, ses proches, Nayah... Tout n'était plus qu'un lointain souvenir et sa vie n'avait alors plus aucun sens, à bon quoi continuer à vivre dans cette état, seul et abandonné de tous. Ce n'est qu'après beaucoup de réflexions et avoir pris le temps de se reposer et de s'habituer à son nouveau corps qu'il décida que quelqu'un devait payer pour tout ça. Sentiment exacerbé à la vue de ce qui restait de sa meilleure amie. Avant de partir il trouva une scie circulaire qui était le seul objet dans le village se rapprochant d'une arme à sa taille et la pris avec lui.
Avec pour seul objectif de se venger du gang qui avait anéanti sa vie, Naekan découvrira que bien d'autres groupes du même acabit brutalisent un monde vaste qui lui est totalement inconnu.

Caractère :
Naekan a toujours été épris d'un sentiment de justice. Néanmoins, de peur de vouloir mal faire, il reste souvent en retrait, préférant laisser les autres faire. Cette dualité dans son caractère l'a toujours troublé, et il a tenté tant bien que mal d'y remédier avec les années sans trop de succès. Assez renfermé, il lui arrivait néanmoins d'avoir des liens forts avec quelques individus. Sa transformation en Toa l'a fait promettre de ne plus blesser aucun innocents, se sentant en partie coupable de l'attaque ayant eu lieu sur son village. Qui plus est, il éprouve un sentiment de remords à l'idée d'être le seul survivant alors qu'à ses yeux il ne le méritait pas plus qu'un autre. Il est désormais résolu à éliminer ceux ayant perpétrés l'attaque, ne laissant aucune émotions trahir sa mission et n'ayant plus le goût de s'attacher à quoi ou qui que ce soit, repensant tout de même de temps à autres à ceux de son village ayant péris et plus particulièrement Nayah. Cette vengeance fait ressortir en lui un côté instinctif, se disant qu'il n'a plus rien à perdre. Planifiant tout de même sa façon d'attaquer étant assez intelligent, il lui arrive donc des fois de ne pas réfléchir plus que ça avant de se lancer dans un conflit.

Habilités :
Agile et rapide, Naekan arrive à se mouvoir assez facilement malgré quelques faiblesses du fait de sa transformation douloureuse. Cette dernière a aussi affecté la puissance de son pouvoir élémentaire : le magnétisme, qu'il a tout de même du mal à maitriser, se concentrant le plus souvent sur le maniement de son disque. Son Kanohi ainsi que le pouvoir qui lui est lié sont pour l'instant inconnus.

Armes :
Le Toa utilise une scie circulaire qu'il a trouvé à terre dans les décombres de son village. Le plus souvent il s'en sert de projectile mais peut aussi l'utiliser tel un bouclier ou encore pour frapper directement un adversaire en face de lui, les lames de la scie étant particulièrement tranchantes. Ses pouvoirs du magnétisme couplés à sa scie font qu'il peut projeter cette dernière avec aisance et même l'attirer plus ou moins vers lui une fois lancée. En plus de cela, son bras gauche reconstruit possède une main assez lourde qui lui sert à donner des coups de poings violents, là encore lui permettant en plus de maintenir ses adversaires dans une prise serrée.
- - -

Époque :
Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:06, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Mar 18 Aoû 2015 - 20:26



II
Saoz'nia

{SA-ose-nia}

"Et elle fut enfermée pendant dix jours et dix nuits. Et les cris résonnent encore."

Photos / Vidéo
Instructions

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Gang :
Aoxia
{AH-oh-xi-ha}
Ce gang est composé de tous les exclus, de tous ceux qui n'avaient nul part où aller, souvent jeunes et sans rien à perdre, préférant vivre la vie au jour le jour et sans se soucier de la répercussion de leur actions. Rejeté et ayant échappé de peu à un puits d'esclaves, le fondateur du gang décida que pour se démarquer à jamais des autres et montrer sa situation de paria, il repeindrait certains morceaux de son armure. Cette nouvelle apparence né de l'imagination de celui qui se repeint représente le nouveau soi, qui laisse le passé derrière et embrasse sa nouvelle situation où qu'elle le mène, sans maîtres ni limites. Les Aoxia de ce fait sont imprévisibles et n'hésitent pas à forcer pour obtenir ce qu'ils veulent sans se soucier de savoir si ils font ça dans les règles ou si ils empiètent sur des plate-bandes qui ne sont pas les leurs. Avec le temps, le gang eu la réputation d'être le fond du fond, là où trainaient tous les incompétents, les lâches, les bons à riens et tous ceux qui n'étaient pas assez bons pour intégrer d'autres gang. Le chef fut agacé par cette réputation au bout d'un moment et bien qu'il se voulait être le refuge des déviants, il savait que son gang qui comptait beaucoup de membres en comptait surtout beaucoup qui ne méritait même pas de vivre. Dès lors et des suites d'une purge, il décida que chaque nouvel arrivant devrait passer un test : un duel à mort. Après tout, si il n'était même pas digne d'entrer dans les Aoxia alors il ne méritait même pas de vivre et la mort était encore un sort préférable. C'est ainsi qu'il repris d'une poigne de fer le commandement de son gang, et remis un point d'honneur à redonner sa symbolique à l'acte de se peindre qui au fil du temps n'était plus perçu que comme un simple enfantin. Ce côté plus sérieux était avant tout entretenu en coulisses car en soit en apparence le gang passait toujours son temps à traîner et à attaquer quand bon lui semblait sans trop de raisons et sans trop se soucier des conséquences.

Origine du nom :
Aoxia est un terme inventé il y a fort longtemps et utiliser encore de nos jours pour définir un phénomène ou une chose étrange voire incompréhensible. C'était un terme souvent utilisé à Ruinscape par les Matoran face aux nombreuses découvertes qu'ils faisaient et leur semblait menaçantes, qu'ils rapprochaient même des fois à des phénomènes mystiques et hors du commun. C'est ce côté irréel, n'ayant pas sa place dans l'environnement qui a décidé le chef des Aoxia à utiliser ce mot comme nom de gang. Car tout comme ces phénomènes d'époque, ses membres ont tous été rejetés par les structures formant la société, telles des pièces ne se conformant pas au puzzle, devenant dès lors encore plus apparentes au yeux de tous. Cet aspect différent entraînant la méfiance et l'inconfort de ceux les jugeant semble encore plus leur convenir, étant eux aussi craints du fait de leur comportement chaotique. Aoxia définit donc bien ce gang, en dehors de la réalité et menaçant envers ceux qui y vivent et leur façon de la cerner.
- - -

Histoire :
Saoz'nia faisait partie d'une famille de réfugiés Shikelian qui s'était faite expulsée il y a bien des générations de l'île mère Shan-kio suite à des conflits inter-familles. Au fil des siècles, la famille composée des matriarches, des filles héritières et des serviteurs réussit à se faire une place dans le milieu du commerce et acquit une petite fortune. A force de relations et de nouveaux contacts, elle finit par entrer dans de nouveaux secteurs, certains plus obscurs que d'autres. Du fait de la hiérarchie inhérente aux familles Shikelian, il est au final assez peu surprenant de voir qu'elle se rapproche d'une organisation similaire à celle d'une mafia, ce qu'elle finit par devenir jouant sur des activités de façades pour cacher les moins présentables.

Saoz'nia était la cadette des deux sœurs héritières de la famille et contrairement à l'aînée elle se sentait constamment rejeté dans les décisions. Sa jeunesse impliquait une certaine fougue et une envie de voir les choses avancer plus vite, des alliances à former jusqu'au degré de violence à appliquer dans les vengeances quand ces dernières étaient nécessaires. Malheureusement pour elle, sa mère ne voyait pas du tout les choses de sa façon, la trouvant trop pressé, presque trop agaçante au contraire de sa sœur ainée, Stoyska. Cette dernière était bien plus proche de la matriarche de la famille, faisant véritablement office de bras droit, et ayant souvent un avis similaire tout en ayant suffisamment de recul pour apporter des solutions souvent bien vus. Face à ce duo, qui n'hésitait pas à la punir quand elle agissait de façon trop indépendante ou contraire à ce qui était attendu d'elle, Saoz'nia commença à les ressentir et à nourrir de la haine à leur égard car elle voyait bien qu'elle n'était pas prête de remplacer sa mère au poste de cheftaine de famille et de tout ce que cela impliquait. Face à ce qui semblait être une vie sans issue et incapable elle même de se remettre véritablement en question par rapport a ce qu'on lui demandait, elle garda l'oreille ouverte quand elle entendit parler de tractations internes visant à renverser sa mère et sa sœur ainée. Des serviteurs menés vraisemblablement par son incapable de frère ainé voulaient en effet prendre eux même la direction des affaires. Un des serviteurs approcha Saoz'nia et lui proposa de se joindre à eux, que même si son frère prétendait prendre le pouvoir, il pouvait très bien mis être de côté une fois les deux cheftaines hors d'état de nuire. Après tout c'était bien la tradition ancestrale des Shikelian que d'avoir une matriarche, alors pourquoi en serait il autrement maintenant, elle aurait sûrement plus de crédibilité. La jeune héritière se chercha un peu, pesant le pour et le contre de la situation puis décida finalement d'aider le groupe, le plus souvent de façon assez marginale, lors de missions de sabotage exécutées dans le but de créer la zizanie entre les alliances existantes.

Au fur et à mesure, Saoz'nia pris de plus en plus de plaisir à ce qu'elle faisait, ce fut comme un coup de fouet à sa vie qu'elle avait jusqu'à alors vécu comme prisonnière. Néanmoins son frère n'était pas aussi stupide que ça et l'arrivée de Saoz'nia dans son alliance était pour lui l'occasion idéale de rejeter la faute sur une personne si son complot venait à se faire savoir, lui évitant alors bien des problèmes. Des problèmes qui finirent par arriver, quand la mère et sa fille furent sûres de ce qui était en train de se passer et agirent en conséquence. L'alliance fut réduite à néant, chacun de ses membres tués lors d'une de leur réunion pendant qu'au même moment lors d'une rencontre en petit comité, le frère fut décapité sous l’œil des trois filles de la famille. Pas dupes, les deux cheftaines condamnèrent alors Saoz'nia à l'exil du fait de sa participation. Un exil particulier puisqu'elle serait prisonnière à la Vosg, sorte de prison d'où l'on ne ressortait jamais vivant et où elle avait déjà fait un séjour. C'était sans compter le fait que Saoz'nia avait elle même créée son petit groupe de fidèles au sein du complot qui surgit alors pour attaquer. Dans le chaos qui suivit, le manque de sécurité aidant du fait du caractère de la réunion, Saoz'nia réussit à tuer sa mère alors qu'autour d'elle ses comparses se faisait massacrer. Elle réussit néanmoins à s'échapper tout en sachant que bien sûr elle ne pourrait jamais revenir et que sa soeur ainée, maintenant matriarche selon le code enverrait sûrement des serviteurs pour la tuer.

Déchue, et sans aucun support elle finit par rejoindre quelque temps plus tard le gang des Aoxia. Saoz'nia fut en effet conquise par leur état d'esprit et leur façon de faire. Sans limites ou répercussions, elle était libre de faire ce qu'elle voulait dans cet environnement. Et surtout, elle gardait en tête cette idée tenace de se venger de sa sœur un jour, et qui sait peut être pourrait elle se servir du gang pour arriver à ses fins. Quoiqu'il en soit, au fil du temps elle finit par être assez proche du chef du gang qu'elle respectait beaucoup lui rappelant un Shikelian du complot avec qui elle avait passé beaucoup de temps. Elle finit même par devenir son bras droit en quelque sorte, jamais loin et toujours prête à le défendre et ce jusqu'à la mort.

Caractère :
Saoz'nia peut sembler immature, son impatience et son envie de foncer sans réflechir lui ayant joué des tours à de nombreuses reprises. Elle reste néanmoins déterminée et prête à tout pour accomplir le but qu'elle s'est fixé comme de nombreux autres membres de son espèce. Un tant soit peu jalouse et traître, elle peut néanmoins se réveler de confiance lorsqu'elle respecte vraiment un individu. Chose assez rare néanmoins, Saoz'nia préférant faire les choses à sa façon sans interventions extérieures, n'aimant pas du tout se faire sermoner. Elle ressortie aussi changée de son internement, comme traumatisée et aussi plus accrochée à sa vie, réflichissant juste un peu plus avant d'agir.

