AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Héritage, Tome 1, Sokar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: L'Héritage, Tome 1, Sokar   Sam 30 Avr 2011 - 11:29

Ce n'est pas une nouvelle fic' que je commence, au contraire je l'importe tout droit de Bionifigs pour vous la faire partager. Cette fic' a été écrite par agora et moi même (ben quand même). Elle est composée de 20 chapitre. je les posterais par deux ou trois car je sais que certains ne lisent pas beaucoup et n'aiment pas les gros pavés (et aussi à cause de ma mauvaise connexion internet qui ma fait recommencer la mise en page de 30 chapitres alors que j'étais arrivé à la fin). Il y a d'autres petites précisions:
-Les chapitres sont assez court sauf un qui est composé de quatre parties.
-Et il y a quelques incohérences dû au fait que nous travaillons à deux.
-Il y aura surement des fautes.
-Cette fic' es en cours de réécriture.



Prologue

Nul ne sait comment ils sont revenu.
Nul ne sait combien ils sont puissant.
Nul ne sait combien ils ont conquis de monde.
Mais un chose est sûr.
Ils sont de retour.
Plahgueians.
Un nom oublié.
Une race violente, agressive.
Il y a des années qu'ils ont disparus.
Un peuple mystérieux de la planète des sables nommé Vutkin les ont chassés.
Mais ils sont revenus.
Et leur empereur maudit nommé Emion fait régner sa tyrannie.
Un seul espoir dans ce monde.
Le Chercheur.
Celui qui devra trouver le seul peuple capable de vaincre Emion.
Les Vutkin.



Chapitre 1

Sokar était un Leinian, race calme et sage, disposant de peu d’armes avancées pour faire la guerre. L’armure de Sokar était verte et métallisée. Il était dans son
vaisseau, nommé Raptor, avec son ami Kari qui avait une armure blanche. Sokar était à l’avant. Il contrôlait le vaisseau et tirait avec les canons principaux ainsi qu’avec les missiles. Kari était à l’arrière et s’occupait de la tourelle. Ils étaient au beau milieu d’une guerre avec les Plahgueians. Une guerre perdu d’avance. Leurs ennemis possédait un arsenal bien supérieur à celui des Lenians. Il y eu une énorme explosion. Sokar vit l’Endinal, croiseur qu’il avait quitter il y avait à peu près une heure sombrer vers Leinia, sa planète. Un chasseur ennemi se plaça derrière lui. Ce que les Plahgueians ne savaient pas, c’était que Sokar était un bien meilleur pilote qu’eux. Il esquiva les tirs et essaya plusieurs manœuvre destiné à perdre son ennemi, mais celui-ci le suivait toujours. Son écran lui indiqua qu’il avait été accroché missile. Il ne lui restait plus que quelques secondes. Il réalisa alors l’impossible. Le Raptor était un bon vaisseau. Il fit un looping, priant pour que son appareil tienne le coup. Kari tira avec la tourelle et le descendit pendant le looping. Ils devaient se diriger vers l’Erenor, croiseur de guerre ennemi. Il avait reçu l’ordre de le faire sauter. Son vaisseau se dirigea aisément vers le croiseur. L’air d’atterrissage n’était pas fermée. Il rentra et détruit tous les vaisseaux posés et
tua tous les Plahguians visible. Kari fut prit de spasme. Cela lui arrivait lorsqu’il avait une vision. Sokar posa le Raptor et Kari sortit de sa transe.
-Qu’à tu vu ?
-La perte de ce vaisseau, lui répondit Kari.
Il paraissait troublé. Ils devaient se diriger vers la salle des moteurs. Le Leinian à l’armure verte sortit deux blasters tandis que celui à l’armure blanche dégaina son sabre qui fut parcourut d’arc électriques. Kari avait toujours préférer les armes blanches. Un barrage de dix Plahgueians leur fit face. Ils étaient deux fois plus
grands que les Lenians. Ceux-ci se cachèrent dans un coin. Sokar activa une grenade plasmatique et attendit deux secondes avant de la lancer. Elle explosa en
touchant le sol. Les guerriers ennemis étaient morts. Il y avait un trou dans le sol. Parfait ! Un raccourci. Ils se jetèrent dans le trou. Ils atterrirent derrière des gardes et devant une porte. Sokar fit un roulade tandis que Kari les décima par derrière avant qu’il n’aient conscience qu’il y avait quelqu’un. Ils ouvrirent la porte à l’aide d’une petite charge d’explosifs. Il n’y avait personne à part quelques robots. Sokar les descendit d’un rayon surchauffé dans le front. Ils placèrent cinq kilos de charges plasmatiques sur les turbines. Ils avaient dix minutes pour quitter le vaisseau. Ils tuaient facilement leurs ennemis. Jusqu’au moment où Eion le maître
du vaisseau fit son apparition. Il était seul et sans armes apparentes.
-Rendez vous et il ne vous sera fait aucun mal, dit nonchalamment Eion.
-Jamais ! En plus nous sommes en position de force, répliqua Sokar.
Eion soupira.
-Vous m’y aurez obligé.
D’un geste trop rapide pour être vu, il sortit un blaster de sa cape et fit feu. Kari para deux tirs mais le troisième toucha Sokar à l’épaule. Le Plahgueian se déplaça trop rapidement pour que ce soit possible vers Kari et lui donna un coup de poing qui lui fit traverser le mur. Sokar le suivit. Ils étaient dans la salle des modules de secours. Kari ouvrit une porte et poussa Sokar dans la capsule. Il lui donna son sabre et sortit un blaster.
-Pourquoi ? demanda Sokar.
-Pour que tu puisse partir. Sinon il détruira la capsule.
-Non tu ne peux…
Kari ferma le sas et actionna le dispositif permettant de partir. Plus que dix seconde et Sokar serait sauf. Eions se montra et Kari tira tous ce qu’il avait jusqu’à ce que son blaster surchauffe. Le module fut éjecter du vaisseau.
Dans sa petite sphère, Sokar vit quelques vaisseaux sortir de L’Erenor, dont un
doré, avant qu’il n’explose. Eion était toujours en vie. Pourquoi Kari s’était il sacrifié pour lui ? Il ne comprenait pas. Il toucha le sabre. Il apprendrait à s’en servit et
tuerait Eion avec.





Chapitre 2

Uruna, planète du système Stullbayru, ville de Treis.
Sokar était rentrer chez lui. Une fois de plus, les Taureians avaient perdu la bataille. L'Erenor avait était détruit, mais a quelle prix ? Emion continuait sa tyrannie. Il devait bien y avoir une planète où un repaire serait possible pour le Colossum Taureians ? Sokar mit du temps a y réfléchir, mais il trouva. Korina. Lointaine planète très luxuriante, Korina était le repère parfais pour le Colossum. Sokar regarda l'épée de Kari.
-Cryhs, dit-il. Tu t'appelleras Cryhs. Vengeance en langage Leinian. Parce que je vais tuer Eion avec toi.
...



Faltis, planète du système Gaara, en orbite sur la station Obika.



Les deux créatures se regardèrent en face. Elles se ressemblaient. Ils étaient frères. Le premier parla.
-Il faut aller retrouver Katrei.
-Pas encore.
-Fulkaz, tu connais le sort réserver a ceux qui restent dehors la nuit.
-...Tu a raison Oven. Et il est temps que tout ceci change.
Ces deux créatures, Fulkaz et Oven, étaient des Pheian. Des créatures ce cachant sous leur monde de sable. Il étaient les proie des Vutkin et de leur animaux appelés Si'ginel. Oven et son frère appartenait a la ville caché de sable Tyura. Ils étaient de frêles créatures, qui usaient du sable comme une arme et un bouclier.Bien caché sous le monde de sable qu'est Faltis, ils étaient a l'abri des Plahgueians. Mais on ne peut échapper a tout danger. Les Pheian étaient le festin des Vutkin, qui eut habitait le sol. Les Vutkin avait une faible vue, et chasser la nuit, permettant au Pheian de prendre des rations de nourritures pendant la journée.
-Oh gata ken tsen ti Katrei.
La langue des Pheian, le Tsu'jinn, était très complexe. Katrei était le chef de Tyura.
-Lata menji surii ko fen.
Oven et Fulkaz s'inclinèrent et firent route vers leur maison. Leur mère, Kegi, les attendaient pour le diner.


Plahguei, planète du système Stullbaryu, capitale du royaume de Kaneri, Sunna.
Vokon n'aimait pas son travail. Il circulait dans tout le royaume faire passez des informations a l'empereur Emion.
-Mon seigneur ?
-Vokon ? Que veux-tu ?
-J'ai des nouvelles du traitre.
-Quelle traitre ? J'ai des espions partout !
-Je vous parle du traitre sur Leinia. Il a des informations a vous communiquer.
-Bien. Aucune autre nouvelle ?
-Aucune, mon seigneur. A part une victoire sur le Colossum. Mais l'Erenor a était détruit. Eion, votre général, a survécu.
-Tu peux partir Vokon.
Vokon s'inclina et partit. Emion sourit. Le traitre arriva quelques secondes après son départ.
-Ah ! Tu es là.
-Oui mon sseigneur.
La voix du traitre ressemblait a celle d'un serpent.
-Vous m'avez demandé ?
-Oui. C'est au sujet de mon collaborateur.
-Que veux-t-il ?
-Quelque chose. Quelque chose auquel tu est en relation.
-Quoi mon sseigneur ?
Emion ricana.
-Un masque. Le masque de vie.
Le traitre écarquilla les yeux.
-Le massque de vie ?!



Merci à ceux qui ont lut ces chapitres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: L'Héritage, Tome 1, Sokar   Sam 30 Avr 2011 - 14:37

De nouveaux chapitres sont arrivés ( je sais on pourrais appeler ça un double post mais il faut que je mette cette fic' au plus vite pour que l'on puisse commencer l'autre. Et c'est pour ne pas tout faire en un post et tout perdre...). Bonne lecture !