Habilités :
La jeune Shikelian est agile et rapide, son corps étant particulièrement entraîné par des sessions journalières d'exercices physiques. De ce fait elle se déplace avec grâce et sans bruits, arrivant qui plus est à mouvoir son corps de façon spectaculaire, courbant son dos quand cela est nécessaire et jouant des jambespour se baisser et se propulser plus rapidement vers son adversaire. Sa vision acerée lui permet de cibler précisèment une partie du corps de son ennemi et de concentrer ainsi sa force, jouant sur ses muscles pour lancer un coup puissant et net.

Armes :
La Shikelian utilise deux lames similaires à des pics à glace particulièrement aiguisées et capables de s'enfoncer sans accros dans le métal. Ses armes du fait de leur légereté sont très facilement maniable et peuvent aussi bien être utiliser pour trancher ou piquer une partie du corps selon la situation ou la façon dont a envie de se battre Saoz'nia. Son corps pourrait d'ailleurs être aussi considéré comme une arme, ses coups faisant très souvent mouche dès suite d'une execution rapide et précise.
- - -

Époque :
Livescape-Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:06, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Mer 19 Aoû 2015 - 12:58



III
Usine Vaexh

{va-EKSE}

"Un bruit sourd. Puis la sensation inexplicable de malaise."

Photos

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Histoire :
L'usine Vaexh est une des nombreuses structures de ce genre qui apparut pendant Neverscape, période propice à l'évolution des technologies et des façons de faire. Cette course à l'industrialisation n'étant néanmoins pas sans problèmes et l'usine Vaexh en est hélas l'une des représentante. Les raisons sont encore gardées secrètes mais un incident vint troubler le régime de production de l'usine. Un bruit d'explosion détonna, mais aucune trace de dommages extérieurs n'apparut. A la place un gaz se répandu qui intoxiqua bien vite les ouvriers de l'usine.
Sorte de cimetière d'acier, l'usine fut bien vite abandonnée par l'entreprise Vaexh qui ne chercha même pas à nettoyer la zone, préférant déclarer le bâtiment en quarantaine. La société fut démantelée peu de temps après du fait de son lien avec d'autres activités criminelles.
Ce qu'il reste au final de l'usine, c'est un symbole des abus de l'époque et des dommages commis par l'imprudence et l'envie de puissance. Rejetée par la plupart des habitants des villes aux alentours, l'usine est néanmoins utilisée par certains gangs d'après les rumeurs qui court. Ce qui est sûr c'est que ses lumières, elles, restent constamment allumées, et que dans la nuit on pourrait la comparer à un phare, dégageant une sensation d'attirance couplée à celle d'un danger inexorable.  
- - -

Époque :
Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Sam 29 Aoû 2015 - 18:07



IV
Jaas

{JA-ah-ce}

"Et alors que ses camarades périssaient devant lui, il ne laissait transparaître aucun regret, juste un petit rire nerveux, l'air légèrement agacé."

Photos / Vidéo
Instructions

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Gang :
Paen'Aysh
{pa-ENNE-ish}
Un gang sans véritable chef ni organisation qui regroupe plusieurs individus ayant tous pour point commun le feu et surtout leur amour pour ce dernier. Cette tribu de pyromanes se réjouit dans l'anéantissement de toute choses par le feu, l'odeur qui en ressort et les douleurs si particulières qu'il cause. Certains préfèrent voir des structures réduites en un instant tandis que d'autres sont plus à même d'aimer "marquer" ceux qui s'opposent à eux, leur laissant une trace à vie. On y trouve aussi bien des "naturels", ceux ayant un pouvoir directement lié au feu, que des "factices" devant user d'armes et autres outils pour arriver à leur fin. Il existe une démarcation non-dite mais clairement visible entre les deux groupes, tant bien qu'il y a une sorte de concurrence entre les deux lorsqu'ils doivent remplir une mission.
Car en effet, si les Paen'Aysh commettent des actions violentes de leur plein gré, il s'agit surtout d'un gang utilisé par d'autres gangs plus importants afin de remplir certains contrats pour eux du fait de leur expertise dans le feu. On les retrouve souvent dans des missions d'intimidation, lorsque par exemple un village Matoran refuse de payer un tribut et qu'ils sont envoyés afin de faire brûler une partie des champs cultivés ou des habitations.

Origine du nom :
Peu après la défaite d'Ediana à Ruinscape, eut lieu ce qu'on appela "le Réveil". Sans l'esprit de la peur pour rendre malade les Toa, ces derniers commencèrent à sortir des basiliques construites par les Matoran, et revigorés partirent à l'attaque des espèces guerrières qui menaçaient leur village. Du fait de rumeurs qui circulaient, prétendant que Ediana avait été tué par le feu, le tout mélangé à la religion de Saagen (faisant du soleil une divinité), les Matoran et Toa décidèrent que pour véritablement éliminer la menace, il ne fallait pas simplement indisposer ou tuer mais capturer puis brûler vivant ces créatures vicieuses et méchantes. Les Matoran donnèrent à ces créatures à l'esprit malade (car "semblables" à Ediana qui avait infecté en premier lieu les Toa avec une maladie) le nom de Aysh, vient s'ajouter le terme Paen qui signifiait "purifier par le feu" et plus généralement la cérémonie/l'acte de faire brûler vif ces créatures. Avec cette crémation, il était question de libérer l'esprit de la créature pour qu'il retourne à Saagen. La cérémonie faisait aussi donc office d'offrande en quelque sorte afin de remercier le soleil et de lui montrer que les Toa et Matoran faisaient tout ce qu'ils pouvaient afin de rendre ce monde meilleur, pacifique, et sans menace. Cela entraîna un grand respect pour les Toa du feu particulièrement qui pour certains villages croyants étaient vu comme des envoyés de Saagen du fait de leur pouvoir permettant de brûler directement les créatures, sans utiliser un moyen "détourné". Néanmoins, quand l'équipe de Toa qui avait vaincu Ediana eu vent de ces pratiques elle décida de les désapprouver fermement ce qui par la suite provoqua une baisse de ces cérémonies et une certaine honte de la part des Matoran et Toa d'avoir agi ainsi. D'autant plus que beaucoup d'espèces innocentes avaient souvent été massacrées de cette façon dans la ferveur religieuse et l’allégresse qui avaient suivi la victoire contre Ediana. C'est aussi une des raisons pour laquelle les Matoran et Toa furent mal vus par d'autres espèces par la suite. De ce fait, à Neverscape, les termes Paen'Aysh sont considérés comme tabou par la majorité des Matoran et Toa, reflet d'une période de l'histoire assez peu glorieuse qu'ils préféraient pouvoir oublier.
- - -

Histoire :
Avant de rejoindre les Paen'Aysh, Jaas faisait parti d'un gang de motards. Son habilité à voler tout en ayant une maîtrise de sa moto lui permettait d'attaquer de façon assez spectaculaire ses opposants tout ayant la reconnaissance des autres membres du groupe. Néanmoins, cela ne l'empêcha pas de les trahir plus tard alors qu'ils étaient au prise avec un autre gang.
Ce gang c'était celui des Paen'Aysh qui avaient en effet rempli une mission pour les motards quelques temps plus tôt. Seul problème, alors qu'ils avaient conclu un accord pour une simple manœuvre d'intimidation sur un village, les pyromanes finirent par le brûler complétement, le réduisant à néant ainsi que les bénéfices qu'il aurait pu rapporter aux motards. S'en suivit une vengeance qui entraîna alors un conflit fait de petits coups et d'escarmouches. A cette époque, Jaas était derrière son gang mais au fur et à mesure qu'avancèrent les choses et que les motards baissaient en nombre, il commença à douter. Puis un jour, il commença à entendre des rumeurs et autres bruits de couloirs quant à une éventuelle embuscade, la dernière, censée mettre fin à son gang. Déjà déçu par ce dernier depuis quelques temps et la façon dont il était dirigé, il décida de ne pas faire remonter l'information et à l'inverse parti contacter les Paen'Aysh, leur proposant de rendre les choses encore plus faciles pour eux, en échange de lui laisser la vie sauve. La décision prise, il retourna voir les siens et assura au chef qu'il ne s'agissait que de rumeurs, rien de plus et qu'il n'était pas nécessaire au groupe de changer son itinéraire. L'attaque eu lieu et Jaas, au premier rang, pu observer ses anciens équipiers brûlés vifs, le bruit des moto explosant en fond couvrant à peine leur cris de douleurs. Pour montrer sa fidélité, il réduit à son tour son véhicule en pièces face aux membres du gang qu'il allait à présent rejoindre. Mais étant un traître et qui plus est un factice, Jaas se retrouva comme parias parmi les parias, avec aucune chance de trouver ne serait-ce qu'une once de respect. Bien que cela n'importe pas à tous les membres du gang, certains en effet voyant l'efficacité de Jaas dans certaines missions commencèrent à l'approcher par la suite.

Caractère :
Jaas est un individu à la démarche particulière, gracieuse et élancée, qui ressort encore plus quand il se trouve dans les airs. Sous ses yeux fins se cache une personnalité assez extravagante, un tant soit peu hautaine et particulièrement égoïste. Si Jaas est du genre à bien faire ce qui est demandé de lui, c'est car il aime quand on le complimente, retirant une satisfaction toute particulière à se sentir mieux que les autres car plus efficace. Ce côté calme est néanmoins contrasté par des instants, rares mais présents, où la colère prend le dessus et où il baisse la garde, perdant le contrôle.

Habilités :
Jaas est agile sur terre mais c'est réellement dans les airs qu'il s'épanouit du fait des ailes propres à son espèce lui permettant de voler sur des petites distances. Qui plus est, elles lui permettent aussi d'être plus rapide sur terre en lui permettant de s'alléger et ainsi gagner en vitesse.

Armes :
Lors de son arrivée dans le gang, Jaas dû concevoir sa propre arme afin de pouvoir lui aussi se servir du feu pour mener à bien ses mission en tant que factice. Après avoir détruit sa moto, il décida de garder son réservoir à essence afin de le réutiliser comme tel et en fit la partie centrale de son lance-flammes. Ce dernier a été conçu pour tirer en longue portée, permettant à Jaas de facilement toucher ces cibles et de loin quand il plane au dessus du sol.
- - -

Époque :
Livescape-Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Lun 31 Aoû 2015 - 9:06



V
Ult'k

{ult-que}

"L'air absent, le crochet trainant, cette odeur d'essence mêlée au bruit du métal rouillé. Oublié l'espoir, tous fascinés devant ce vide béant."

Photos / Vidéo
Instructions

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Gang :
Ult'k
{ult-que}
Plus qu'un gang, on pourrait définir les Ult'k comme une sorte de culte plus que mystérieux. On sait peu de choses sur eux si ce n'est qu'ils restent enfermés dans leur repère, au Pieux des Oubliés. Il sortent peu, semblant patrouiller les environs sans véritable but. Néanmoins, ils font preuve du grande agressivité si un intrus s'approche un peu trop près.
Les Ult'k sont véritablement apparus du jour au lendemain, sans que l'on ne se rende compte de leur présence soudaine. Ce n'est qu'après la mort de certains voyageurs essayant de traverser les Pieux qu'on les découvrit. Et encore cela est un bien grand mot, personne ne voulant vraiment s'approcher. On pense néanmoins savoir que les Ult'k vénèrent un chef, lui obéissant au doigt et à l’œil. Là encore, rien de sûr quant à son identité même si il est dit qu'il s'agit d'une femme.

Origine du nom :
A Ruinscape, dans le flot des guerres et de violences et malgré les avertissements, des Matoran décidaient tout de même de quitter leur communautés fermées afin d'aller s'aventurer à l'extérieur. Dans la majorité des cas, ils ne revenaient hélas jamais dans leur village. "Ult'k" fut le nom donné à ces Matoran, et que l'on pourrait traduire par "oubliés" ou "perdus", impliquant qu'ils étaient morts à l'extérieur dans des conditions inconnues et horribles. Ces pertes entraînaient une paranoïa encore plus importante des Matoran à l'époque, déjà entourés par de nombreux mythes et légendes décrivant un monde qui leur était plus que hostile. De ce fait à l'époque, on prononçait peu ou a voix basse le mot "Ult'k" l'interprétant comme une sorte de malédiction qui pourrait attirer la violence et la perte sur leur village. En effet, qui disait que les Matoran à l'extérieur n'avait pas vendu la localisation de leur village avant de mourir dans un espoir de sauver leur vie ? C'est dans ce contexte d'inconnu, de peur et de croyance qu'était donc utilisé ce mot aux connotations plus que macabres pour définir des Matoran qui avaient fait leur choix et qui l'avaient payé du prix fort, ne laissant derrière eux qu'une ombre, un souvenir éparse de qu'ils avaient été.
Ce sont les Matoran qui ont donné le nom au culte, l'apparence des créatures leur rappelant des sortes de morts-vivant, des créatures qui par le passé avait peut être été différentes mais dont on avait tout oublié.
- - -

Histoire :
Tous les Ult'k ont une apparence plus ou moins similaire, rendant le culte encore plus homogène. La grande question reste néanmoins de savoir si ces créatures sont nées avec cette apparence ou si elles ont été transformées, ayant eu une vie avant de devenir ainsi. Question qui restera peut être sans réponses étant donné que les Ult'k ne peuvent pas parler, grognant juste de temps à autres, très rarement, quelques bruits qui semblent être sans significations. La seule trace de communication qui pourrait émaner de ces créatures étant leur unique œil, à la faible lueur rouge, seul point de lumière dans l'obscurité qui leur sert de refuge.