Chapitre 3

Sokar contemplait Cryhs depuis plus d’une heure. Il allait devoir à prendre à s’en servir. Il sortit de sa petite maison délabrée. Le vent soufflait fort, très fort. Le Leinian n’y fit pas attention. Il continua sa route. Il était seul. Il lui faudrait un bonne demi-heure de marche pour atteindre Treis, la ville la plus proche. Il était totalement seul. Il repensait au geste de Kari. Il était un des seuls Leinians parti faire la guerre encore en vie. Un voix lui murlura à l’oreille .
Chercheur...
Il se retourna. Il n’y avait personne. Juste le bruit du vent. Il continua à marcher, regardant constamment derrière lui. Mais il fut de nouveau surpris par la voix.
Tu es l’élu…
Il en était vraiment sur. Il n’y avait personne à part lui. Il se dit que ce devait être à cause du choc lorsque la capsule s’était écrasé sur Uruna. La voix persista.
Les Vutkins…
Il en avait plus qu’assez. Il cria :
-Assez ! Je ne veux plus vous entendre !
Les voix se turent. Il arriva finalement à Treis. Il n’y avait que peu de monde dehors. Les Taureians faisaient en moyenne deux têtes de plus que lui. Ils avaient des sabots, une queue ainsi que deux cornes. Il frappa à une porte et un Taureian en armure lui ouvrit.
-Je vous salue noble Leinian.
-Moi de même maître Ptir.
Le Taureian hocha la tête et invita Sokar à le suivre. Ils arrivèrent dans un grand jardin. Il y avait une énorme hache plantée dans le sol. Ptir la saisit et la dégagea.
-Votre lame et fine et extrêmement tranchante. Il faudra vous habituez à combattre en esquiva et non en parant. Vous devez être plus rapide que moi pour gagner. Mais avant cela, faisons quelques exercices.
-Bien, répondit le Leinian.
Sokar s’entraîna pendant trois jours. Jamais il ne se reposa. Il enchaînait les postures de combats, les différentes attaques, les enchaînement , les exercices de souplesse ainsi que les combats avec Ptir.
-Je vous remercie énormément maître Ptir.
-C’est normal.
Il se serrèrent la main.
Il se dirigea vers le palais. Il était ouvert. Monta de nombreuses marches, passa par de nombreux couloirs avant d’arriver devant une porte blindée. Il y avait deux gardes devant et un robot de combat défensif.
-Que voulez-vous ? demanda le premier garde.
-Je voudrais parler avec le maire de cette ville.
Le garde dit au deuxième :
-Fouille-le.
Il s’éxecuta. Il dut laisser Cryhs et ses deux blasters. Il entra et vit un vieux Taureian, tenant une canne dans la main.
-Que voulez vous.
-J’ai une proposition à vous faire pour quitter cette planète avant que les Plahgueians ne s’emparent de la planète.
-Je vous écoute.
-Eh bien…

Chapitre 4

Le Taureian se tut un instant et parla.
- J'ai un marché a te proposer. Connais-tu le peuple Pheian ?
Le Leinian réfléchit un moment.
- Un peu. J'ai passer un petit séjour sur Gaara.
- Il se trouve les Pheian ont une arme très puissante, qu'il appelle l'OPD, Ophyremus Pakthe Diis, qui veut dire "Arme nucléaire" en Tsu'jinn.
- Une arme nucléaire ?!
- Oui. Mais les Pheian ne peuvent pas l'utiliser. D'ailleurs ils ne veulent pas. Mais ils sont près a la vendre.
- Quel est son prix ?
- 500 000 Hamu, leur argents. Ce qui est beaucoup trop d'argents pour les fonds du CT.
- Je dois aller la voler, c'est ça ?
- Non. Nous avons besoins de l'aide des Pheian. Je veux que tu ailles sur Gaara et que tu libère les Pheian des Vutkins. Si on pourrait faire ça, je suis prêt a mettre ma main au feux qu'il accepterait de donner leur OPD sans demander les Hamu.
- Donc, je dois aller libérer les Pheian des Vutkins pour qu'ils nous donnent l'OPD ?
- Oui, c'est ça.
- Je pars quand ?
- Dans quelques heures au plus tard. Nos éclaireurs ont remarqué des vaisseaux Plahgueians qui se dirigent en ce moment même vers Urana.
Sokar hocha la tête. Il s'inclina devant le Sage et partit.
- Sokar, attend ! Tiens: c'est un chien de feu, un Neyaaken.
Une céature rouge feu avec d'énorme dents et plein de symboles divin apparut.
- Wow ! Un Neyaaken ! C'est rare, non ?
- Très rare. Il n'en reste qu'un centaine sur Urana. Ils sont très puissant et peuvent lancer des boules de feu.
- Merci Grand Sage.
Et il partit, son Neyaaken a ses côtés.
- Fais attention, Sokar. Fais attention au Plahgueians.


Chapitre 5

Sokar se dirigea vers le hangar à vaisseau. On lui en avait donné un. Il espérait que les Taureians allait quitter cette planète. Il devait parlementer avec
les Vultkins. Il ne pouvait les tués, quelques uns mais pas tous. Cela était impossible. Un Taureian plus grand que la moyenne lui indiqua d’un signe de tête son
vaisseau. Le Lenian se rapprocha. Le nom de son vaisseau était Liberia. Un
vaisseau qui n’était pas fait pour le combat. Il l’inspecta. Il avait l’air d’être rapide. Sokar monta dans le cockpit. Il y avait de la place pour son Neyaaken. Se dirigea en volant vers la piste de décollage. Liberia était simple à piloter. C’était à peu près la même chose que pour les vaisseaux Lenians. Il décola et partit dans l’espace. Il savait où était Gaara. Les
Vutkins qui étaient là-bas n’étais qu’un petit peuple sans grands armement. Il devait trouver le « vrai » peuple Vutkin. Il le savait. C’était tout. Une petite voix lui disait qu’il ne pourrait venger Kari si les Vutkins n’étaient pas retrouvés. Son radar lui indiqua qu’il y avait plusieurs vaisseaux près de lui. Il se retourna et regarda derrière lui. Les vaisseaux étaient du même model que le sien. Le canal de communication se mit en marche.
-Ici, le capitaine Ptir. Nous allons t’aider à accomplir ta mission. Il y a quatre vaisseaux comme le tien et un transporteur. Nous seront une vingt cinq sur Gaara.
-Bien, je vous remercie. Je ne me voyais pas accomplir cette mission seul.
-Ce serai du suicide, lui répondit Ptir. Quel approche veux-tu ?
-Se séparer en deux groupe. Un groupe assez grand qui ira rencontrer les Pheians et qui leur dira de se préparer à la guerre si le deuxième groupe échoue.
-Et…quelle est la mission du petit groupe.
-Je le commanderai et j’irais voir le Vutkin en leur proposant de laisser les Pheians tranquilles et de nous aider à battre les Plahgueians.
-Bien. Je vais te donner mes cinq meilleurs hommes. Gragos, Xir, Helmar, Ictur et Salar, vous suivrez le Lenian et lu obéirez comme si ses ordres étaient les miens.


Un homme encapuchonné s’avança vers le trône d’Emion. Celui-ci congédia ses gardes. Ils sortirent par une grande porte blindée. La salle était grande et pleine de colonnes, d’or, d’armes, de tableau, … Le personne encapuchonnée fit un signe de tête vers une femme en armure blanche, argentée et noire.
-Elle peut rester. Sriska peut entendre ce que tu as à me dire. J’ai entièrement confiance en elle.
-Mais mon seigneur, c’est une Relomienne. Elle fait partie d’un peuple insoumis. Il ne faut lui faire confiance.
-Elle est soumise. Elle a tué, pour moi, beaucoup de haut dirigeants de Relomia.
-Mais…
-Il n’y a pas de mais Gearwast, trancha Emion en tirant sur l’être encapuchonné.
Sa cape prit feu. Et découvrit son corps. La Relomienne sourit. Gearwest était un Lenian dont le corps était à quatre vingt cinq % machine.
-L’arme anti-Teridax est prête. Les Vaisseaux de Guerre Plahgueians commandés par Eions sont presque arriver à Uruna. Aucun signe des Vutkins. Ils ne semblent pas au courant de notre situation.
-Bien, bien, bien, dit Emion en souriant. C’est parfait, tout est parfait.
-Sriska soit gentille et débarrasse moi du nuisible.
Sriska ne broncha pas.
-Tu le trouve utile ?
Gearwast compris qu’Emion parlait de lui en disant nuisible.
Elle hocha la tête.
-Bien il vivra donc.
-Mon seigneur, je vous jure que je ne dirais rien, gémit Gearwast.
-Oui, tu ne dira rien.
-Merci seigneur, merci beaucoup
-Sriska, dit l’empereur Plahgueian.
Elle disparut et réapparut juste devant Gearwast. Il put voir qu’à la place de son bras droit, il y avait une lame. Elle rapprocha sa tête de la sienne et lui chuchota :
-Si tu dit quelque chose, tu ne mourras pas. Je m’arrangerai pour que tu souffre tout les jours. Tu ne veux pas perdre ta famille n’est ce pas.
Avant qu’il ne puisse répondre, elle se téléporta auprès d’Emion.

Chapitre 6

Sokar arriva sur Gaara quelques heures après. Il décida qu'Ictur et Xir le suivrait sur Gaara,
pendant que trois autres Taureians surveillerait les mouvements des Vutkins. Sokar se posa
sur un des rares hangar de la planète. Le Leinian sortit de son vaisseau, un communicateur
a la main. Sokar fut accueilli par un autre peuple, les Ysatreians. Les Ysatreians était neutre
dans la guerre Plahgueians/Taureians. Ils avaient les mêmes égard pour les deux peuples.
Un groupe d'Ysatreians vinrent voir Sokar, Ictur et Xir.
- Bienvenue sur Gaara. Je suis Gonuko et voici mes assistants et mon apprenti, Haraka.
Les Ysatreians étaient connus pour leur ordre mythique, les Gardiens du Temps. En effet,
certains Ysatreians savent maitriser le temps. Par exemple, il peuvent le stopper pendant
quelques secondes au maximum, ou l'avancée de quelques minutes. Mais il faut beaucoup
de temps pour ça. Pour reculer le temps d'une minute, il faut au moins avoir fait 20 longues
années d'étude sur le temps. Pour préserver le secret du temps, les Ysatreians prennent
des apprentis.
- Enchanté Gonuko. Je suis Sokar, et voici Xir et Ictur.
- Je vous prie de me donner vos cartes d'identité.
Sokar hocha la tête. Il donna sa carte d'identité. Dessus était inscrit le droit de citoyenneté,
l'organisation de travail, le droit d'avoir un familier, l'age, le sexe, la race ou encore la lieu d'habitation et de naissance.
- Hum...ça va. Tout est correct.
- Bien. Je peut passer ?
- Je vous en prie.

Pendant-ce temps, sur Plahgueia, le serviteur d'Emion pestait.
- Gearwast ! Gearwast ! Ouvre cette porte !
Gearwast ouvrit la porte.
- Calme-toi Metus. C'est pour quoi ?
- C'est au ssujet de cette peste de Ssriska.
- Ah, la...
- Tais-toi ! L'empereur n'est pas censsé ssavoir que nous ssavons qui est en réalité Ssriska.
Gearwast hocha la tête.
- Tu veux continuer ton plan Metus ?
- Oui. Emion n'a était que trop longtemps au pouvoir. Il faut sse rebeller et le tuer.
- Tu a raison Metus. Mais il y a un problème...
- Quoi ?
- Seul Emion sait comment tuer Teridax. Et c'est lui le véritable problème.
- Ne t'inquiète pas. Je ssais comment tuer Teridax: il faut le massque de vie.
Metus dut se forcer a prononcer ce mot. Aujourd'hui, il le haïssait.
- Et tu sais où il se trouve ?
- Non, mais je connais quelqu'un qui le ssais.

Merci à tous ceux qui ont prit la peine de lire ses chapitres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: L'Héritage, Tome 1, Sokar   Sam 30 Avr 2011 - 15:38

Chapitre 7

L’Erenor II s’approchait tranquillement de Gaara. Eion était à la tête du magnifique croiseur de guerre. Des informateur lui avait appris qu’un Lenian se trouvait sur cette planète. Un Lenian qui avait détruit son vaisseau et qui avait réussi à lui échappé. Il arborait un sourire machiavélique. Il devait se venger de cet affront. Il était maintenant la risée armes les autres commandants Plahguians. Lenia était une planète calme sans trop d’armes et il avait réussi à perdre son croiseur. Il avait été négligent. Encore quelques minutes et le bombardement orbital allait commencer. Il espérait que le Lenian ne mourrait pas pendant. Le vaisseau se positionna. Il entendit une voix, dans un haut parleur, dire :
-Obus en chargement.
Il n’attendait plus qu’une chose. Plus qu’une seule phrase.
-Canon prêt à tirer.
Ptir était en train de parlementer avec Katrei. Soudains son communicateur s’alluma. Il entendit la voix d’Helmar.
-Croiseur Plahgueian au dessus de la planète. Quelles sont vos coordonné pour m’abriter d’un éventuel tir orbital.
-65.7.98, répondit Ptir. Comment se déroule la mission de Sokar ?
-Il est en train de négocier avec le chef Vutkin, répondit une autre voix.
C’était celle de Gragos.
-Les Vutkins ont arrêté les négociations ! Ils sortent les armes ! dit Ictur en paniquant.
-Rentrons la base ! Vite ! cira Sokar.
La communication fut coupée.
L’attaque orbitale avait commencé depuis en petit moment. Xir était mort avant de pourvoit monter avec Salar. Le petit groupe était partit à trois vaisseau vers le croiseur de guerre Plahgueian. Ils étaient accompagnés
par les Vutkins. Les Pheians constituaient les forces terrestre. Le vaisseau de Sokar n’était pas fait pour le combat. Il allait faire comme la dernière fois. Mais avant il devait récupérer un bon vaisseau. Il s dirigea vers le croiseur Vutkin.
-Salar, Gragos, Ictur, Helmar. Nous allons rentrer dans le croiseur Vutkin et nous accaparer de vrais vaisseaux de guerre.
Il rentrèrent dans le croiseur se nommant Its’caera. Ils sautèrent de leurs vaisseaux et montèrent dans des chasseurs Vutkins. Il étaient fins et longs. Les commandes étaient étranges mais ils apprendraient en combattant. Ils décollèrent.
C’était une formidable bataille aérienne. Eion la contemplait grâce à la baie vitrée de la salle de commande. Quelqu’un était derrière lui. Cette personne dit :
-J’espère que vous avez bien fermer le hangar cette fois. Si vous perdez ce vaisseau dans cette bataille, vous serez une honte et vous savez ce que je devrais faire.
Bon sang ! Ce qu’il pouvait haïr Sriska. Elle venait de gâché un instant magique.
Sokar venait d’abattre un bombardire Phagueian.
-Les chasseurs Vutkins sont de vraies merveilles ! cria t-il dans son communicateur.
-C’est vrai, répondit Ictur.
-Ils sont bien meilleurs que les chasseurs Taureians, renchérit Salar.
-Pour sur, ajouta le dernier de la bande.
Ils se dirigèrent vers les portes du hangar. Ils trouvèrent celles-ci fermées. Un vaisseau Vutkin percuta le flan de l’Erenor II et ouvrit une brèche. Sokar et ses amis s’engouffrèrent. Ils détruisirent tous les vaisseaux
dans le hangar. Ils descendirent de leurs vaisseaux. L’endroit était anormalement désert. Il n’y avait aucun garde. Il y eu un son étranglé derrière Sokar. Celui-ci se retourna et vit Helmar. Le sang lui coulait de la bouche. Il y avait une lame qui lui sortait du torse. Elle était parcourue d’éclair bleus. La lame se retira et Helmar s’affaissa laissa apparaitre une ravissante Relomienne. Un de ses bras était une lame.
-Je suis Sriska et je suis venue pour vous tuer, dit elle avec un sourire.
Sokar Dégaina Cryhs tandis qu’Ictur sortait un long fusil laser. Salar avait une énorme hache à la main. Le sabre de Sokar crépita, laissant apparaitre des éclairs bleutés. La Relomienne disparut. Salar gisait par terre, mort. Ictur tira. Sriska évita facilement l’attaque. Sokar lui sauta dessus en criant des paroles incompréhensibles. Sokar se défendait bien mais il voyait qu’elle lui était supérieure. Elle s’amusait avec lui. Elle disparut. Il bondit vers Ictur et le poussa. Le Lenian ne gémit, ni ne cria lorsque la lame s’enfonça dans son flan. Sriska fut surprise qu’il se soit jeter sur a lame.
-Jamais plus je ne laisserais mourir mes amis ! rugit il en frappa l’assassin, au niveau de l’épaule, avec son épée.
Le bras se détacha proprement. Il n’y avait pas se sang. Sokar la frappa, au niveau de l’estomac, de son poing. Elle tomba à terre. Elle se releva d’un bon. Son bras qui avait été tranché éclata en une centaine de scarabées métalliques. Il s’envolèrent et reformèrent le bras de Sriska. Elle disparut ensuite.
Elle était dans une pièce sombre, assise. Son unique bras sans arme entourait ses genoux. Elle se balançait d’avant en arrière.
Qu’est que c’était. Qu’ai-je vraiment ressentit lorsque je l’ai combattu. Je ne saurais le dire.

La bataille faisait rage sur Gaara. Alors que les Ysatreians défendait leur cité comme une louve
ses petits, les Vutkins et les Pheian s'allièrent pour la première fois depuis bien des années.
Alors que les premiers étaient d'excellent chasseur, les deuxième se servait du sable comme
atout principal. Ensemble, Taureians, Vutkins, Ysatreians et Pheian étaient indestructible.
Hélas, Eion ne semblait pas abandonner facilement. Refusant un nouvel échec, le général
avait tout prévu: l'Erenor II était bien plus impressionnant que le premier. Il avait une
particularité: un canon a ions. Une décharge énergétique qui absorbe tout ce qui énergie
sur son passage, laissant des croiseurs entier a merci de l'ennemi, qui s'amuser alors a
voir les canons détruire les croiseurs. Sur Gaara, Sriska se dissimulait elle n'avait encore
jamais manquée une mission, et ce ne serait pas aujourd'hui que ça commencerait.
Sokar quand a lui déchiquetait une foule de Plahgueians, et Yorak (le nom qu'il donna a Neyaaken) avait un malin plaisir a les voir crier et gesticulait lorsqu'ils se prennaient une de ses boules de feu. Sokar épaula Cryhs et continua son massacre. Et un peu plus loin se trouvait
deux Pheian: Oven et Fulkaz. Les deux frères était très puissant. Leur capacités étaient
tout bonnement incroyable. Katrei se battait un peu plus loin. Tandis qu'a Gonuko et Haraka
, ils combattaient avec plusieurs autres apprentis Gardien du Temps. Ils eurent la malchance
de tomber sur Sriska. Aussi rapide que le vent, la Relomienne tua deux apprentis. Ce fut
Gonuko qui l'aperçut, et ceux en arrêtant de quelques secondes le temps. Sriska s'écrasa
a côté de lui. La Relomienne rugit de colère. Elle se précipita et décapita un autre apprenti.
Haraka se montrait méfiant. Il était tellement concentré sur les mouvements de la Relomienne
qu'il savait où et quand elle attaquerait. Finalement, Sriska fit mine de rebrousser chemin...
pour revenir quelques secondes plus tard alors qu'Haraka et Gonuko lui tournait le dos.
Sriska enfonça sa lame dans le corps de Gonuko. Le Gardien du Temps s'écrasa sur le sol.
La Relomienne bondit sur le dernier survivant: Haraka. Toujours aussi prudent, l'apprenti
était quasi-indestructible. Arriva Sokar et Yorak. Sokar, reconnaissant son assaillante,
se précipita. Sriska se retourna et évita un coup mortel de Cryhs. La Relomienne croisa alors
le visage de Sokar (elle ne prenait pas la peine de regarder ses victimes.), et quelque chose
la titilla. Elle ne savait pas quoi, mais elle s'en fichait. Désormais moins sûr d'elle, Sriska
fit retraite. La Relomienne bondit sur un chasseur et rejoignit l'Erenor II.

La vision de Sokar devenait de plus en plus trouble. Ictur et Haraka était à côté de lui. Un grenade tomba à ses pieds. Il ne réfléchit pas. Il frappa dedans de toutes ses force. La grenade s’envola et explosa dans les airs. Un tir de plasma réduisit cinq Vutkin à l’état de flaque visqueuse. Leur bataillon commençait à manquer d’hommes. Ictur avait usé plus de dix armes. Sokar avait un blaster Plahgueian sans sa main droite et Cryhs dans la gauche. Un tir laser le toucha au niveau de la poitrine. Tout fut noir. Il s’écroula alors que la batille faisait rage autour de lui.Eion faisait les cents pas, attendant une réponse. Sriska n’était pas rester longtemps. Elle était repartie avec son Ogrin. Le communicateur placé dans son casque s’alluma.
-Je serai là dans moins d’une heure, lui dit une voix.
-Je te remercie Trano. Je ne peux les battre, Ils sont beaucoup trop nombreux.
-C’est normal, nous sommes comme des frères.
La communication, s’interrompit. Eion était heureux. Le haut commandant Trano, qui était son meilleur ami, arrivait à bord du Thunderfury. Un des meilleurs croiseurs Plahgueians. Il jubilait. La guerre allait bientôt prendre fin.