Caractère :
Les Ult'k se déplacent de façon un peu saccadée, lente, laissant traîner leur crochets et autre lames sur le sol quand ils ne font qu'arpenter les Pieux. De ce côté calme ressort néanmoins un certain malaise ambiant, les intentions des Ult'k n'étant pas connues. Intentions qui deviennent claires quand un intrus s'aventure dans les Pieux. Dès lors leur comportement change radicalement, se changeant en celui de chasseurs à l'affut de leur proie. Cette dernière dont ils mettront fin à ses jours sans une once de remords, ayant visiblement perdus toute faculté à penser par eux, voir à penser tout court, tout comme leur faculté à ressentir une quelconque émotion.

Habilités :
Malgré leur apparente passivité lorsqu’ils patrouillent, les Ult'k deviennent plus dynamiques et encore plus alertes aux mouvements autour d'eux lorsqu'ils ressentent la présence d'un intrus. Ils peuvent alors se déplacer vite, sautant de corniches en corniches pour atteindre l'ennemi, n'hésitant pas à lui sauter dessus depuis une zone sur-élevée ou alors à l'attaquer par derrière, étant aussi capables de ne faire aucun bruit lorsqu’ils traquent une proie apeurée. Ils peuvent aussi se désarticuler, rendant leur apparence encore plus terrifiante et leur permettant de se déplacer dans des couloirs plus exigus.

Armes :
En guise d'armes, les Ult'k utilisent les crochets, griffes et autres lames placées au bout de leur bras et leur permettant de s'emparer rapidement d'un ennemi avant de le mettre à terre pour l'achever.
- - -

Époque :
Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Mar 1 Sep 2015 - 9:08



VI
Les Pieux des Oubliés

{-}

"A vouloir communiquer avec les morts on finit par se trouver en face de la mort elle même."

Photos

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Histoire :
Les Pieux ont servi par le passé de lieu de pèlerinage du fait des formations rocheuses, pareilles à de hautes tours qui dans certaines des religions, Matoran ou non, étaient vu comme autant de ponts menant vers les cieux. Ces derniers étant eux même interprétés de diverses façon (pour la religion de Saagen par exemple où son soleil déifié se trouvait dans les cieux d'où l'idée d'un lieu de divinité).
Qui plus est, il était aussi dit que les Pieux permettaient de communiquer avec les morts. Les formations rocheuses permettant de faire passer le message que l'on avait à transmettre, directement aux décédés afin que dans certains cas ils puissent y trouver un certain repos si les conditions de leur mort avaient été tragiques. C'est de là que vient le terme "oubliés" des Pieux des Oubliés. Avec le temps et après quelques conflits de religion autour du lieu, ce dernier se vit de plus en plus déserté, fréquenté ici et là par quelques fervents croyants.
C'est dans ce climat que les Ult'k commencèrent à investirent les Pieux, là encore sans que grand monde ne s'en rende compte. Contrairement aux précédents religions qui utilisaient le lieu avant tout pour prier, le culte nouvellement arrivé quant à lui commença à creuser des galeries et autres souterrains, des fois trouvant sur leur route d'autres galeries creusées il y a bien longtemps. De ce fait il y a réellement deux parties aux Pieux, celle visible avec ces formations pareilles à des stalagmites et celle plus confidentielle faite de cavernes labyrinthiques où les Ult'k rôdent.
Qui plus ces derniers ont amené progressivement des structures pareil à des plaques d'acier et autre métaux. Certaines utilisées pour créer des passerelles et d'autres qui traînent tout autour des Pieux et à l'intérieur, faisant plus penser à un débarras qu'à autre chose.
Les Pieux en soit peuvent être contournés ce qui fait qu'un voyageur prudent peut facilement rester en vie si il ne s'approche pas trop près de la zone. Néanmoins certaines galeries ont permis de déboucher sur d'autres endroits, créant ainsi des raccourcis qui pourraient être bien utiles pour le déplacement si ils n'étaient pas fortement gardés par les Ult'k qui ne voient pas particulièrement le côté pratique de la chose.
Quant aux raisons qui ont poussées les Ult'k à s'y installer, nul le sait vraiment. Tout comme cette étrange coïncidence entre la forme des Pieux à celle des tuyaux qui semblent enfoncés en eux...
- - -

Époque :
Ancientscape-???


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Ven 4 Sep 2015 - 7:14



VII
Saïm + Adex Optium (Ver. Saïm)

{sa-HIM} + {AH-dekse . OH-psy-heum}

"S'apprêtant à démarrer en trombe, sa cible identifiée et cette petite lueur dans l'œil révélant clairement ses intentions."

Photos (Saïm) + Photos (Moto)
Vidéo
Instructions (Saïm) + Instructions (Moto)

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Gang :
Mayaham
{ma-YA-ah-me}
Ce gang est un des nombreux groupe de motards s'étant réunis sous un nom commun. De ce fait, il semble de prime abord être assez générique quant à ses intentions, ses ennemis étant d'autres gangs de motards, se battant le plus souvent pour le contrôle d'un territoire ou de routes en particuliers. Il est dit que pendant un moment le groupe s'était occupé de suivre des réfugiés dans le but de leur barrer la route et de ne les laisser passer que si ils ne payaient un peu plus pour leur passage mais cela ne serait peut être plus le cas. La plupart des motards ont des moto toutes différentes les unes des autres, certaines très modifiées, d'autres non et certaines avec une apparence bien particulière. Pour le reste, leur chef Quawan {KA-whane} semble mener son groupe d'une main de fer, n'ayant eu aucune désertion ou trahison au sein de ses membres.

Origine du nom :
Le nom fait référence à une ancienne espèce, particulièrement belliqueuse et qui attaquait toujours sur dos de Rahi. Il savait créer la tension chez l'adversaire, en ne bougeant pas de leur camp pendant des semaines avant souvent d'attaquer par total surprise, leur ennemi se retrouvant alors face à une vraie tempête de Rahi, cris de guerre et lames pointées haut dans le ciel sans chance de survie.
- - -

Histoire :
Comme beaucoup de Matoran à partir de Livescape, Saïm fut transformé en Taha. Contrairement aux Toa, ces derniers ne possédaient aucun pouvoir élémentaire et leur Kanohi n'était pas nécessaire à leur survie. Au final, tout ce qui subsistait était une nouvelle forme physique plus grande ainsi qu'une force accrue. Comme beaucoup des siens, Saïm fut rejeté de son village pour avoir "échouer" à se transformer en Toa. Il acquit alors rapidement une haine à l'encontre de ses anciens frères Matoran qui l'avaient rejeté. De ce fait, il détruit son ancien Kanohi et se fit faire un nouveau masque à l'apparence plus monstrueuse afin de faire peur aux Matoran et ainsi solidifier son statut de Taha et les préjugés qui en découlaient.

Par la suite il devint comme de nombreux Taha et individus divers un chasseur de primes afin de pouvoir survivre mais finit la plupart du temps par s'acquitter de petits services à remplir, tel un homme à tout faire. Ceci allait de la chasse de Rahi aux courses qu'il avait à accomplir afin de transporter certaines marchandises ce qu'il fit tout d'abord sur dos de Rahi. Peu pratique, il décida de voler la moto d'un autre chasseur de prime qu'il fréquentait afin de rendre ses missions et ses déplacements plus facile. La moto lui permis aussi de suivre de plus près les autres chasseurs de primes qui s'approchait de leur cible. Ainsi, il pouvait assister au duel opposant les deux parties puis surgir à la fin, une fois la cible capturée afin de s'en emparer. L'autre chasseur de prime étant souvent blessé pour faire quoique ce soit, là encore Saïm choisissant de suivre de jeunes chasseurs faibles ou peu puissant afin d'être sûr de réussir son coup. Cette lâcheté marqua la réputation de Saïm auprès de ses "pairs" qui étaient de plus en plus nombreux à vouloir prendre leur revanche sur lui et à vouloir le faire payer pour ses coups en traître.

C'est à ce moment qu'il décida de suivre un autre chasseur afin de réaliser à nouveau un petit "vol de cible". Sauf qu'ayant mal prévu son coup, le chasseur se fit tuer par cette dernière, bien plus puissante qu'il ne l'avait imaginé. Il s'agissait de Quawan, le chef du gang de motards Mayaham qui avait entre autre surpris Saïm et l'empêcha de s'enfuir. Le connaissant, il lui proposa de rejoindre son gang, sachant que le Taha était un faible qui n'oserait le trahir, ajoutant ainsi un sous-fifre fidèle à son gang. Qui plus est, du fait de sa réputation Saïm avait tout intérêt à accepter si il voulait arrêter de vivre dans la crainte de se faire descendre à tout moment. En faisant parti d'un gang de motards, celui lui permettait d'être toujours entouré.

Caractère :
Saïm est un lâche et un profiteur, qui a néanmoins cette capacité de réfléchir afin de passer par des moyens détournés pour arriver à son but, ne voulant avoir recourt à une attaque de front qu'en dernier cas. Hormis cela, on sait qu'il sait se faire petit dans le cas où il serait à même de rencontrer quelqu'un de plus puissant que lui, tenant à sa vie.

Habilités :
En plus de sa force accrue de Taha et de ses compétences en combat au corps à corps que ce soit coup de poings ou de pieds, Saïm est assez rapide et sait rester discret, arrivant à faire le minimum de bruit lorsque cela est nécessaire. Néanmoins depuis qu'il est sur sa moto et au sein du gang, ce sont des choses qu'il met moins en pratique.

Armes :
Saïm possède une sorte de fléau, sans le manche lui permettant d'attaquer de loin. Lors d'affrontement entre motard, cela lui permet aussi de cibler directement les roues de ses adversaires afin de les bloquer.

Moto :
Le modèle Optium d'Adex est un des modèles les plus répandus à Neverscape du fait de son coût assez bas et de sa grande versatilité, permettant de réparer et modifier les pièces sans trop de soucis. Cette moto n'est néanmoins pas la plus facile à manier ni même la plus légère mais sa construction en fait d'elle une moto polyvalente qui peut convenir à un grand nombre de personne.
La version que Saïm utilise a été modifiée par lui même après qu'il ai volé l'originale à un autre chasseur de prime. Il a bricolé le moteur afin qu'il fasse moins de bruit, à enlever le phare avant le remplaçant par une tête de Rahi, souvenir de ses années de chasseur de bêtes. Il en est de même pour la selle et le garde boue arrière, venant tout deux du même Rahi qui d'après les histoires de Saïm était vraiment impressionnant. Néanmoins il est dit, qu'il aurait seulement récupéré (ou tout simplement voler) la carcasse de l'animal après que ce dernier ait été battu par d'autres personnes. Il a aussi rajouté des pointes sur le côté des roues afin d'avoir une "arme" en plus lorsqu'il est sur son véhicule et qu'il n'a pas spécialement recourt à son fléau.
- - -

Époque :
Livescape-Neverscape pour Saïm
Neverscape pour l'Adex Optium


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Dim 20 Sep 2015 - 14:55



VIII
Kayen

{kah-IAINE}

"Entre la vie et la mort, une frontière presque invisible, sous l’œil du prédateur."

Photos / Vidéo
Instructions

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Gang :
Sayakhuana
{sa-ya-KOU-ah-na}
Plus qu'un gang, il s'agit d'une tribu qui est née il y a bien longtemps et qui a survécu de nombreux millénaires. A travers toutes ces années, la tribu a été dissoute puis reformée, ses membres changeant constamment au gré des différentes générations, provenant de multiples espèces. Qui plus est, il n'existe pas seulement une tribu se définissant comme Sayakhuana mais plusieurs réparties sur toute la planète d'Aum. La tribu est connue avant tout du fait de son statut de nomades parcourant les déserts et autres territoires secs ou peu accueillants et ayant réussi au fil des années à vivre avec ces conditions difficiles et à en tirer le meilleur. La nature en effet étant souvent dans ces cas là indomptable, les nomades devant alors développer leur sens afin de desceller tout ce qui pourrait se rapporter à une situation dangereuse afin de l'éviter ou de l'affronter au mieux. Dans ces milieux primitifs et face aux Rahi, les membres deviennent de vrais guerriers endurcis, devant maîtriser chaque mouvement afin de tuer le plus rapidement possible, et éviter ainsi de se fatiguer inutilement pour pouvoir continuer leurs longs périples éreintants. Préférant vivre reclus, se contentant du minimum, leur situation a néanmoins changé ces derniers temps. En effet, face à la prolifération de gangs dans la région et le nombre de nomades en déclin, il a été décidé qu'il était mieux pour les nomades d'offrir leur services afin d'éviter de quelconques ennuis. Car si les nomades sont de très bons guerriers, ils n'en restent pas moins désavantagés face à un trop gros nombre d'opposants face à eux. De ce fait, ils ont préféré proposer leurs connaissances des terrains dangereux dans le but d'accomplir certaines missions, préférant le plus souvent celles consistant à transporter des cargaisons à celles impliquant le meurtre de gangs adverses, ne voulant pas finir au milieu d'un conflit qui ne les regarde pas et entraîner sur eux le double d'ennemis.

Origine du nom :
Anciennement appelés simplement Khuana {kou-AH-na}, le terme définissait alors de façon plus ou moins péjorative les êtres qui ne semblaient appartenir à aucun village, ou n'ayant aucune affiliation avec un groupe particulier, l'extérieur dans son entièreté étant considéré comme leur "habitat". Ces êtres inspiraient à la fois la crainte mais aussi une certaine admiration du fait de leur supposés compétences afin de survivre en milieu extérieur et ce seuls. Par la suite, le préfixe Saya s'est ajouté, son origine étant trouble tout comme l'histoire de la tribu, cette dernière s'étant détruite et reconstruite au travers des générations. Néanmoins cela semblerait provenir d'une période où le groupe avait des inclinaisons plus religieuses, le terme étant ensuite resté, malgré les orientations différentes choisies par les chefs de nomades suivants.
- - -

Histoire :
On sait peu de choses sur la jeunesse de Kayen, pas même si son départ de l'île de Shan-kio était volontaire ou non. Peu après cela, il se reconvertit en chasseur de primes avant d'attirer l’œil d'un chef d'union qui décida de le prendre dans son groupe. C'est à ce moment là que les choses allèrent de mal en pis pour lui, les victoires successives le rendant arrogant et la drogue que leur prodiguait leur chef, afin de décupler leur sens pour qu'il se sentent invulnérables, le faisant sombrer dans des crises de violence quand il ne se sentait pas en manque. Une crise de trop le fit attaquer, lui et d'autres de ses équipiers tout aussi mal en point, un village qui se retrouvait être important pour des Toa. Ces derniers contre-attaquèrent par la suite, détruisant l'union qui n'était alors plus qu'un repère d'individus désorganisés. Kayen quant à lui arriva à s'enfuir tant bien que mal, mais fut vite rattrapé par son addiction, le manque le rendant malade et presque incapable de faire quoi que ce soit. Dans un dernier sursaut d'énergie, il mis néanmoins au point un plan pour se procurer ce qui pourrait combler son manque mais là encore fut rattrapé par la réalité et surtout par ceux qu'il avait voulu voler.

Laissé pour mort aux abords du désert, le soleil réduisant au fur et à mesure son espérance de vie il fut découvert par ce qui était alors le chef d'un groupe de Sayakhuana qui vit quelque chose en lui. Récupérant ce qui restait du Shikelian, il l'aida à se désintoxiquer puis lui appris les arts et manières des nomades, que ce soit en combat ou en déplacement à travers les zones dangereuses. Néanmoins Kayen dû s'accrocher, le chef ne lui épargnant rien, considérant qu'il ne restait à l'ancien drogué que l'envie de s'accrocher à la vie si il voulait arriver à quoi que ce soit. Mais Kayen saisit la chance, et défiant la mort, gagna le respect du chef et des autres nomades qui ne lui avaient accordé aucune trace de sympathie par le passé. C'est ce statut de si bon élève qui fit de Kayen le prétendant au poste de nouveau chef quand l'ancien disparu dès suite d'un coup fourré qui tua d'autres nomades. Maintenant leader d'un groupe réduit, Kayen se jura de faire tout ce qu'il pouvait afin de le conserver, le faire survivre dans les temps durs qui s'annonçait, d'où une politique d'ouverture qu'il pense être la plus adaptée. Néanmoins Kayen reste toujours sur le qui-vive, aussi bien face à ses ennemis potentiel que face à lui même et à son passé qui pourrait éventuellement le rattraper si tout venait à se détraquer autour de lui.

Caractère :
A travers les années, l'ancien Shikelian est devenu bien plus mûr et surtout posé quant aux décisions à prendre, encore plus du fait de son statut de chef. Néanmoins, sa rédemption ont fait de lui quelqu'un de très peu émotif, ayant souvent l'impression de parler à quelqu'un de particulièrement apathique juste suffisamment réspecteux, élément presque caractéristiques des Sayakhuana qui partagent très peu "d'eux mêmes" avec ceux étrangers à leur tribu. Et même avec les autres membres, Kayen reste souvent réservé, ne se prononçant que rarement si ce n'est pour donner des ordres qui semblent mûrement réfléchis. Malgré cela, il arrive à Kayen de douter de lui, son passé lui faisant face plus de fois qu'il ne le voudrait.

Habilités :
Utilisant autrefois uniquement sa force brute, Kayen a depuis acquis les compétences des autres nomades. Sa façon de se battre est maintenant tout en temps morts et en actions rapides visant à déstabiliser l'adversaire tout en réduisant l'énergie dépensée pour atteindre la cible. De plus il est capable désormais de reconnaître les dangers l'environnant selon là où il se trouve, étant par ailleurs capable d'effacer ses traces lorsqu'il se déplace. Il est aussi compétent lorsqu'il s'agit de chasser certains Rahi, connaissant leurs comportements et en général débrouillard quand il s'agit de survivre par lui même.

Armes :
Kayen utilise trois armes lui permettant de s'adapter à différentes situations. La lance qu'il a récupérée de son ancien chef, est avant tout utilisé comme un symbole lorsqu'il mène les autres nomades durant leur trajet. Néanmoins c'est aussi l'arme qu'il utilise en premier afin de déstabiliser rapidement son adversaire et lui porter quelques coups visant à l'immobiliser. L'arme avec laquelle il a le plus appris à se battre reste tout de même sa longue lame qu'il porte toujours sur sa jambe gauche, dans un soucis de rapidité d'accès. S'en servant soit comme d'une épée ou d'une dague, il peut se permettre d'aller attaquer au plus près son adversaire, se focalisant directement sur les points vitaux. Les nombreuses pointes lui permette aussi bien de toucher directement un de ces points tout en provoquant plus de dégâts autour. Enfin, en cas de derniers recours, Kayen peut utiliser la dague empoisonnée cachée sous son drapé afin d'atteindre directement son adversaire, le tuant presque sur le coup dans un mouvement rapide et silencieux.
- - -

Époque :
Livescape-Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Lun 21 Sep 2015 - 18:14



IX
Moegan Aur

{mo-EH-gane ; AH-or}

"Loin l'image de la cité prospère, ton nom vidé de sens derrière les années de destruction."

Photos

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Histoire :
La cité de Moegan Aur a beaucoup évolué à travers les âges. Au début elle ne portait d'ailleurs ni ce nom et n'était pas plus grande qu'un village. Ce dernier semblait d'avoir été construit à la hâte, dans le creux d'une zone à hauts plateaux, à égale distance de la côté et de la forêt, problématique étant donné qu'il s'agissait des deux zones où les habitants devaient aller puiser leur ressources si ils voulaient survivre. Avec autant d'heures de marche à faire d'un côté comme de l'autre tout en étant en plus situé dans un endroit propice aux embuscades, l'avenir du village semblait plus que compromis. Ce n'est qu'après avoir essuyé quelques affrontements faisant plusieurs pertes qu'un héros vint se reposer au village. Au vu de la situation il décida de prolonger son séjour et mis en place un plan consistant à créer une grande route, remplaçant le chemin naturel accidenté qui séparait autrefois la côté de la forêt, afin de simplifier la vie aux villageois qui pourrait désormais utiliser charrettes et Rahi afin de se déplacer plus vite pour aller récupérer ce dont ils avaient besoin. La construction de la route pris un certain temps, les habitants aidant sous les ordres du voyageur qui fournissait tout de même la plus grosse masse de travail, détruisant les rochers qui bloquaient le terrain, creusant le sol quand cela était nécessaire, etc... Une fois la route construite, le héros fatigué décida de reprendre son chemin afin d'aller pouvoir se reposer contre les protestations des autochtones qui voulait que leur sauveur reste parmi eux, lui devant une dette éternelle et aussi pour qu'il puisse défendre le village au cas où. Néanmoins il n'en fit rien et parti sans laisser plus de trace si ce n'est son nom : Moegan Aur. Afin de l'honorer, les habitants décidèrent de renommer leur village de la même façon pour que sa contribution ne soit jamais oubliée.

Néanmoins les habitants restaient tout de même inquiets à l'idée que leur agresseurs d'autrefois qui avaient d'ailleurs tenté de les attaquer pendant la construction de la route ne reviennent finir ce qu'ils avaient commencé. Heureusement pour eux, la création de la route eue une autre conséquence inattendue : l'arrivée d'autres voyageurs qui pouvaient désormais parcourir les kilomètres séparant la forêt de la côte plus facilement et qui de ce fait découvrait le petit village niché au milieu. Ces nouveaux venus étaient le plus souvent pacifistes, et certains d'entre eux, inspirés par ce que qu'avait fait Moegan Aur décidèrent de rester sur place pour protéger les habitations. Ensuite tout s’accéléra, la route devenant essentielle pour le commerce, et avec elle la multiplication de nouveaux services et bâtiments autour du village originel. Ce dernier et les habitants qui l'habitait, maintenant au cœur du bruit des déplacements incessants, décidèrent de s'installer un peu plus en périphérie afin d'être au calme, créant par la même un second "cercle" d'habitation autour du noyau principal. Ces nouvelles structures furent bien vite complétés par d'autres et ainsi de suite, se développant au fil des millénaires sur tout le long de la route. Moegan Aur était alors à son apogée, cité luxuriante bâtie autour des commerces où l'on pouvait trouver de tout en quantité suffisante et où toutes les espèces pouvaient vivre ensemble.

Avec Neverscape arriva un développement plus intense des constructions, toujours plus hautes, et des fois peu justifiées quant à ce qu'elle allaient apporter. Plus grave, certaines commençant à empiéter sur les vieux quartiers, zone qui correspondait au village et aux habitations originales ainsi que de seconde génération et qui depuis toujours avaient été conservées comme telles avec précaution, en souvenir des traditions et de ce qu'avait été la cité à ses origines. Puis un jour un des bâtiments en construction s’effondra des suites d'un assemblage bâclé, provoquant des dommages matériels et méca-organiques assez importants. Hélas les morts sous les décombres n'était que le début de la fin pour Moegan Aur qui bien vite se vit envahie par différents gangs, se partageant la ville comme une vulgaire carcasse de Rahi. Avec la mise en place de frontières et autre checkpoint à franchir, chacun des gangs tenant à se faire respecter et à se faire payer un tribut des voyageurs ou des commerçants, l'air dans la cité devient bien vite irrespirable et elle se retrouva alors presque entièrement à l'arrêt. Ses industries sans vie, ses rues vides, la grande route entouré de bâtiments n'était plus qu'un vaste terrain de jeu pour les différents gangs qui arpentaient en permanence les quartiers abandonnés, armés et toujours prêts pour une nouvelle confrontation.
- - -

Époque :
Ruinscape-???


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Mer 23 Sep 2015 - 19:41



X
Ekin

{EYE-quine}

"L'air froid, le calme reflet d'une violence sous couvert qui ne demande qu'à exploser."