Ptir brandit sa hache énergétique et coupa un de ses ennemis en deux. Katrei était à ses côtés. Un missile, fonça su le chef Taureian. Mais un mur de sabla le stoppa. Il y eu une explosion. Ptir sortit du nuage du fumée en hurlant. Les armures Plahgueiennes ne pouvaient résister à sa force. De plus, il était couvert par Katrei. Les envahisseurs reculaient devant lui. Tous sauf un. Il avait une armure rouge sang. Il avait un sabre dans chaque main. Ptir bondit. Le Plahgueian ne put le suivre des yeux à causes du soleil. Le Taureian retomba, sa hache enfoncé dans le sol. Katrei se battait contre de simple soldats. Il l’aiderait d’un moment à l’autre. Le Plahgueian était rapide. Il évitait toutes les attaques et contrattaquait aussitôt. Ptir était en difficulté. Il fallait qu’il gagne du temps. Juste pour que Katrei finisse le travail. Un tir surchauffé traversa le torse de Ptir. Il lâcha son arme. Le Plahgueian bondit et Ptir leva la tête, acceptant la mort. Ce fut à ce moment qu’il vit que le Plahgueian à l’armure rouge n’allait pas le tuer. Il sourit. En effet, un tir du canon à ion de l’Erenor II s’abattit sur le zone où se trouvait Ptir et Katrei.

Sokar se réveilla. Il était dans un abris de fortune, allongé sur une couverture. Un bandage lui couvrait les côtes, là ou Sriska l’avait touché. Il se redressa et la vit, là, devant lui. Il fut pris de stupeur mais elle lui dit de
sa douce voix :
-Je ne suis pas là pour te tuer. Je suis là pour t’aider à quitter cette planète.
-Quoi ?
-Cette planète est condamnée, ajouta t-elle.
-Comment ça ? Nous sommes en train de gagner, l’Erenor II n’a presque plus d’hommes. Tu crois que je vais avaler tes salades ?
-Avaler mes salades ?
-C’est une expression, répondit Sokar. Ça veut dire : Tu crois que je vais croire tes mensonges.
-Ce que je dis est vrai. Un deuxième croiseur arrive. Il est encore plus puissant que L’Erenor II. Je te laisse une chance de t'en sortir, saisit là.
-Et mes amis ?
-Tu peux en emmener deux.
Sokar alluma son communicateur et chercha à joindre Ptir. Il n’y eu aucune réponse, même pas un grésillement. Il devait être mort. Il réussi à joindre Ictur.
-Rejoins moi avec Haraka dans ma tente.
Il ne laissa pas le temps à son amis de répondre. Il coupa la communication.
Ictur et Haraka arrivèrent un dizaine de minutes plus tard. Quand ils virent Sriska, ils brandirent leurs armes. Sokar se mit entre les deux et leur expliqua la situation. Ils avaient toujours leurs armes en main. Ils n’étaient pas tranquille. Ils sortirent de l’abris et continuèrent de s’en éloigner pendant un petit demi heure. Il arrivèrent près d’un vaisseau. Une énorme créature le gardait. Ce monstre était plus grand que les Plahgueians. Il avait une armure renforcé, des canons sur les épaules, un de ses bras se terminait par une énorme griffe énergétique. Il pouvait plié les griffes. C’était une véritable main. Son autre bras se terminait un niveau du coude pour laisser place à un lance flamme. Un de ses yeux était cybernétique. La créature chargea. Sriska qui était en première ligne ne broncha pas. Eklle leva la main et dit ;
-STOP !
La créature s’immobilisa.
-Je vous présente Arven, ses mon Ogrin. Il me sert de garde du corps. Maintenant prenez se vaisseau et partez.

Sokar hocha la tête. Il courut vers le vaisseau chasseur, intitulé le Kireegon. Haraka, encoresous le choc de la mort de son maitre, et Ictur le suivirent dans deux autres chasseur, le Millekian et le Thentana. Sriska les regarda s'éloignait et se retournât. Son coeur faillit bondir hors de sa poitrine. Les Jumeaux. Deux créatures vicieuses et cruelles, les fils de Emion. Les Jumeaux n'avaient pas de visage, du moins personne ne l'avait jamais vu a part Emion et Palgina, son ancienne compagne Protosei. Les Jumeaux étaient très puissant, et n'intervenait
que lors des situations extrême. Wylles, un des Jumeaux, se servit de son bâton électrique
pour clouer Arven au sol. Orik, le deuxième, s'approcha de Sriska.
- Tu as trahi Emion ! Sale Relomienne !
Orik la mit par terre et lui cracha dessus.
- Honte a ton honneur !
- Va voir ailleurs, monstre sans forme !
- J'aimerai te tuer, mais mieux vaut demander au seigneur Emion.
Arven se débattit. Rien a faire. Wylles, bien que moins grand qu'Arven, était aussi fort que lui.
- Lâchez-la !
- Tiens donc, voici donc ton Ogrin ? Hum, il est fort. Autant le laisser en vie. Maintenant, tu va me dire une chose: pourquoi as-tu laisser s'échapper le Chercheur ?
- Mais de quoi vous parlez ? Je ne connais aucun Chercheur. J'ai juste lâché un Leinian et ses amis.
- Pourquoi ?
- Je...je...je ne sais pas moi-même. Emion m'a envoyer ici tuer un Leinian.
- Alors pourquoi ne l'as-tu pas fait ?!
- Je crois que je...que je...
- PARLE !
Orik la fixa dans les yeux.
- Je crois que...je suis tomber amoureuse.
Orik se tourna vers Wylles, qui éclata de rire.
- Ah, l'amour, le sentiment des faibles !
Il lui donna un coup de poing.
- Emion ne serra pas content. Pas content du tout.
Le courage des deux Jumeaux s'éteint. Ils n'avaient peur de rien, sauf de leur père.
Wylles l'avait un jour mis au défi. Aujourd'hui, il s'inclinait bien bas devant Emion. Tandis qu'a son échec contre son père, il en gardait une cicatrice qui partait de son cou jusqu'à la fin de son dos.
Orik lâcha Sriska.
- Eh bien, je crois que tu va devoir oublier ce Leinian, si tu tiens a vivre.
- Mais il a quoi d'important a la fin ?
Il eut un long silence. Orik répondit.
- Il est le Chercheur.
Orik n'en dit pas plus. Il embarqua Arven et Sriska dans son chasseur, jusqu'à l'Erenor II.
Pendant-ce temps, Sokar contemplait la bataille. Elle était en faveur des Plahgueians.
Sur Gaara, Katrei décida d'abandonner. Il ordonna de faire évacuer la population de Gaara.
Les Plahgueians s'amuser quand a eux a tirer sur les femmes et les enfants qui courait dans
le champ de bataille dans une course désespéré vers les vaisseaux. Les unités de forces spéciales Plahgueians, la C.E.P, arriva aussi. Les C.E.P était plus grand et plus fort. Ils étaient arrivés avec le Thunderfury. Le commandant Trano se joignit au massacre de Eion.
Vaincu, Katrei courut. Fulkaz et Oven derrière lui. Ils s'échappèrent. Pendant que Fulkaz mettait en route le vaisseau, Katrei regardait sur une espèce de montre le combien de pourcentage de population était en sécurité.
- 60 %.
C'était trop peu pour Katrei. Mais aussi trop tard. Fulkaz démarra le vaisseau et quitta Gaara. Comprenant qu'il était temps de partir, Sokar, Haraka et Ictur quittèrent l'orbite de Gaara.
Ils ignoraient que derrière eux, Katrei les suivait, l'arme des Pheian avec lui. Sokar et ses compagnons passèrent en hyperespace, se dirigeant vers Urana, une des nombreuses planètes Taureians.
Quelques heures plus tard, Gaara n'était plus. A force de tirer, les croiseurs Plahgueians avaient détruit une partie de la croute terrestre, et alors
activer en quelques sorte le noyau de la planète. Il eut une gigantesque explosion, et Gaara disparut. Entièrement. Détruite. Avec un sourire satisfait, Eion quitta les ruines de la planète pour se diriger vers Plahgueia.


Chapitre 8

Sokar se posa près de Treis. Il y avait des vaisseaux Plahgueians tout autour de la planète. Il dit à Haraka et à Ictur de rester dans leur vaisseau. Il n’en avait pas pour longtemps. Il marcha en direction de la cité. Il entendit de nouveaux la voix.
Chercheur…
Il la laissa continuer.
Tu dois trouver le peuple Vutkin…
Il fallait que la voix continue.
Trouve l’élu…
Il vit un Taureian qui courrait à sa rencontre. Il y avait un Plahgueian qui lui courrait après. La voix s’accèlera. Sokar sortit un de ses blasters. Il visa.
Chercheur…Les Vutkins… L’élu…
Sokar tira, il n’entendait plus la voix. Le tir toucha le Plahgueian en pleine tête. Celui-ci s’écroula. Malheur ! A cause de la détonation, il n’avait pas entendu la fin de la phrase. Le Taureian se rapprocha de lui.
-Fuit Lenian, fuit. Cette planète est condamné. Retrouve le reste de notre peuple sur Korina. Mon destin est déjà scellé. Pars.
-Je peux vous aider. Je peux vous faire partir d’ici.
-Hélas vous ne pouvez pas. Ils nous ont réduis en esclavage. Nous avons un émetteur planté dans la peau.
Il y eu des bruits de pas. Il devait y avoir une dizaine de personne.
-Fuyez !
Sokar parti et ne se retourna pas. Quelques instants plus tard, il entendit le bruit d’une mitrailleuse laser. Il monta dans son vaisseau et alluma le communicateur
-Partons sans attendre.
En guise de réponse, les moteurs des deux autres vaisseaux rugirent. Ils décollèrent. Avant que Sokar ne décolle, il étendit une dernière fois les voix.
VUROK…
Sriska fut trainée devant Emion. Gearwast était présent. Il arborait un grand sourire. Sriska était encadrée par les Jumeaux. Emion était déjà au courant de tout.
-Alors comme ça, tu te laisse avoir par des pauvres sentiment ? Toi qui était surnommé la banshee*.
La Relomienne de répondit rien.
-Je pourrais te faire exécuter mais tu m’es forte utile. Je vais te donner une dernière chance.
Le sourire de Gearwast se transforma en une grimace. Elle avait été graciée. Les portes s’ouvrirent pour laisser passer Eion.
-Est-il vrai que tu as demandé de l’aide à Trano ? demanda l’empereur.
-Oui. Cette mission était…
-Faisable ! trancha Emion.
Eion s’agenouilla.
-Vous m’avez tous les deux déçu, dit le chef des Plahgueians, j’avais mis beaucoup d’espoir en vous. Je vais alors vous proposer un petit jeux fort sympathique. Je sais que vous ne vous aimez pas alors je décide que le premier qui tuera ce Lenian aura le droit d’exécuter l’autre de la façon qu’il veut. Sriska sursauta alors qu’Eion se mit à rire. Ils dirent en même temps :
-Il sera fait comme vous le voulez.
Sriska ne voulait pas tuer Sokar. Elle trahirai pour de bon même si ce chemin la condamnerait. Et puis, elle avait toujours son fabuleux Ogrin.