Photos / Vidéo
Instructions

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Gang :
Daenokyyn
{daye-NO-kine}
Les origines de ce gang sont assez floues, nul ne semblant savoir quand ses membres ont commencés à se regrouper ni d'où ils venaient auparavant. Les Daenokyyn sont assez particuliers dans le sens où ils n'ont pas de véritable chef et ce même si il s'agit résolument d'un gang formé d'une part pour leur similarité à aimer manger d'autres créatures bio-mécaniques et d'autre part pour travailler au sein d'une structure bien établie. En effet, contrairement à d'autres gangs officiant de façon indépendante, les Daenokyyn sont un des rouages d'une partie du marché noir. Ne consommant pas simplement les autres par pur plaisir personnel, ils font aussi en sorte de ramener les morts à leur entrepôt, se chargeant ensuite de les dépecer et démembrer afin de d'en ressortir chacune des parties organiques ou mécaniques, chacune des armures pour pouvoir ensuite les vendre individuellement au sein d'un gros trafic d'organes. Certains membres font tout mais plus généralement on peut identifier d'un côté les chasseurs et de l'autre les bouchers qui restent le plus souvent à l'entrepôt à l'inverse des autres. Qui plus est, les différents membres communiquent très peu entre eux, aucune véritable amitié ne semblant se tisser, chacun se chargeant de sa tâche et échangeant quelques mots quand cela est nécessaire. Tous les membres partagent par contre ce qu'ils appellent une corde, sorte de barre qu'ils ont dans leur dos et qui leur permet de suspendre des morceaux de corps. Cet aspect de leur apparence les rend ainsi reconnaissable entre mille et est annonciateur des choses à venir pour les pauvres âmes qui viendraient à leur faire face. Qui plus est, cela joue aussi sur la compétition entre les membres, certains ayant des cordes plus longues d'où pendent plus de parties, révélatrices de leur rang parmis les leur et du respect qui va avec. Du fait de leur appétit si particulier qui les définit, les Daenokyyn sont même mis de côté par rapport aux autres gangs ne leur inspirant que du dégout et de la haine mêlés à une certaine peur qui a inspiré quelques citations comme celle qui dit que finir chez eux est un sort pire que la mort.  

Origine du nom :
Les légendes racontent qu'il y a fort longtemps vivait dans un village Daenokyyn. Ce dernier était vraiment intrigué par la pierre éclatante nichée dans la grotte qui était non loin de là. Néanmoins les sages lui interdisait formellement de s'en emparer, après tout elle contenait d'après leurs dires l'énergie même du soleil. Malgré les avertissements et le danger que cela pouvait encourir il alla tout de même, jour après jour, la voir se rapprochant de plus en plus, hésitant de moins en moins à la prendre entre ses mains. Ce qu'il fit finalement, la réaction ne se faisant pas attendre ses mains, sa tête puis tout son corps se mettant à brûler comme de l'intérieur, perdant petit à petit des morceaux d'armures, son corps se décomposant, l'obscurité autour de lui s'intensifiant. Mais alors qu'il se croyait mort, Daenokyyn se rendit compte qu'il était bien conscient, juste entre deux mondes, celui des morts et celui des vivants. Ni dans l'un ni dans l'autre, il pouvait tout de même voir ce qui restait de lui, et les autres habitants du village autour. Il découvrit aussi, horrifié, que dans son état il avait encore un corps mais celui-ci n'était plus qu'un reste de morceaux calcinés et de cendres, sa tête pareille à du charbon avec deux points lumineux en guise d'yeux. Sans corps, et avec cette impression de lentement mais sûrement dériver vers le monde des morts, il commença à s'en prendre à ceux qu'il avait côtoyé par le passé. Agissant de nuit, il arriva un cours instant à revenir dans le monde des vivants, juste le temps de s'emparer d'un habitant et le ramener avec lui dans "l'entre deux". Là, il s'empressait de prendre les morceaux d'armures pour les coller à son corps, se rendant compte par la même occasion que l'aegis semblait l'éloigner du monde des morts. Dès lors, rien ne pouvait plus l'arrêter, essayant petit à petit de reconstruire son corps avec des morceaux disparates d'armures qu'il empilait de plus en plus de peur que son corps calciné ne soit trop faible et commence à s'écouler vers sa fin. Mais la nouvelle vie de Daenokyyn était telle celle d'un sablier qu'on retourne constamment à peine le sable ayant fini de s'écouler d'un côté. Elle ne se résumait plus qu'à constamment enlever les habitants du monde des vivants, prendre leur armures, leur aegis et recommencer, constamment, de peur que tout s'arrête. Perdu à tout jamais dans ce cycle, incapable de penser à quoi que ce soit d'autre, comme le fait que la mort serait sûrement un état plus tolérable que celui dans lequel il s'était piégé. Tous les Matoran ont peur d'être un jour capturés par cet esprit fou, encore plus quand on sait que sa tête est visiblement impossible à réparer, aucune pièce n'étant faite pour rester accrochée. C'est donc avec son faciès noir calciné et ses deux yeux orange brillants qu'il fixe ses proies et se découvre devant elle, les rendant paralysé par la peur d'une fin imminente mais qui n'en restera pas moins douloureuse, leur vie en un instant brisée pour satisfaire le désir d'un être qui ne pourra jamais être satisfait et cela sans qu'il ne le sache.
- - -

Histoire :
Ekin était autrefois le chef d'un groupe de guerriers Estziar réputés pour leur efficacité à piller et détruire des villages. Il faisait parti des nombreux groupes envoyés par l'empereur Estziar Aekyon au sein de ce qu'on avait appelé la Tourmente et qui avait pour objectif de conquérir les nombreuses terres aux alentours et ainsi assurer l'extension de son empire. Ekin quant à lui était connu pour être un leader sévère ne tolérant aucun signe de faiblesse de la part de ceux sous ses ordres. Et quand il n'était pas suffisamment satisfait ou qu'un des siens allait à l'encontre d'une directive il n'hésitais pas à le tuer personnellement aux yeux de tous. Craint de tous et même des siens, il le fût encore plus quand commencèrent à se propager des rumeurs sur ce qu'il faisait aux prisonniers et survivants qu'il gardait pour interrogation dans ses quartiers personnels après avoir détruit leurs lieux de vie. Certes l'issue de ces interrogatoires était toujours la même, mais des bruits couraient disant que Ekin allait jusqu'à manger des morceaux de ses victimes, se délectant de leur aegis par la même occasion. Même pour les autres Estziar qui lui servait de guerriers, et qui étaient connus pour leur méchanceté gratuite et leur bêtise, cela en était terrifiant et repoussant à la fois. Néanmoins ils n'en dirent rien, n'étaient pas entièrement sûr des rumeurs, et continuèrent à le suivre, guidés par ses ordres vers de nouveaux territoires, massacrant tout ce qui pouvait leur tomber dessus.

Puis les contacts avec le reste de l'empire disparurent, et la troupe se retrouva à avancer sans réel but, détruisant ici et là des villages de plus en plus disparates mais surtout commençant à faire face à de véritables opposants naturels ou non, comme la neige ou les Rahi puissants et monstrueux, entraînant les premières pertes sévères. Ekin quant à lui semblait de moins en moins tenir en place, n'ayant vraisemblablement plus de victimes à questionner en privé, ce qui le poussa à tuer l'un des siens qui n'était autre que son sous-chef. Ce dernier était le second Estziar en qui les guerriers avait le plus confiance après Ekin, et qui plus est il semblait bien déterminé à prendre les commandes du groupe quitte à ce qu'ils retournent à l'empire si Ekin ne se stabilisait pas mentalement. Face à cette disparition, Ekin nia y être pour quoi que ce soit mais les autres guerriers quant à eux étaient plus que convaincu de la culpabilité de leur chef et qui plus est ils étaient maintenant sûr que les rumeurs qui s'étaient amplifiées avec le temps était bien fondées. Entre colère et démence pour certains, ses anciens alliés lui foncèrent dessus sans autre forme de procès pour mettre fin à sa vie de peur de se faire manger mais aussi suffisamment compétents pour savoir que même si costaud, Ekin ne pourrait rien contre eux tous l'attaquant en même temps. L'ancien chef arriva de peu à s'échapper de la mêlée mais se retrouva définitivement en sale état et perdu au milieu de la nature.

Par la suite Ekin finit entre les mains d'un Titan qui fit de lui son esclave dans son cirque/arène de combat itinérant et qui pour ne rien arranger connaissait son appétit un peu particulier. Ekin combattait quelques fois pour sa vie, mais surtout il était utilisé en tant que bête de foire, dévorant des guerriers qui venaient de tomber au combat qui avait eu lieu juste avant. Le plus souvent enchaîné, le guerrier vainqueur appuyant son pied sur sa tête, obligeant l'Estziar à manger vautré et sous contrôle, révélant à tous l'horreur de son acte. Mais Ekin ne pouvait vraisemblablement rien faire, craignant pour sa vie et qui plus devenu dépendant de ce type de repas. Néanmoins il dégoutait même les autres esclaves qui avaient entre eux développés une certaine amitié et un certain sens de l'honneur et qui voyait d'un mauvais œil l'Estziar manger ce qui avait été leur anciens compagnons. Ils décidèrent donc un jour de se réunir et d'aller trouver Ekin dans sa cage pour se venger et quitte à faire, faire disparaître définitivement la vile créature. Mais Ekin, dans un sursaut de cohérence réussit à nouveau à s'en tirer, jouant de son agilité pour se faufiler entre les guerriers qui avaient déjà investi sa cage et ce avec les bras enchaînés.

Par la suite, il semblerait qu'il ait continué à errer sans but, parcourant néanmoins de grandes distances par lui même. C'est ensuite et un peu par hasard qu'il commença à approcher le marché noir et à prendre connaissances des échanges d'organes qui y avait lieu. Intéressé mais faible, il s'entraîna au combat afin de se remettre en forme pour exécuter quelques missions et ainsi gagner en réputation parmi les acteurs du marché. Il ajouta des lames à son corps afin d'être plus efficace dans ses exécutions et une mâchoire métallique visant à lui donner un style propre, reconnaissable entre tous. Chose qui fonctionna, contrat après contrat, il commença à se faire connaître jusqu'à finalement être dirigé vers les Daenokyyn où il pu voir que d'autres partageait ce même goût si particulier pour l'aegis et certains composants bio-mécaniques. Il se fit un nom parmi ses "collègues de travail" du fait de son caractère impitoyable et sa faculté à revenir avec toujours plus de matériel que ce qu'on lui avait demandé. On peut dire que Ekin est désormais heureux là où il est, mêlant l'utile à l'agréable et faisant vivre un véritable enfer à quiconque pourrait s'opposer à lui si tant est que l'individu en question en ait la témérité.

Caractère :
Ekin à toujours été sévère, à regarder les autres de haut quand ils ne répondaient pas à ses exigences et à sa vision d'un travail bien fait allant de pair avec son perfectionnisme. Il n'aime pas qu'on le contredise et se voyait comme supérieur à tous ceux qui l'entourait. Il est néanmoins devenu un peu plus humble après être passé par l'esclavage où perdu et sans personne sur qui donner des ordres, il s'est retrouvé totalement détruit et physiquement à bout. Depuis il a appris à écouter, même si là encore uniquement ce qui l'intéresse, parlant au final très peu et ayant gagné à nouveau confiance en lui. Son obsession pour la perfection a aussi gagné en intensité, ne se pardonnant plus aucun échec. Quand l'adversité s'avère être plus coriace que ce qu'il ne pensait, il gagne en intensité mais aussi en colère, révélant alors cette démence qu'il a toujours eu en lui, alors qu'il se sentait différent des autres, se sachant condamnable uniquement du fait de son désir de manger les autres et les siens. Froid et calculateur il n'en reste donc pas moins à ça de craquer.  

Habilités :
L'Estziar, comme la plupart des membres de son espèce, est agile et rapide. Il est qui plus est observateur et arrive à analyser son environnement rapidement ce qui couplé avec sa rapidité d'action et d'adaptation en font un adversaire redoutable.

Armes :
Il possède quatre lames tronçonneuses rattachées à ses bras et jambes qu'il peut activer quand il le souhaite et qui plus est peuvent être inclinées dans différents angles, permettant ainsi d'avoir un plus grand rayon d'attaque. Quelque soit le coup qu'il porte, ses lames s'en font donc l'extension, rendant un simple coup de poing bien plus difficile à appréhender par exemple.
- - -

Époque :
Livescape-Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 8:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Jeu 24 Sep 2015 - 17:47



XI
Noxiom

{NOX-yom}

"La victime s'arrête là où commence l'agresseur, sa psyché divisée."

Photos / Vidéo
Instructions

- - -

[Construction]

Ce MOC a été entièrement réalisé par Shaddow.

Spoiler:
 

- - -

Storyline

Gang :
Lythian
{li-çianne}
Il s'agit d'un gang qui réunit des individus ayant pour point commun l'utilisation naturel ou non de produits toxiques. Rien de plus simple, leur activité peut être séparée en deux. D'un côté tout ce qui a trait à l'attaque même, comme par exemple isoler un village et tuer tout ceux à l'intérieur et de l'autre le transport de produits toxiques. Dans les deux cas, il s'agit souvent de missions qui leur sont confiées par d'autres gangs moins expérimentés en la matière, les membres des Lythian aimant certes causer des dommages par eux mêmes mais préférant tout de même s'enrichir à quelques exceptions prêtes. De ce fait et contrairement à d'autres gangs, ils sont particulièrement organisés, voulant faire de leur mieux afin de rendre un travail irréprochable, signe que l'on peut leur faire confiance et surtout permettant de justifier le prix à payer pour leur services. Avec l'industrialisation forcée de Neverscape et les dommages environnementaux que cela causa, les Lythian sont encore plus favorisés, travaillant même des fois pour des Matoran qui leur demande à contre cœur de se débarrasser de déchets toxiques ayant atterris dans leur village. Comble de l'ironie, ce sont ces mêmes déchets qui après être traités seront réutilisés pour attaquer d'autres villages sous les ordres cette fois-ci d'un gang voulant s'en débarrasser. Autant dire que le gang profite bien de la situation et chose assez rare, ne semble pas s'être fait beaucoup d'ennemis du fait de leur utilité même dans ce contexte de pollution et ce malgré l'horreur de leur attaques. Ces dernières qui au final imposent respect et crainte étant donné que les moyens qu'ils utilisent sont souvent peu connus engendrant un manque de stratégie afin de les parer. Malgré leurs similarités avec les Paen'Aysh, il n'y a pas de conflits internes entre ceux possédant naturellement des pouvoirs toxiques et les autres qui à l'inverse doivent utiliser un intermédiaire et comme dit précédemment, de manière générale, ils sont bien plus organisés.

Origine du nom :
Au plus profond des Mondes Oubliés vivrait une créature, Rahi légendaire pour certains, démon pour d'autres, à la forme de dragon serpent. Malgré sa taille dite imposante, le Lythian n'est pas particulièrement visible au premier coup d’œil et ce pour une bonne raison. Il semble comme enveloppé voir constitué d'un gaz vert, comme les parois de la grotte où il se terre, le rendant presque invisible à ceux s'aventurant dans son territoire sans prendre le temps de bien regarder autour d'eux. En y regardant bien, il semble aussi fait des matières plus solides, constituant les parties principales de son corps, qui sont d'ailleurs comme reliées entre elles par un mince filet d'acide, coulant continuellement le long de son corps constamment mouvement, virevoltant, tournant sur lui même. En plus d'être issue des Mondes Oubliés, lieux de nombreux mystères et légendes sordides, ce qui fait la perversité de la créature c'est son apparente façon de tuer indirectement. Les quelques intrépides ayant eu la chance de revenir ne décrivaient le dragon que comme un monstre dansant, ne leur prêtant aucun attention, bougeant et ondulant dans le brouillard l'enveloppant, ces derniers étant comme mystifiés par ces mouvements d'une certaine beauté. Néanmoins, au delà de cette apparente passivité, force est d'avouer que ceux qui retournaient à la surface, finissaient tout de même par périr quelques temps plus tard, pris de maladies terribles et douloureuses dont on ne savait que faire, ayant trop peur de toucher ces pauvres âmes qui arrivaient à peine à articuler pour que l'on abrège leur souffrances. Depuis les légendes courent, que quiconque osera s'introduire dans la caverne du Lythian devra faire face à son choix et supporter la colère et la malédiction du monstre qui mettra fin à sa vie. Nommé Lythian, le terme définit quelque chose qui sous sa beauté cache un danger. Il est employé quelques fois pour définir la tromperie.
- - -

Histoire :
Noxiom est un individu de la race des Demniom {dém-NI-om}, provenant vraisemblablement de croisements et mutations génétiques à l'époque de Ruinscape. De petite taille, l'espèce vivait en communautée fermée, s'intéressant avant tout à la découverte de la nature les entourant, habitant dans une région calme de Aum entre arbres millénaires et petits ruisseaux alimentant des bassins. Cette paix ne devait hélas pas durer et les premiers raids sur la communauté survinrent sous peu. Des attaques particulièrement violentes, qui avaient pour objectif, plus que le groupe de Demniom l'arbre dont ils avaient fait le centre de leur village et qui d'après certaines légendes contenait une énergie toute particulière. Fondée ou non, certains êtres disaient ressentir cette énergie qui se propageait en eux comme un message. Noxiom était un de ces individus là, occupant qui plus est le rôle d'ingénieur au sein du village et ayant pour objectif de créer et maintenir des systèmes couplés à la nature comme des mécanismes de poulies et autres ponts par exemple. Quand les attaques retentirent, les Demniom peu préparés tentèrent ce qu'ils purent, usant des passerelles qu'ils avaient mis en place pour ralentir l'ennemi et usant d'armes primitives pour les retenir. Mais ces quelques efforts ne suffirent pas, et bien vite leur nombre commencèrent à réduire drastiquement, les Nekriesahrr n'étant pas connus pour épargner leur adversaires. Noxiom alors en train de "communiquer" avec l'arbre fut sorti de sa transe par les bruits qui commençaient à se faire de plus en plus fort, ayant à peine le temps de passer par un passage découvert pour ne pas tomber nez à nez avec les ennemis qui avançaient progressivement vers l'arbre. Courant vers le centre du village pour retrouver les siens, il fut stupéfait de voir qu'ils avaient tous péris et face à autant de cadavres entra en état de choc, tombant alors inconscient au sol. Dans ce qui semblait être un long tunnel sans fin, Noxiom entendit alors l'arbre communiquer avec lui, lui parlant, l'amenant à considérer une vengeance quand tout cela serait terminé. De leur faire subir ce qu'ils avaient fait subir aux siens et à l'arbre. Et alors qu'une partie de l'esprit de Noxiom acceptait le discours qui lui était fait, une autre se révélait plus difficile à convaincre, en doute face à ce que lui disait un être qui avait été auparavant révéré pour sa pureté. Mais il n'eut pas le temps de finir cette conversation, sorti de son malaise par d'autres Demniom qui avaient aussi réussi à s'en sortir et l'avaient amené avec lui, un peu plus loin d'où avait eu lieu l'attaque. Et déjà, des conversations s'élevaient, des côtés se formaient quant à savoir quoi faire maintenant, de ce qu'il adviendrait de l'espèce après ce qui venait de s'apparenter à un génocide. Certains voulaient combattre, reprendre ce qui avait été leur pendant une période qui leur semblait maintenant bien trop courte et d'autres qui voulaient juste partir, se reconstruire ailleurs. Noxiom, toujours déphasé, et maintenant avec une petite voix en lui, ne se reconnaissant dans aucun des deux côtés et qui plus est ne faisait plus confiance au siens. Étrange pensa t-il, mais après tout, comment avaient ils tous pu s'en sortir ? Noxiom était arrivé trop tard mais eux ? S'étaient ils cachés par peur de mourir, par pur lâcheté laissant leur comparses périr sans même bouger. Empli d'un certain dégoût, émotion qu'il n'avait jamais ressenti jusqu'alors, il leur annonça qu'il préférait partir seul, se reconstruire lui même et face aux quelques réticences qui commencèrent à s'élever, il se fit clairement comprendre en provoquant l'un des siens. On expliqua l'acte du fait du choc que tous avaient subis, leur empêchant de penser clairement, mais pour Noxiom c'était décidé et il quitta le groupe la nuit alors que le reste tentait de dormir, rappelé au monde des vivants par des cauchemars qui ne cessaient de revenir.

Maintenant seul, il commença a élaborer un plan pour se venger et revint rapidement là où avait été situé son ancien village, maintenant théâtre de ruines et d'envahisseurs en train d'effectuer des rondes. Réussissant à atteindre une des branches de l'arbre roi, la voix se fit à nouveau entendre, lui révélant quelques vérités sur son organisme qui semblaient difficiles à croire. Quoiqu'il en soit il s'exécuta, et enfonça ses mains dans la branche épaisse créant un lien entre lui et l'arbre, un conduit dans lequel commença alors à passer la sève de l'arbre pour entrer directement en lui, le changeant physiquement, des morceaux d'armures maintenant transparents. Son corps transforma la sève et à sa grande surprise, il pu comme la recracher sous forme d'acide des ses mains. Cette nouvelle habilité avec lui, et entraîné par son désir de vengeance il entreprit de tirer directement l'acide dans les rivières, se propageant ainsi, entraînant la mort de ceux qui la buvait ou s'en approchait trop près. Autre conséquence, en plus de voir les Nekriesahrr s’effondrer les uns après les autres dans des râles de douleur, leur corps pustulant ne répondant plus, scène dont Noxiom tira une certain satisfaction, l'arbre qui lui aussi semblait percuté de plein fouet par l'acide mélangé à l'eau. Et alors qu'il mourrait à son tour, ses feuilles tombants, ses racines se détériorant de l'intérieur, le Demniom quant à lui ne semblait pas tant bouleversé que cela par ce qu'il venait de provoquer au mythe qu'il avait un tant vénéré. Même, il semblait plutôt excité à l'idée du chaos qu'il venait juste de produire, se disant par la même occasion que s'il avait perdu tout ce qui comptait pour lui pourquoi le reste du monde autour de lui devrait s'en sortir indemne.

Son étrange transformation accomplie, Noxiom commença alors à errer, voyageant beaucoup et gardant de façon surprenante certains comportements qu'il avait eu avant son choc traumatique comme son amour des Rahi. Ces derniers se faisant l'opposé d'autres actions, plus violentes, sans cible particulière mais à chaque fois dans cette optique de chaos et ce même au sein d'organisations criminelles dont il était membre. Toujours entre deux mondes, son apparente tranquillité et son efficacité lui permirent néanmoins de dissimuler son envie incessante de causer troubles et torts lorsqu'il fut pris au sein du gang des Lythian. Avec eux il semble avoir trouvé une position confortable même si il ne pourrait s'agir que d'une étape de plus dans sa quête de destruction.

Caractère :
Noxiom était un Demniom relativement paisible tout comme les siens même si il lui arrivait de vivre aussi un peu dans son monde, encore plus après la connexion qu'il semblait avoir lié avec le grand arbre. Le choc traumatique qu'il subit ne changea pas sa faculté à bien analyser la situation pour entreprendre les actions nécessaires. Trait de caractère qui lui est particulièrement utile au sein du gang étant donné qu'il attaque de façon calculé et réfléchie, ne faisait apparaître aucune réelle trace de joie ou de tristesse face aux meurtres qu'il commet. Concentré, il a même gagné la confiance des autres Lythian qui le considère comme un élément sûr et sur qui l'on peu se reposer dans le cas où viendrait un soucis lors d'une mission. Patient et discret, des qualités qu'il partage néanmoins avec cette voix en lui, cette sorte de double personnalité issue du choc subit et dont personne ne se doute, Noxiom arrivant à la cacher naturellement.

Habilités :
Du fait de sa masse, Noxiom n'est pas le plus agile de tous même si grâce à de grandes enjambées il peut parcourir de bonne distance en peu de temps, lui permettant ainsi d'attaquer sur une plus grande zone. En effet, Noxiom se déplace constamment, tirant son acide de toutes parts, cherchant avant tout à endommager/blesser le plus de structures et d'individus différents afin de les rendre inopérants et ainsi contrôler la zone plus rapidement, laissant à d'autres Lythian le plaisir d'achever ce qu'il laisse derrière lui. Il opère souvent au niveau du sol, ne cherchant pas à grimper sur les hauteurs et restant derrière les éclaireurs qui ouvrent le chemin dans leur missions.