Katrei suivait toujours Sokar. Il s’était laisser distancer. Il fallait qu’il lui remette l’arme.


*Une banshee dans cette fic’ est en faite une créature noire ressemblant à une raie noire. La particularité de cette créature est qu’elle ne fait aucun bruit et qu’elle ne possède pas de cœur.
Voilà pourquoi Sriska était appelé banshee puisqu’elle était sans cœur et silencieuse.


Chapitre 9

Emion soupira. Incapable ! Il se tourna vers Metus.
- Trouve l'arme que les Pheian doivent donner au Taureians. Je la veux !
- Je tacherais de montrer au Taureians la puisssance des Plahgueians.
Metus partit de la salle du trône.
- Tout est près ?
C'était la voix de Teridax. Emion hocha la tête.
- Bien.
- La récompense tiens encore la route ?
- Oui.
- Seigneur Teridax, puis-je vous poser une question ?
- Oui.
- Vous voulez qu'on tue ce Leinian, mais pourquoi ?
- Pour rien.
La voix de Teridax disparut. Loin de Plahgueia, Sokar, bien installé dans le Kireegon, faisait route vers Korina. Le Leinian remarqua alors la planète. Elle était encore en bon état. Les Plahgueians n'étaient pas là. Sokar, Ictur et Haraka se posèrent sur Korina. Ils ne remarquèrent qu'une fois posés que Katrei, Fulkaz et Oven les avaient harponnés.
- Ah, Katrei ! Bienvenue sur Korina.
C'était le Grand Sage Hullakeen.
- Merci de votre hospitalité, Hullakeen. J'ai entendu parler de vous sur Gaara. Nous sommes trop longtemps rester dans l'ombre de Gaara, sans savoir que les Plahgueians mettaient les peuples a leur pieds.
- Les négociations d'alliance peuvent commencer, alors ?
- Elles ne seront pas nécessaire, Hullakeen. Vous nous avez déjà montrer votre courage et votre vaillance sur Gaara. Et, au fait.
Fulkaz et Oven sortirent du vaisseau, une immense capsule a la main.
- Hullakeen, voici l'OPD, l'arme nucléaire que vous souhaitez tant. Mais ça, ce n'ait que mon premier cadeau. Mon deuxième cadeau sera mes deux plus fidèles soldat, Fulkaz et Oven.
Les deux Pheian s'inclinèrent. Le Grand Sage Hullakeen se tourna vers Sokar.
- Non, Katrei. Ce dernier cadeau est a Sokar, qui s'est battu jusqu'à la fin sur Gaara.
- Soit. Sokar, voici Fulkaz et son frère Oven. Mes compagnons seront désormais tiens.
Sokar rigola.
- Je commence a avoir beaucoup de cadeau ! Cryhs, Yorak, Haraka, Ictur et maintenant Fulkaz et Oven ! Merci pour ce "cadeau", Katrei !
- Bien, maintenant si vous voulez bien nous suivre Katrei. Nous allons vous montrer votre chambre pendant votre séjour sur Urana.
Hullakeen se tourna vers Sokar.
- Reste ici quelques temps, Sokar. Aujourd'hui, tu a quartier libre ! Mais demain, tu devras partir sur Taureia. Il faut que tu demande de l'aide a l'empereur.
- Bien Grand Sage. Mais je vais d'abord faire une sépulture a Ptir.
- Comme tu voudras, Sokar.

Merci à ceux lisant ces chapitres (puisqu'il n'y a pas de commentaires, je suis obligé de faire comme ça pour remercier ceux qui lisent)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: L'Héritage, Tome 1, Sokar   Sam 30 Avr 2011 - 16:12

Chapitre 10

Sokar avait construit, à l’aide de Fulkaz, Oven, Haraka et Icutr, une statue représentant Ptir. Il était debout, levant avec gloire sa hache vers le ciel. Il était souriant. Ictur disait qu’à chaque fois que Ptir gagnait une bataille, il prenait cette pose. Des pots de fleurs aaviant été déposé près de la statue. Le corps de Ptir avait été réduit en cendre. Il n’y avait plus rien de lui. Un tir de canon à ion ne pardonnait pas. Sokar repensa à Kari qui avait sacrifié sa vie pour lui. Beaucoup était morts pour lui. Il ne comprenait plus rien. Beaucoup de gens qu’il n’avait jamais connu l’aidaient, il entendait des voix et une de ses ennemis l’aidait soudainement. Tout ce qu’il voulait, c’était venger Kari. Mais il devait maintenant en venger d’autres. Il devait venger des bataillons entiers de soldats. Pour cela, il devait tuer Emion.
Ce n’est pas à toi de le faire Chercheur…
Il entendait de nouveaux les voix.
Trouve les Vutkins…Trouve l’élu… Trouve le…
Il n’y comprenait plus rien. Mais une chose était sure. Il devait trouver les Vutkins. Ils étaient les seuls à avoir plus de puissance que les Plahgueians. Les autres peuples pouvaient résister mais pas gagner. C’était impossible.
-Sokar…Sokar ?
C’était Ictur.
-Qui a-t-il ?
-Viens, nous allons en ville, répondirent Oven et Fulkaz en même temps.
Il les suivit jusqu’à la ville. D’après ce qu’il comprit, la ville se nommait Arshal. Il quitta Haraka et les deux Pheian en entrant dans un hangar. Il était suivit par Ictur.
-Reste ici, je n’en ai pas pour longtemps, dit Sokar.
Il se rapprocha d’un Hullakeen. Il avait des lunette de pilote sur le front et il fumait quelque chose d’étrange.
-Que veux tu p’ti gars ?
-Je voudrais savoir si vous êtes prêt à m’échanger un de vos vaisseaux plus de l’argent contre un chasseur Vutkin.
-Bien sur ! Un chasseur Vutkin ! C’est une perle rare ! Comben veux-tu ? Tu peux choisir n’importe quel vaisseau sauf le Trilia.
-Je demande juste deux mile cinq cent kolirs
-Bien.
Il sortit les kolirs d’une bourse et les tendit à Sokar.
-Où est ton vaisseau p’ti ?
-Prend la porte nord, fait à peu près six cent mètres et tu le trouvera.
Le Hllaken partit aussitôt.
Sokar revint voir Ictur.
-Ça te dit de devenir mon copilote ?

Sirska était à bord de son vaisseau. Il était plutôt grand. Son Ogrin était derrière elle. Il regardait les étoiles. Un Ogrin était bête. Il ne savait pas visé. C’était de la chair à canon. Mais Arven était différent. Il était bête et ne savait pas visé en temps normal. Il ne pouvait pas réussir à toucher une cible en carton. Mais lorsqu’il y avait un combat, il était différent. Il devenait un génie. Un génie du massacre, voilà ce qu’était réellement Arven. Sirska se dirigea vers Uruna. Peut être qu’elle pourrait apprendre quelque chose. Elle rejoindrait Sokar par tout les moyens. Arven n’aurait surement pas été d’accord lorsqu’il n’était pas un Ogrin mais tout ce qui l’intéressait maintenant, c’était le massacre et la protection de Sriska.

Sokar allait décoller. Il avait un nouveaux vaisseau. Il ressemblait fort au Raptor. Sauf que le nom de celui-ci était Chercheur. La voix recommença. Elle répétait en boucle la même chose.
Chercheur, tu dois trouver l’élu...
Sokar n’en pouvait plus. Les réacteur rugirent. Il entendait toujours les voix. Il décolla, suivit des frères Pheians qui avaient un chasseur Vutkin pour eux deux ainsi qu’Hraraka. Il y avait donc trois vaisseaux qui partait de Korina. Les voix s’arrêtèrent soudain. Le Lenian était soulagé.
Chercheur…Trouve Vurok…


Chapitre 11

Taureia. La planète natale des Taureians. Il y a des années, un ennemi très puissant était venu ici.

A l'époque, Taureians et Plahgueians étaient un fabuleux duo, et le CT était le CT-P (Colossum Taureians-Plahgueians). Cette menace, c'était les terrifiants Tyukeen. Tyrannique, puissant et maléfique, venu d'un autre monde, les Tyukeen était des êtres perfides, presque indestructible grâce a une source d'énergie qu'on connait aujourd'hui comme l'abstranium. L'abstranium avait l'apparence d'une pierre noire. Finalement, plusieurs races s'allièrent contre les Tyukeen. Leur empereur, Sihnak, fut tuer. Aujourd'hui encore, les Tyukeen existent. Mais ils ne sont qu'une cinq-centaine, désormais impuissant. On dit que ces a cause de l'abstranium que les Plahgueians sont devenus plus égoïste et sournois qu'auparavant. Leur nouvelle tyrannie dégoûta les Taureians, qui rompirent l'alliance. Fou de rage, les Plahgueians mirent la galaxie a feu et a sang. C'était il y a bien longtemps. Ce fut les Vutkins qui sauvèrent l'humanité.En effet, les Vutkins sont divisés en plusieurs clans. Les Barahik, les plus courent, les Trask, d'autre moins courant, et les Silas, aujourd'hui disparu. Ce fut ces derniers qui sauvèrent l'humanité. Ce servant d'une boule d'énergie très puissante nommé le cube, ils chassèrent les Plahgueians du monde. Puis, ils disparurent tous. Il y a près de 1500 ans, les Plahgueians sont revenu d'outre-tombe. Sans les Silas pour sauver l'humanité, ils étaient désormais très puissant. Et aujourd'hui encore, le combat contre les Plahgueians persistent. D'ancienne prophétie sont apparus, et un peuple encore plus mystérieux que les Gardiens du Temps ou les Silas, les Halik, ont annoncé l'arriver de l'Elu. Mais c'était il y a 300 ans.

Sokar sortit de ses pensées. Il posa le Chercheur sur une plate-forme et courut au palais royal.
Il fit signe a Ictur et Haraka de rester dehors. L'empereur était une très vieille connaissance.
Sokar s'inclina devant l'empereur, suivit de Fulkaz et Oven. L'empereur leur rendit leur salut.
- Quel bon vent t'amène, Leinian ?
- Un bon vent. Korina est protégé. Nos alliés, les Hullakeen, ont entre leur mains l'OPD. Un messager Taureian ira les récupérer au plus vite. De plus, nous pouvons aujourd'hui comptait sur les Pheian, les Vutkins et les Ysatreians dans cette guerre.
- Parfait.
L'empereur Korima était bon avec son peuple. Il avait rencontré Sokar sur Leinia, il y a longtemps. En effet, Korima II était poursuivi par un chasseur de primes Nerezon, Narken Obuld. Celui-ci avait était écarté, mais pas coincé.
- Et où est ton compagnon ? Je veut dire, Kari ?
- Oh. Il est...mort.
- Je suis désolé de l'apprendre. Et quel est cette épée que tu tiens ? Et qui est ce chien ?
- Mon épée est en vérité celle de Kari. Il me l'a donner avant de mourir. Tandis qu'au chien, c'est un Neyaaken. Il s'appelle Yorak. Le Grand Sage Taureian d'Urana me l'a donner.
L'empereur hocha la tête.
- Je ne sais pas pourquoi tu viens ici, mais...
- Je viens réclamer de l'aide !
- Sokar. On me réclame des centaines d'appel d'aide ici, je ne peut pas tous les gérer ! Et puis, repose-toi d'abord. Tu dois être épuisé par le trajet. Il y a une grande distance entre Taureia et Korina.
- Bien, empereur.


Chapitre 12

Sokar se leva de son lit. Il prit un rapide petit déjeuner et se dirigea vers salle du trône. Elle était gardée par un dizaines de gardes, armés jusqu’aux dents et des tourelle défensives.
-Halte ! Qui va là ? demanda le capitaine des gardes.
Sokar s’arrêta immédiatement et répondit :
-Je suis Sokar. Je suis un Lenian et une connaissance de ‘empereur Korima. Je viens pour finir l’audience que j’ai commencé hier.
-Veuillez attendre un instant, dit le capitaine Taureian.
Il fit quelques signes à un de ses soldat, avec ses mains. Celui-ci ouvrit la porte en s’engouffra dans la salle du trône. Il revint quelques instants après en faisant des signes avec ses doigts.
-Bien. Sokar, vous pouvez entrez.
Le Lenian entra immédiatement.
-Sokar ! Je t’attendait.
-Bonjour Korima. Des nouvelles de l’extérieur ?
-Non, il n’y pas grand-chose de nouveaux. Les Plahgueians n’ont pas lancé de nouvelles attaques. Cette journée est calme. Et j’espère Qu’elle le restera.
-C’est au sujet de la demande d’aide.
-Comme tu t’en doute, il y a des appelle à l’aide un peu partout. Le C.T. a perdu. Je ne peux te fournir d’hommes, ni d’armes. Mais si je peux faire quelque chose pour toi, se serait avec plaisir.
-Eh bien, je vous demanderais des renseignement.
-Des renseignement ? Que veux tu savoir ?
-En fait, j’entend des voix dans ma tête. Elles me disent que je suis le chercheur, que je dois trouver les Vutkins, ou plutôt l’élu. Tout ça je sais à quoi sa rime mais les voix me disent de temps en temps que je dois trouver Vurok. Qu’est ce que sait ? Ou qui est ce ?
-Vurok semble être un nom Vutkin. D’après ce que je me souviens, Vurok était le nom d’un héros Vutkin. Il doit faire partit des Silas. Vurok doit être l’élu que tu cherche.
-Une dernière question. Savez vous où j’ai une chance de trouver les Silas.
-Je pense que tu vas devoir aller dans le système nommé Garmen. C’est un système abandonné. Ils doivent surement être là bas. Le problème est que ce système est très éloigné. Tu devras recharger tes vaisseaux en carburant sur des plates formes remplies de mercenaires.
Korima jeta une bourse à Sokar.
-Ne l’utilise que pour le carburant…
Il y eu du raffut au dehors. Les portes s’ouvrirent pour laisser passer Sriska. Sokar faillit dégainer Cryhs mais il vit, au dernier moment, qu’elle avait les poignets et les chevilles enchaînés. Elle était suivit par cinq gardes qui pointaient leur fusil laser elle. Malgré les chaînes, elle avançait ave »c dignité. Elle s’arrêta au niveau de Sokar. Elle se mit à genoux et s’inclina de façon à ce que son front touche le sol.
-Qui es tu ? gronda Korima.
-Je me nomme Sriska. Je suis une Relomienne et une des meilleurs assassin Plahgueian.
-Quoi ?
-Je sus venue ici pour vous demander pardon. Je ne veux plus tuer pour les Emion. Je ne veux plus de massacre inutile. Je veux vivre dans un monde en paix.
-Pourquoi changer d’un camps à l’autre ? Tu étais dans le camp le plus fort. N’est ce pas un subterfuge pour me tuer plus facilement.
-J’aurais pu vous tuer mais je ne l’ai pas fait. C’est assez facile de contourner votre sécurité, dit Sriska. Mais si je change de camp. C’est grâce à Sokar. Il a fait naître en moi un sentiment que je n’avais jamais connu. C’est pour cette raison que je veux un monde en paix.
Son front touchait toujours le sol.
Sokar prit la parole :
-Je pense qu’elle dit vrai votre altesse. Elle m’a aider à m’enfuir lors de la destruction de Gaara.
-Et si cela faisait partit de son plan ?
-Elle peut venir avec moi. Elle devras me suivre. Nous seront dans des vaisseaux. Elle n’est pas aussi forte dans un vaisseau qu’au sol. Et puis, je suis le meilleur pilote qui soit.
-Bien, vous pouvez y aller. Ils partirent. Les chaînes se la Relomienne furent enlevées. Ils marchèrent en direction de la sortit.
-Tu fais un pas de travers et je t’abats. Tu n’auras pas de seconde chance…
Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. D’un geste trop rapide pour être vu, elle le poussa dans une alcôve.
-Je ne te trahirais jamais Sokar. Met toi bien sa en tête. Je ne trahirais jamais parce que je…


Chapitre 13

-Parce que tu ?
- Parce que...tu m'as ouvert la voie, et tu m'a montrer la tyrannie des Plahgueians.
Sokar hocha lentement la tête. Il regarda son écran de contrôle. Lui, Sriska, Haraka, Fulkaz, Oven et Ictur allaient devoir visiter quelques mondes de Garmen. En éspérant qu'ils ne soit pas obligés de chercher dans tout le système. Sokar fit rugir les réacteurs du Chercheur. Ses compagnons firent pareil. Ils décollèrent finalement de Taureia.

Bien loin de Taureia, deux hommes discutait dans l'ombre de la ville de Phan, sur la planète Geia. Le premier homme n'était autre que Wylles, le Jumeau.
- Bien. Mais j'aurais besoin de plus de précisions sur la proie.
Le deuxième homme était un Geian. Et vu son insigne, il était de la CMG. La CMG, ou Compagnie Militaire de Geia, avait beaucoup de chasseur de primes comme serviteur.
Le chasseur de prime attendit la réponse.
- C'est un Leinian, 250 ans environ. Il est grand, du moins pour un Leinian, dans les 1 mètre 70. Il a une épée qu'il garde constamment avec lui. Et il a un Neyakeen.
- Vous devez bien la connaitre.
- En vérité, je ne la connais pas du tout. C'est un traitre qui me fournit toute ces informations.
- Malicieux. Bien, je vais chercher mon associer.
Deux hommes surgirent. L'un était aussi armé que le chasseur de prime et l'autre n'avait aucune arme.
- C'est qui, lui ?
- Ben, je sais pas. Il m'a dit qu'il est perdu.
- Pas de témoin du plan.
Wylles, malgré sa vue avantagé grâce a ses origines Relomien, eut du mal a apercevoir l'action. Le chasseur de prime saisit un blaster et tira sur le pauvre homme, qui mourut sur le coup.
- Vous êtes a la hauteur de mes espérances.
- Hum. Voici Buster, mon associé. Buster, voici Wylles, le Jumeau.
- Enchanté.
Wylles hocha la tête.

Loin de Geia, une créature hideuse se tenait sur le sol. Elle avalait constamment des pierres noires. La créature eut un sourire maléfique.
- Bientôt, nous serons de retour. Et rien ni personne ne pourra nous arrêter.
- Le cube n'a pas encore dévoiler tout ces secrets, maitre.
- Je sais Hyllar. Mais bientôt, si.
La créature sourit.
- Le conseil des 12 aura des nouvelles fraiches, demain.

Encore merci à ceux qui lisent cette fic'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: L'Héritage, Tome 1, Sokar   Sam 30 Avr 2011 - 18:37

Chapitre 14

Emion s’impatientait. Il n’avait pas eu de nouvelles de Sriska. Il ne savait si elle avait pourchasser le Lenian. Eion était parti vers Taureia. Le C.T. ne pouvait plus grand-chose contre la plus grande puissance de l’univers. Les Vutkins n’étaient pas réapparut. Ils devaient s’être éteint. Les jumeaux n’étaient pas joignable. Metus était parti pour collecter des ragots et Gearwast était enfermé dans ses quartiers. L’empereur Tilian allait arriver. Il savait déjà comment aller se dérouler la réunion. Les Tilians n’était pas puissants mais de très bon tacticiens. Il pourrait avoir besoin d’eux. Il allait les soumettre. S’ils ne voulaient pas, il seraient anéanti. Gearwast vint finalement et se plaça à côté de l’empereur Plahgueian. Il fallait que l’empereur ait un conseiller. Il ne servirait à rien. Juste à faire bonne impression.

Ils étaient enfin arriver dans le système Garmen. Ils se déplaçait vite. Les Relomienne avait des appareils, sur son vaisseau, indiquant s’il y avait de signes de vie sur une planète. Sokar la suivait de près. Il croyait vraiment qu’elle l’aiderait jusqu’au bout mais les autres n’étaient pas de cet avis. Il fallait prendre des précautions.
Pourquoi est ce que je la défend alors que je ferai mieux de me méfier d’elle ? Il faut dire qu’elle est si belle. Oh ! Ce n’est pas le moment de penser à ça ! Concentre toi !
Il se parlait tout seul. Ils passèrent à côté d’astéroïdes. Non, c’était des bouts de planète. Mais qu’est ce qui avait bien put causé ça. Ils longèrent une planète couverte de glace. Les appareils de Sriska indiquait qu’il n’y avait pas même un rahi.

Eion tenait Korima par la gorge.
-Dis moi où est Sokar. Je sais qu’il est venu ici. Il y est peut être encore.
-Jamais je ne te répondrais Plahgueian. Tu ne le mérité pas.
Il jeta l’empereur sur le mur. Il se dirigea vers un civile. Il sortit son pistolet laser et tira dans le jambe du citoyen.
-Parle ou je les fais souffrir un a un devant toi.
-Tu ne ferai pas ça.
-Tu veux parier Korima.
Il tira dans l’autre jambe du Taureian.
-Arrête ! cria Korima.
-Ne me donne pas d’ordre ! gronda Eion.
Il tira dans le bras gauche du pauvre citoyen.
-Je t’en supplie, je te dirais tout.
-Vraiment, dit le Plahgueian en tirant dans le bras du blessé.
Il se rapprocha de l’empereur. Celui-ci avait une expression furieuse.
-Tu… as…tiré…une…fois…de…trop !
Il saisit le torse de l’envahisseur, le souleva et ajouta :
-Contemple la force d’un Taureian en colère. Il abattit Eion sur le sol.
Les gardes d’Eion tirèrent juste après et le tuèrent.
Eion se releva. Il avait quelques côtes cassées. Il se dirigea vers un garde de Korima et le saisit par le col. Il le souleva et dit ;
-Dit moi ce que tu sais ou tu finira comme ton empereur.
-Je…Il est partit vers Garmen.
-Le système Garmen ?
-Ou…oui.
Il sourit et brisa la nuque du garde. Il savait où était Sokar. Il pourrait ensuite tuer Sriska. Avant de la tuer, il l’humilierait.

Gearwast avait rejoins Metus.
-Alors ? demande Metus.
-Les Tilians sont soumis.
-Bien, nous allons pouvoir utiliser leur savoir et enfin nous venger.


Chapitre 15

Sokar, Ictur, Sriska, Haraka, Fulkaz et Oven ne savait pas qu'il y avait un traitre parmi eux. De plus, ils ne savaient pas qu'un chasseur de primes et son associé étaient a leur trousse. Ictur regarda son écran de contrôle.
- Cette planète, c'est Liespar.
Sokar et ses compagnons arrivèrent sur une plate-forme d'atterrissage. Il n'y avait personne. Seulement des cadavres. Sokar versa une petite larme pour tout ses hommes mort. Sriska aurait voulu faire pareil mais elle se rendit compte avec horreur que Emion l'avait tellement habituée au cadavre quelle ne ressentait aucun sentiment.
- Mais...c'est quoi tout ces cadavres ?
- Ce sont des victimes de l'abstranium.
C'était un vieillard qui avait parler.
- Qui êtes vous ?
- Je m'appelle Perii, et je suis un Gonnoth. Un peuple oublié qui partage Liespar avec les Liesparians.
- Où sont-il ?
- Loin d'ici. Nous sommes a la cité de Kinheo. Du moins, ce qu'il en reste.
Rare était ceux qui connaissait l'abstranium de nos jours. Visiblement, Oven ne savait pas que l'abstranium était la source d'énergie des Tyukeen.
- Perii, vous avez parlé d'abstranium. C'est quoi au juste ?
- Ah, l'abstranium. Source de malheur de cette univers depuis près de 50000 ans. L'abstranium est une pierre noire, qui est très dangereuse. L'abstranium est une source d'énergie qui est crée lorsque de l'aberonium et du seronium sont mis en contact.
- Une source d'énergie ?! Mais pour quoi ?
- Pour qui. Il y a 6000 ans, les Tyukeen, qui était encore sans folies, on découvert de l'abstranium. Fasciné par ces pierres, ils en ont ramené. L'abstranium s'est développé, et a circuler dans les mondes Tyukeen. L'abstranium était très cher. Malheureusement pour les Tyukeen, l'abstranium les a détruit mentalement. Ils sont devenu fous et avides de pouvoir. Ils commencèrent a avaler de l'abstranium. Ainsi, il devenait plus fort et plus fou. Puis, il y a 5000 ans, les Tyukeen ont déclaré la guerre au mondes. Ce fut une longue et terrible guerre. Mais ce furent les Vutkins, et un peuples en particulier, les Silas, qui se servirent d'un artefact nommé cube. Le cube finit par vaincre les Tyukeen. Hélas...il y a 1500 ans, les Plahgueians ont découvert une énorme cargaisons d'abstranium. Et...ils on connu le même destin que les Tyukeen. Certes, ils n'avalaient pas l'abstranium, ils ne pouvaient pas, mais ils étaient fous. Et l'histoire recommence. Mais les Silas ont disparu et le cube aussi.
Sokar eut alors une étincelle. Et si ce Vurok était un Silas ? Si il était le dernier survivant ? Si ce que Sokar pensait était vrai, alors si Vurok mourrait, il n'y aurait plus aucun espoir de sauver le monde. Le savoir des Silas disparaitrait, a jamais. Sokar fut terrifié par cette idée. Être le dernier d'une race disparue.
Les Leinians n'avait pas disparu. La majorité avaient emprunté un portail galactique, éspérant échapper au Plahgueians. D'autres ont étaient soumis, d'autres sont mort, et certains, très rares, ce sont battu. Sokar avait choisi cette voix depuis que son père, Hallan, était mort dans une mission.
- Je vous en prie, suivez-moi. Je vais vous menez chez moi, au souterrains, où nous nous réfugions pour échapper a l'abstranium.
- Et les cadavres ?
- Nous sommes une rare race a échapper a l'abstranium. Il nous tue.
Perii nous mena a une grotte, celle qui devrait nous mener aux souterrains.


Chapitre 16

Il faisait sombre dans les souterrains. Perii avait sortit un lampe. Sokar remarqua que Sriska restait près de lui. Il ne la comprenait vraiment pas. Elle essayait de le tuer puis de l’aider discrètement pour enfin complètement changer de camp. Pour lui, elle était vraiment étrange.
-Que sont ces fresques sur les murs ? demanda Sriska.
-Ah, ça. Regardez bien. Au début, nous pouvons voir des Tyukeen. Ils découvrent ensuite l’abstranium. Il deviennent fous et l’avalent.
-Et qu’est ce que cette hideuse créature noire ? demanda Oven.
-Cette créature, commença Perii, ce sont les Tyukeen d’aujourd’hui. Ils sont bien moins nombreux qu’avant mais ils sont terriblement puissant. Si l’un d’eux trouvait notre repère, je pense que nous ne pourrions pas espérer le terrasser. Bref. Dépêchons.
Il se remit en route. Le tunnel s’élargissait. Ils arrivèrent devant une porte. Perii parla en Gonnoth et les portes s’ouvrirent. Ils entrèrent. A l’intérieur, c’était une véritable petite cité.
-Excusez moi Perii mais je pense que cette planète n’est pas la planète d’origine des Tyukeens, dit Sokar.
-Tu as parfaitement raison. Mais sur cette planète, il y avait aussi des Tyukeens Il doit y en avoir peut être deux cents à la surface de cette planète.
Je vois et comment vont les Liesparians, enfin je veux dire est-ce que l’abstranium les affectent ?
-Non, ce n’est pas un poison pour eux et ils ne se sont pas laisser corrompre par cette pierre noire. Maintenant suivez moi, nous allons discuter chez moi. Il empruntèrent d’étroites allées et s’arrêtèrent devant une petite maison. Ils entrèrent tous sauf Arven qui était trop grand. Il attendit patiemment à l’entrée.

Eion était dans Garmen. L’Erenor II était accompagné par deux petits croiseur. Eion ne connaissait même pas leur nom. Il était si proche du but. Il allait enfin tuer Sokar et se venger de Sriska. Elle l’avait menacé.Elle verrait qu’on ne menace jamais Eion. L’Erenor II percuta des bouts de planète. Un de ces rocher flottant endommagea l’appareil servant à mesurer le taux de vie sur une planète. Eion n’avait vraiment pas de chance. Il allait devoir envoyer des bataillons pour inspecter toutes les planètes jusqu’à ce qu’il trouve Sokar. Il espérait que Sriska n’ait as été plus rapide que lui. Le croiseur s’arrêta près d’une planète recouverte de glace.
-Faites descendre les éclaireurs, aboya le commandant de l’Erenor II.

-Donc, si je résume bien, les Plahgueians n’ont pas toujours été aussi cruels, dit Ictur.
-En effet, c’est à cause de l’abstranium. Cette pierre est diabolique. Tous les plahgueians ne sont pas vicieux et cruels. Certains le font juste pour survivre. C’est tout. Emion est vraiment le pire. Mais s’il meurt, un autre prendra sa place. C’est triste à dire mais il faudrait que tous les Plahgueians soient éradiqués. Ce serait une chose horrible. Mais j’ai quand même une question à vous poser. Que faîtes vous ici ?
-Je suis le chercheur, commença Sokar, et…
-Il doit trouver l’élu, finit Sriska.
-Connaîtriez vous un Vurok ? demanda Fulkaz.
Perii réfléchit longuement et dit :
-Je ne connais aucun Vurok. Quelle est sa race ?
-Nous ne savons pas vraiment, c’est surement un Vutkin, enfin un Silas, répondit Haraka.
-Il n’y a pas de Vutkins dans ce système. Enfin pas à ma connaissance. Et des Silas, ça fait des millénaires que je n’en ai pas vu. Il n’y en a pas sur cette planète, je suis désolé de na pas pouvoir vous aider plus longtemps. J’ai des choses à faire. Peut être qu’on se reverra u jours ; Ils sortirent de la maison. Ils se dirigèrent vers la grand porte. Ils l’ouvrirent. Longèrent le tunnel. Au moment de remonter, ils entendirent quelque chose descendre. Cela faisait un horrible bruit. Ils reculèrent. Une hideuse créature se dressa devant eux.
Un Tyukeen…


Chapitre 17

Comment décrire un Tyukeen ? Les Tyukeen sont horribles. Ils sont grand, et posséde un torse des bras-pinces d'insecte. Ils sont noir et ont une large queue. Ils sont terrifiants (Pour ceux qui connaisse la Quête d'Ewilan, sur le premier tome il y a un Ts'lich représenté. Les Tyukeen ressemblent a ça). Le Tyukeen glissa deux mots dans sa langue, et parla.
- Lyeen Tuk. Où est l'Elu ? Répond !
- Je ne sais pas, et je même si je le saurais, je ne le révélerai pas !
Sokar cracha sur le Tyukeen et balança une insulte de Leinian.
- Tu m'insulte, Leinian ?
Le Tyukeen saisit Sokar.
- Où est l'élu ?
- Lâche-le !
Sriska bondit et planta son couteau dans le dos du Tyukeen. Un sang vert sortit du dos du Tyukeen. Il éclata de rire.
- Vous n'êtes rien face a moi !
Le Tyukeen rugit et s'arracha le couteau du dos. Il foueta Sriska avec sa queue.
- Vous ne faites pas le poids !
Le Tyukeen leva son bras-lame. Il s'apprêtait a tuer Sriska. Lorsque quelque chose le retint.
- On ne touche pas a ma maîtresse !
C'était Arven. Le Ogrin arracha un bout de bras-lame. Le Tyukeen fit une grimace de douleur. Sriska se releva et lui donna un coup de pied.
Fulkaz et Oven saisirent leur katana et les enfonçèrent dans le torse du Tyukeen, qui les repoussa. Haraka stoppa le temps de quelques secondes.
A sa grande surprise, son attaqua n'affectait par le Tyukeen, qui brisa le mur du temps et saisit Haraka a la jambe. Il l'envoya valser.
Ictur et Sokar se jetèrent sur leur blasters et tirèrent sur le Tyukeen. Sriska saisit son sabre trancha le bras gauche du Tyukeen. Celui-ci grogna de douleur.
- Je reviendrai !
Le Tyukeen donna un dernier coup de lame a Sriska. Le coup fut terrible. Il l'éventra sur le coup. Sokar se précipita. Il posa sa main sur le coeur de Sriska. Il battait toujours, mais faiblement.
- Vite, il faut quitter cette planète. Il faut demander de l'aide au rêveurs.
- C'est qui, encore ?
- Des Habbei qui ont des particularités fascinante pour soigner. Ils habitent a Habba.
- Alors on attend quoi pour partir ?
Arven resta silencieux. Sa maîtresse allait peut-être mourir. Il l'avait servi durant des années de loyaux services. Pour l'Ogrin, elle était comme sa soeur. Arven avait était élevé comme un esclave, sur Garilla V, planète où il fut vendu comme esclave a Sriska. Elle l'avait toujours bien traité, l'avait considéré comme un ami.
- Si je retrouve ce Tyukeen, je lui écrase le crâne !
Sokar fit signe a Arven de venir. Ils quittèrent Lierpar, et sautèrent dans l'hyperespace pour rejoindre les rêveurs de Habba.

Merci à ceux qui lisent cette fiction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: L'Héritage, Tome 1, Sokar   Sam 30 Avr 2011 - 20:21

Chapitre 18

Ils étaient sur Habba. Ils attendait dans un grand bâtiment blanc. Sriska avait été pris en charge dès leur arrivée. Sokar se souvenait de ce qui c’était passé le jour où il avait coupé le bras de Sriska. Son bras avait explosé en million de petit scarabée et son bras s’était reformé. Pourquoi est-ce que ça n’avait pas marché ? Il avait posé la question à Arven, qui ne cessait de se lamenter en disant qu’il avait faillit à sa tâche. L’Ogrin lui avait répondu que c’était à cause du cœur. Il lui avait dit qu’il y avait deux façons de tuer Sriska. Soit de lui transpercer le cerveau soit de perforer son cœur. C’était les deux seules façons. Elle pouvait se régénérer à l’infini. Arven lui avait appris plusieurs choses sur Sriska. Notamment qu’elle était issue d’une noble famille et qu’elle avait été une expérience pour les grand scientifique Relomien. C’est pour cela qu’elle pouvait se régénérer. C’était érange mais au moment ou le Tyukeen avait frappé Sriska, Sokar avait bondit comme pour prendre le coup à sa place. Il avait été trop lent et il s’en voulait. Il ne comprenait vraiment pas. Il avait voulu sauver celle qui, quelques jours auparavant, essayait de le tuer. Haraka posa sa main sur l’épaule d’Arven qui était assis. Haraka était debout et pourtant levait son bras pour atteindre l’épaule de l’Ogrin.
-Tu sais, Arven, la vie ne sa passe pas toujours comme on l’aurait voulu. Je suis sur qu’elle s’en sortira.
-Mais…mais…c’est de ma faute. Je suis son Ogrin, j’aurais du pouvoir la sauver. Je…je suis un incapable.
-Tu as tort, dit l’apprenti maniant le temps. Tu as déjà été très utile dans notre combat contre le Tyukeen. Sans toi, je ne sais pas si nous aurions put faire fuir cette créature.
Arven resta dans un silence profond. Ictur regardait ses pieds pendant qu’Oven et Fulkaz discutait entre eux en langage Pheian. Un Habbei vint vers le Lenian. Les Habbeis étaient grands et fins. Ils avaient la peau bleutée. Ils avaient un gros crâne et leurs yeux étaient entièrement bleu. Ils avaient des tatouages noirs, représentants des runes, partout sur le corps.
-Etes vous Sorak ? demanda t-il.
-Non, répondit Sokar. Mon nom est Sokar.
-Excusez moi mais c’est bien vous que je cherchais. Veuillez me suivre.
L’Habbei partit sans attendre Sokar. Celui-ci se leva et alla le rejoindre. Sokar enchaîna plusieurs couloir et arriva devant une porte.
-Veuillez entrer.
Sokar ouvrit la porte. Il vit Sriska, allongée dans un lit. Une couverture la recouvrait. Il n’y avait que sa tête qui dépassait. Elle arborait un beau sourire mais ses yeux étaient fermés.
-Au mon dieu…Elle est…
Derrière lui, la porte claqua. Il sursauta et les yeux de la Relomienne s’ouvrirent brutalement.
-S…So…Sokar ? bredouilla t-elle.
Il s’agenouilla près d’elle et lui prit la seule main qu’elle avait.
-Tu m’as fait si peur Sriska…
Pourquoi suis-je en train de faire ça ? Qu’est-ce qui me prend de dire ça ?
-Sokar, ne t’inquiète pas, je vais bien.
Il lui tenait toujours la main et cela ne paraissait pas la déranger.
-Pourrais-tu dire aux autres que je vais bien ? Arven doit se faire un sang d’encre.
-C’est vrai. Il dit que tout est de sa faute et que si tu meurs, il irait sur Liespar et tuerait tous les Tyukeen. Personnellement, si tu meurs, je ferai la même chose.
Pourquoi faut il toujours que je lui dise ce genre de choses.
On toqua à la porte. Un rêveur entra. Il lévitait.
-Sorak ? Le chercheur ?
-C’est Sokar ! Et oui, je suis le chercheur. Que me voulez vous ?
-Veuillez me suivre, quelqu’un veut vous rencontrer.

Eion était au dessus de Habba. Il allait lancer un tir orbital puis mettre cette planète à feu et à sang. Il avait suivit Sokar et ses amis lorsqu’ils étaient sortis de l’orbite de Liespar. Il allait le tuer maintenant ainsi que Sriska. Il avait reconnu le vaisseau de l’assassin. Elle avait donc trahi Emion. Le commandant du croiseur avait tout de suite contacter Emion pour lui révéler la trahison le la Relomienne. Il avait ordonné qu’il la tue. Une voix, venant d’un haut parleur, dit :
-Obus chargés, en attende des ordres.
Eion empoigna un micro et répondit :
-Faites feu et continuez de tirez tant qu’il vous reste des obus.
L’attaque commença.


Chapitre 19

Les premiers tirs percutèrent Habba. Les rêveurs n'étaient pas habitués a la guerre. Affolés, ils ne savaient pas quoi faire. Ils décidèrent de faire évacuer les blesser de se préparer au pire. Sriska voulut se lever, mais un rêveur la lui déconseilla.
- Je dois me lever ! Je dois me battre !
- Je sais. Mais vous êtes trop faible. Ça m'étonnerait que vos amis soit contents de vous voir morte.
Sriska se résigna. Elle laissa lourdement sa tête sur son oreiller. Elle réussi a contacter par télépathie Arven.
- Tout va bien ?
- Maîtresse ? C'est vous ? Vous êtes vivante ?
- Oui. Les rêveurs se sont très bien occupés de moi.
- Je suis si heureux d'entendre votre voix !
- Arven, tu sais que je ne suis pas encore sauvée. L'hôpital n'est pas une grande défense, et en un coup de canons a ions, il sera détruit. Et moi avec. Arven, tu sera bientôt libre de ton devoir de Ogrin.
- Mais...mais...
- Je vais peut-être mourir, mais j'ai deux choses a te demander. Deux derniers ordres. Arven, accompagne partout Sokar. Sous aucun prétexte il ne doit mourir. Et...fait en sorte qu'Eion meurt.
- Je...je...je le ferrai. Mais pourquoi Sokar ?
- Parce que je l'aime.
L'Ogrin hocha la tête. Arven saisit une hache et se bâtit comme un lion. Sa maîtresse lui avait donné des ordres, ils les feraient. L'Ogrin ne savait pas qu'après cette bataille, il entrerait dans l'histoire comme Arven la Forteresse. Les rêveurs, qui n'avait aucune arme technologique, était très en sécurité avec Arven. En quelques heures, une douzaine seulement périr, et une vingtaine furent blessés.Sans Arven, ils seraient déjà tous mort.
Sokar restait a l'arrière. Il voulait atteindre son vaisseau. Il voulait rester, combattre avec ses amis, venger Kari, et...rester avec Sriska. Mais il devait trouver l'élu. Et ses sentiments ne devait pas contrecarrer sa mission.
Le Leinian tira sur un Plahgueian. Il s'arrêta alors. Dans son esprit, deux voix se disputaient.
"Vas-y, Sokar. Combat au côtés de ceux que l'on aime, et mourir avec eux. Te battre jusqu'à la fin !"
"Non ! Sokar, retourne au Chercheur, et explore Habba tout entière. Tu finiras bien par trouver Vurok"
Mais que faire ? Raah, et puis Sokar était un idiot, peut-être, mais il n'abandonnerait pas ses amis !