Armes :
Noxiom utilise deux canons à acide venant directement de ses mains. Ces derniers ont une bonne portée ce qui lui permet d'arroser facilement un périmètre assez grand, aussi bien autour de lui qu'au dessus de lui. Une fois touché par l'acide, la victime voit rapidement l'effet de la corrosion sur ses parties métalliques et la douleur intense de brûlure déchirant petit à petit la matière, atome après atome.
- - -

Époque :
Livescape-Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 11:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Ven 25 Sep 2015 - 15:17



XII
La Tour d'Ascension

{-}

"Plus haut dans le ciel vers la rédemption. Sous la surface l'infection."

Photos

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Histoire :
La Tour d'Ascension fut érigée en un temps record, le travail fourni par des esclaves à la solde d'un gang à nature religieuse désirant faire de la structure un "phare de moralité" vers lequel tous les pêcheurs du désert pourrait se tourner. Édifice de pureté au cœur de la corruption et de la violence, la tour servait de lieu saint mais aussi de prison pour tous les capturés en attente d'être purifié ainsi que de quartier général avec salles d'entraînement et de méditation pour le gang. Des cérémonies y avaient lieu, comme celle de l'Ascension qui se déroulait au dernier étage de la tour. Dans une vaste salle y avait été installé un système de miroirs et glaces afin de concentrer l'énergie du soleil pour la rediriger directement vers un des sacrifiés choisi pour l'occasion, le brûlant de plein fouet. Cette cérémonie consistant à soigner la région de la plaie qui l'avait rendue malade, petit à petit et ainsi montrer à leur divinité qu'il luttait pour le bien de toutes les espèces. La couleur blanche de la Tour fait que ses parois se reflètent au loin du fait du soleil qui tape dessus, la rendant encore plus visible. Les parois servant de murs pour l'étage des prisons sont d'ailleurs tachetées d'une matière noire absorbant la chaleur, rendant les cellules brûlantes et laissant leurs occupants dans des conditions de détention insupportables.
- - -

Époque :
Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.


Dernière édition par Loserkiller le Mer 30 Sep 2015 - 11:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Lun 28 Sep 2015 - 17:49



XIII
Skoghiarr

{sko-gui-ARE}

"La leçon retenue, la réussite personnelle en contrepartie du bien de tous et un bel avenir face à toi."

Photos / Vidéo
Instructions

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Gang :
Taarhyen
{TAH-ri-enne}
Ce gang a été fondé par Skoghiarr avec pour seul vocation d'amasser le plus de richesses et de ressources possibles dans le but de s'agrandir et dominer la région tout entière. Pour constituer cette empire, Skoghiarr a choisi d'opter pour la manière forte ne s'entourant que de brutes et autres individus massifs utilisant leur force pour régler leur problèmes. N'étant néanmoins pas le plus stupide et ayant déjà eu une expérience de meneur par le passé, Skoghiarr ne lance pas des attaques irréfléchies, tout comme il fait attention à passer des accords avec certains groupes et gangs afin d'éviter des ennuis par la suite conscient de ses forces et faiblesses. A l'inverse, une fois l'attaque lancée, les différents membres ne répondent plus de rien résultant souvent en un chaos sans nom suivant uniquement les quelques ordres qu'à donné leur chef auparavant tel quel la protection des ressources. Si Skoghiarr ne cherche pas à maîtriser plus que cela ses membres, c'est tout simplement car il connait leur compétences et sait qu'en les laissant agir c'est comme si il lâchait un peu la laisse, leur permettant de se faire plaisir évitant ainsi leur mécontentement et une éventuelle révolte. Car il faut bien dire qu'engager certains de ces membres à fort caractère n'était pas toujours le plus facile et ce même si Skoghiarr s'arrangeait pour ne pas engager ceux ayant un niveau intellectuel trop élevé ou supérieur au sien lui évitant qu'on ne remette en cause ses décisions afin de garder le contrôle. Il faut aussi ajouter que Skoghiarr a une politique assez précise sur les espèces qu'il accepte, toutes celles ayant concourues à l'esclavage de la sienne étant directement mises de côté. Qui plus est, Skoghiarr a gardé avec lui lors de la création du gang quelques individus qu'il avait connu dans d'autres organisations passées et qui lui était fidèle ou avec qui il était proche, lui permettant ainsi d'avoir un cercle de confiance auquel se rattacher.

Origine du nom :
Taarhyen était le nom du village qu'avait fondé Skoghiarr après que lui et d'autres Uagenn {yu-guenne} se soient émancipés de leur maîtres par la force. Ce mot est d'ailleurs le même que celui qui était utilisé depuis des générations entre les esclaves de l'espèce pour définir la "terre promise", terme répandu par les anciens à travers leur sermons et décrivant un lieu où les Uagenn seraient enfin à même d'être libres et de vivre leur vies comme ils l'entendaient. Il ne s'agit donc pas d'une coïncidence si Skoghiarr réutilisa le terme peu après leur soulèvement contre leur anciens oppresseurs et ce sans aucune hésitation. Mais le Taarhyen de Skoghiarr ne se révéla pas être le havre de paix qu'avait esperé le groupe et après sa destruction et des suites de conflits internes la communauté se divisa. Néanmoins le terme tout comme l'échec de ce premier essai resta imprimé à jamais dans la tête de Skoghiarr qui après bien des années décida de le réutiliser pour définir son gang, un nouveau groupe qui avait au final pour but de lui apporter sa terre promise, comparable à un empire en constant mouvement dont il serait le maître.
- - -

Histoire :
Skoghiarr est issue de l'espèce Uagenn. Cette dernière fut dès Ruinscape comme une espèce dite faible mentalement, ceci étant dû à sa façon de communiquer et aussi d'agir. Dès lors, la considérant presque comme une espèce de Rahi on les força à accomplir différentes tâches manuelles car même si ils montraient ce qui semblait être un intellect faible, ils n'en restaient pas moins des créatures massives capables de soulever des matériaux lourd et de de creuser à même la terre. Utilisés en tant qu'esclaves, le plus souvent par des maîtres qui n'hésitaient pas à recourir à la violence physique pour asseoir leur domination, les Uagenn qui n'étaient pas si bêtes que cela commencèrent à développer toute une culture lié à leur condition incluant pratiques et cultes particuliers.

Skoghiarr lui aussi faisait parti d'un de ces groupes d'esclaves à la solde d'une autre espèce, plus puissante, et qui les utilisait pour creuser et construire sans relâche. Tout comme les autres de son espèce il était fasciné par les discours des anciens et le récit d'une terre promise, d'un juste retour à un monde plus pacifique et isolé. Mais contrairement à ses pairs, il possédait une détermination voir une témérité qui lui disait qu'il était possible de sortir de cette situation, que la terre promise ne devait pas attendre plus longtemps. Néanmoins il restait seul dans ses convictions et il mis du temps à convaincre les autres esclaves du bien fondé d'un soulèvement contre leur capteurs. Il y arriva néanmoins et commença à développer un système afin de pouvoir communiquer pendant leurs heures de travail sans éveiller la colère de leur maîtres, qui d'ailleurs n'avaient jamais vraiment cherché à comprendre le langage originel des créatures, le jugeant simplement primitif. Après quelques temps à échanger informations, données et à mettre en place des plans, le groupe passa finalement à l'attaque. Ce fut une surprise pour leurs maîtres, qui trop confiants dans la stabilité de leur système, ne s'attendirent pas à voir débarquer leurs esclaves enragés et prêts à tout pour retrouver la liberté. Chaque côté subit des pertes mais celui de l'autre espèce fut le plus touché par l'attaque et dans la mêlée générale, Skoghiarr alla lui même défaire le chef des capteurs.

Après le combat et sans survivant du côté adverse, on célébra la victoire et Skoghiarr fut nommé chef du groupe, statut qu'il avait déjà eu plus ou moins dans sa compagnie d'esclaves mais qui soulevait maintenant plus de responsabilités étant donné que c'était à lui qu'incombait la décision à prendre quant à l'avenir d'une partie de son espèce. Et profitant de la joie et de l’allégresse entourant la victoire, il lança le groupe dans une expédition dans le but d'aller trouver leur Taarhyen et ce sous l'approbation des anciens. Préférant quitter leur ancien lieu d'esclavage de peur que d'autres troupes ennemis ne viennent voir ce qui s'y était déroulé et par envie de laisser le passé derrière eux, la troupe d'anciens esclaves commença son voyage. Après plusieurs altercations et un assaut résultant en la libération d'autres Uagenn qui vinrent gonfler leur rangs, la troupe trouva finalement ce qui semblait être un havre de paix isolé, loin de la violence. Skoghiarr fut alors occupé à aider et mettre en place avec les siens le nouveau village qui allait être leur nouveau lieu de vie pour ce qu'il pensait être des millénaires à venir. Mais une fois l'installation finie il commença à s'ennuyer, son rôle de chef révéré lui montant même à la tête se voyant comme le sauveur de son espèce. Et en tant que sauveur, il se mit alors à penser à tous les autres groupes d'Uagenn qui était encore en esclavage. Avec le soutien de tout son village, du fait de ses succès passés, il lança alors le plan "Taarrhyen Maahen" pouvant se traduire littéralement par "terre promise ensemble" et qui consistait à sauver de la captivité tous les leur pour former ainsi une nation plus grande, plus puissante et qui il l'espérait serait à même d'être craint par les autres espèce pour que plus jamais leur passé ne se reproduise. Dans l'enthousiasme général, les premières attaques de camps ennemis furent un succès mais les problèmes suivirent assez vite. Des problèmes de nature interne étant donné que tous les Uagenn qui étaient sauvés ne se sentaient pas tous redevables envers Skoghiarr, certains à la forte mentalité ou à l'intelligence plus développé ne se gênait pas pour remettre en question ses tactiques et plans, attirant autour d'eux des petits groupes qui se retrouvaient dans leur discours créant ainsi des divisions. Et il y eu les problèmes de nature externe qui résultaient directement des attaques qui se faisaient plus nombreuses et plus intenses. Auparavant discret, le groupe se montraient maintenant en plein jour, lui et sa façon d'attaquer ainsi que les ressources qu'ils pouvaient posséder. De ce fait, certains survivants des attaques commencèrent à rapporter les évènements, des explorateurs furent lancés et bien vite ce qui était considéré comme le Taarrhyen fut découvert. Les attaques et autres ripostes ne tardèrent pas et il suffit d'une grosse attaque pour que le village qui était maintenant divisé entre plusieurs factions ne tombe rapidement et ce malgré le nombre assez important d'habitants qu'il contenait désormais. Skoghiarr tenta tant bien que mal de diriger ses troupes mais dû battre en retraite s'il ne voulait pas subir le même sort que ses anciens camarades qui ne semblaient plus présenter d'intérêt en tant qu'esclaves et étaient tués sur le champs. L'ancien chef retrouva peu après d'autres survivants dont certains dissidents à sa façon de faire qui se mirent d'accord pour accuser Skoghiarr de la chute de leur village et de la mort d'une nouvelle partie de leur espèce le forçant ainsi à une sorte d'exil. Enragé face à ce qu'il considérait comme des ingrats et après tout ce qu'il avait fait pour son espèce, il se retrouvait néanmoins sans soutien et dû obéir à sa sentence.

Skoghiarr mit ensuite beaucoup de temps à surmonter ce qui c'était passé, restant empli d'une rage face aux traitres qui l'avaient abandonné. Il décida néanmoins de mettre en avant sa force afin d'être respecté et se mettre au service des autres. C'est ainsi qu'il entra dans plusieurs organisations, ses compétences d'individu costaud reconnues, et sans pour autant subir des préjudices du fait du passé de son espèce, le milieu criminel étant sûrement plus ouvert dès le moment où l'on pouvait se montrer un minimum utile. Quoiqu'il en soit son désir de mener ne s'éteignit pas et à plusieurs reprises il pu diriger de petits groupes mais toujours sous les ordres de quelqu'un de plus haut placé qu'il s'agisse d'une section au sein d'une union ou d'une union au sein d'un regroupement de plusieurs d'entre elles. Si bien que son désir d'être à nouveau son propre chef réapparut, enclenchant son idée de former un gang sur lequel il aurait les plein pouvoirs, ayant depuis acquis une certaine expérience quant à la façon de mener des individus et comment s'entourer. Lui et d'autre de ses fidèles durent néanmoins quitter l'organisation à laquelle ils faisaient parti mais cela semblait impossible sans finir mort dans la foulée du fait du caractère extrêmement possessif de leur grand chef. Skoghiarr et les autres décidèrent que la meilleure solution était de se faire passer comme morts, ce qu'il firent lors d'une mission, faussant leur décès et s'échappant par la même occasion par bateau vers des continents et îles lointaines où ils pourraient mettre en place le gang à l'abri des représailles.

Caractère :
Skoghiarr est un personnage un peu particulier. Auparavant sûr de lui, il lui arrivait même d'être imbu de lui même. Avec le temps cet aspect de sa personnalité semble s'être modéré même si le plus souvent Skoghiarr reste convaincu de ses choix et d'avoir raison. Et cela pour la raison que l'Uagenn est tout de même assez intelligent, ses expériences passées lui permettant de pousser ses compétences en tant que leader mais aussi à réfléchir deux fois face à une situation contrairement à avant où il se précipitait sans mesurer clairement les conséquences de ses actions. Accordant auparavant sa confiance aux siens, la chute de Taarhyen lui fit reconsidérer cette façon de voir les choses, restant maintenant constamment sur ses gardes quant à qui accorder sa confiance et qui croire. Cette paranoïa couplée à son intelligence font que Skoghiarr reste toujours aux aguets et ce même si il a réussit avec les années à établir de vrais liens de confiances avec quelque uns des membres du gang le soutenant lui et ses ambitions. Ces dernières étant avant tout personnelles, Skoghiarr avec le temps s'étant de plus en plus éloigné de son amour des autres qui l'avait poussé à devenir chef de son peuple pour ne se concentrer que sur lui n'hésitant pas à son tour à massacrer des innocents tant que cela lui profitait.

Habilités :
La masse de Skoghiarr est une qualité tout comme un défaut. Lui permettant de charger des coups puissants, elle lui permet aussi de mieux résister à ceux de ses adversaires, arrivant avec le temps à encaisser un grand nombre d'attaque sans avoir à se fatiguer lui donnant un avantage certain. Néanmoins cela le ralentit aussi et malgré des années d'entraînement pour devenir plus rapide, il n'en reste qu'il a quelque fois du mal face à des opposants plus agiles que lui. En plus de sa masse, Skogiarr peut aussi compter sur une certaine intelligence et un talent de meneur d'hommes qu'il a depuis longtemps et qu'il n'a cessé de peaufiner à travers le temps.

Armes :
Skoghiarr met sa force au profit de deux armes à savoir son marteau et sa griffe. Cette dernière lui permet de faire beaucoup de dégât en un minimum d'effort, se contentant de la projeter vers son adversaire, le coupant sur toute la longueur. Il peut aussi s'en servir afin de prendre une de ses proies et la maintenir fermement voir à écraser littéralement un de ses membres comme une tête de Matoran par exemple selon la taille de la proie en question. Quant au marteau, dont on ne connait réellement l'origine, il lui permet d'infliger des coups lents mais dévastateurs qui tuent bien souvent celui qu'il touche sur le moment de l'impact. Qui plus est, un système mis en place dans le marteau permet à ce dernier de dégager de la chaleur à l'avant de l'outil, permettant ainsi d'infliger une brûlure particulièrement douloureuse qui à coup sûr ralentira l'adversaire de Skoghiarr, lui permettant ainsi de prendre son temps pour l'achever d'un dernier coup de marteau.
- - -

Époque :
Ruinscape-Neverscape


_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Ven 2 Oct 2015 - 19:36



XIV
Aynh

{EYE-nne}

"Renaitre dans la tragédie, périr dans la folie."


Photos / Vidéos
1 - 2 - 3 - 4
Instructions

- - -

[Construction]

Spoiler:
 

- - -

[Storyline]

Origine du nom :
Aynh est un terme désignant la "fin" en langage Matoran et introduit dès Ruinscape. Le mot avait avant tout des consonances prophétiques désignant la fin non pas comme l'achèvement d'un acte mais plus comme la fin de tout, voir de l'univers connu par les Matoran. Cette thématique quasi apocalyptique était avant tout utilisé dans les périodes les plus sombres de l'histoire des Matoran lorsque tout espoir semblait perdu et que l'avenir n'en était que plus incertain. Ce sont donc cette peur du lendemain et d'une fin imminente qui ont contribué à la naissance d'un tel terme qui utilisé couramment à l'époque ne réapparut par la suite que de façon éparse lors de grosses crises telle la guerre d'Ora-Nui par exemple.
- - -

Histoire :
Comme sorti de nul part entre les terrains arides du désert, Aynh se découvre et apparaît face à un Toa Naekan visiblement en fin de voyage. Un long périple qui aura commencé après la destruction de son village et qui arrive à terme face à cette créature gigantesque se présentant comme le dernier adversaire du Toa en bout de souffle, en bout de vie, la force et la santé mentale défaillantes avec comme seul remède les souvenirs des disparus. Mais des voix se soulèvent des oppositions, et Naekan doit faire leur faire face, à elles, à son passé, à ses actions et à celles innommables qu'il n'a cessé de voir à travers son voyage sombrant de plus en plus dans la déchéance et la folie furieuse. Et Aynh en profite, son corps comme habité de Matoran, représentant les torts, les pêchés et tous ceux que le Toa n'a pu sauver. Face à l'horreur, Naekan n'a d'autres solutions que de se battre une dernière fois pour lui et les siens.

A travers les Matoran de Aynh, des visages connus et des situations rencontrées par le passé...
"A trop vouloir" et son Matoran frappé de plein fouet par deux lasers en plein visage provenant directement du coffre qu'il essayait d'ouvrir sans savoir qu'il était piégé. Représentant l'avidité de certains à toujours en vouloir plus qu'il s'agisse de richesses ou de pouvoir, n'hésitant pas à écraser quiconque s'opposant à eux, indifférent des dommages qu'ils pourraient engendrés, détruisant d'anciennes amitié dans le but de s'élever. Mais à trop en vouloir on finit souvent par chuter, fracassé et abandonné de tout ceux qu'on a aliéné par le passé et moqué par les ennemis que l'on s'est fait en voulant monter trop vite, opportuniste et sans connaitre sa place.
"La lutte" représente deux Matoran vraisemblablement similaire mais qui s'opposent tout de même, en venant aux armes afin de défendre leur couleurs, ne pouvant se toucher que quand Aynh replie son bras gauche. Symbole des guerres, ethniques, religieuses et en général qui opposent deux camps pourtant similaire mais dont les valeurs sont si fortes, qu'elles semblent justifier le massacre de l'autre, seule réponse valable face aux problèmes posés. La violence entraînant la violence, la haine grandissante, il ne reste plus rien à faire alors que voir des peuples s'entretuer et commettre toute sortes d'actes horribles sans qu'une quelconque intervention ne puisse y changer quoique ce soit, la fosse entre les camps à jamais creusée et l'idée même d'une victoire complétement faussée.
"Face à soi" met en scène deux Matoran, l'un debout essayant de se débattre de la chaîne qui le raccroche à l'autre personnage, qui quant à lui semble s'enfoncer de plus en plus dans le sol, un de ses bras et ses jambes déjà engloutis dans l'abysse. Cette scène représente une situation dans laquelle on peut être amené à faire un choix, entre aider un proche dans une situation difficile ou à l'inverse se préserver de peur de tomber avec lui dans ses travers, de s'enfoncer dans des problèmes qui ne semblent pas être les nôtres. Néanmoins le fait d'abandonner les siens, par raison ou égoïsme revient toujours nous hanter, rongé par la culpabilité, entièrement conscient de l'acte commis et de cette trahison à jamais avec nous et représenté ici par la chaîne liant les deux individus. Qui plus est les deux Matoran portent le même Kanohi, symbole de notre peur face à nous même et à l'échec. Face à la disgrâce d'un proche, on peut sentir une sorte d'empathie, se voir en lui comme dans un miroir et se dire que cela aurait tout aussi bien pu nous arriver, et pourtant au final nous restons dans des situations opposées, de peur de trop s'approcher et d'échouer aussi.
"Le deuil" situé sur l'épaule droite de la créature montre un Matoran au côté d'une pierre tombale. Un de ses bras et une de ses jambes commençant déjà à disparaître dans le corps du mastodonte représentant une part de lui même qui s'efface et disparaît dans le passé n'arrivant pas à surmonter la perte d'un des siens et de ce fait faire face à la situation présente. Sans pouvoir envisager le futur, il se perd donc dans les souvenirs heureux du passé, des jours meilleurs et devient dès lors plus qu'une coquille de lui même, comme une photographie prise un instant T symbole d'une époque révolue. Sans possibilité d'affronter la réalité et incapable de se relever du choc, on préfère donc se confondre dans la ouate du temps et de la douce mélodie de la vie d’antan fixe et sans possibilité d'avancer, enfermé dans sa dépression.
"L'ascension" du Matoran dans le dos de Aynh sera longue et semée d'embûches qui pourront bien vite se révéler mortelle si il ne fait pas suffisamment attention et n'est pas conscient de ses limites.
"La chute" est une des issue éventuelle de "l'ascension", nette et fatale.
"Le marasme" et sa sensation d'impuissance face à une situation dans laquelle on ne voit pas d’échappatoire conduisant à la dépression. L'idée même de ne pouvoir avancer, d'abandonner et de s'abandonner au bon vouloir de forces extérieures n'envisageant la mort que comme unique réponse face à la violence d'une vie sans espoir où l'acharnement est roi.

Caractère :
La créature ne semble pas avoir de caractère ou de signes réellement distinctifs, se contentant d'attaquer et de se reformer quand cela lui semble nécessaire. Au final la seule chose qu'elle laisse apparaître est ce qui pourrait être assimilé à une expression narquoise, moqueuse et diabolique au travers de son continuel sourire et de ses yeux plissés. Il n'en reste que Naekan semble entendre une voix venant du monstre qui lui rappelle sa vie passée, ses échecs et la futilité de sa mission vraisemblablement sans fin.

Habilités :
Aynh est une entité oscillant visiblement entre matérialité et immatérialité, pouvant en quelque sorte déconstruire son corps pour le reformer par la suite à son gré. Telles des tentacules, un ensemble de morceaux d'armures couplées à un liquide similaire à l'aegis semble s'écrouler puis disparaitre dans le sol avant de remonter, s'assemblant à nouveau comme si de rien était, tel un spectre. Ceci lui permettant malgré sa masse imposante de raccourcir son temps de réaction face à une attaque en déconstruisant rapidement des morceaux de son corps, même s'il reste tout de même assez lent. D'un point de vue intellectuel, il semble impossible à dire si Aynh est une créature véritablement pensante, expliquant de ce fait ce qui semble être de sa part une stratégie d'attaque assez simple avec une défense consistant principalement en la faculté de se déconstruire pour éviter certains des coups qui lui sont portés.

Armes :
Du fait de son habilité à se reformer et se recréer, Aynh possède en théorie un nombre indéfinissable d'armes. Toutefois opposé à Naekan, il semble copier son adversaire utilisant lui aussi une scie circulaire qu'il peut soit lancer soit garder en rotation au bout de son bras lui permettant de trancher facilement en projetant son bras en direction de son ennemi. Et de façon plus vicieuse, il se sert aussi de son habilité pour reformer certaines parties de son corps en personnes que Naekan a connues telle Nayah et d'autre Matoran, le narguant et le touchant directement au plus profond de lui même. Il utilise aussi sa main gauche afin d'essayer d'attraper directement son adversaire pour le broyer sous la force de ses doigts ou alors pour chopper d'un simple mouvement l'un des Matoran situé sur son corps, plus particulièrement ceux se battant sur son bras gauche, afin de s'en servir comme projectile. Du fait de son habilité, les Matoran repoussent comme à nouveau sortis de son corps lui offrant ainsi un stock virtuellement infini de munitions si tenté qu'on peut les définir ainsi.
- - -

Époque :
Neverscape



"Et maintenant que reste t-il du héros ? Que reste t-il d'eux ?
Rien.

_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   Ven 2 Oct 2015 - 21:02



Vague I
Les restes


"...et l'instant d'après je chuta dans l'abysse."

- - -

[Groupe]
I. Vague complète - II. Versus - III. Structures
- - -

[Side A]





[Side B]



- - -

[Extras]



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"   

Revenir en haut Aller en bas
 
[MOC] Moc de Loserkiller : Series 7 "D'abysses en abysses"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premium Deck Series: Fire & Lightning
» Chalons (Decision Games Folio Series)
» KINNIKUMAN (Micro Action Series)- Takara 2007
» Anzio-Cassino Battle Command Series
» Premium Deck Series: Graveborn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bionicle-legends :: Division MOC & Créations Personnelles :: Section Mocs :: Universcape-
Sauter vers: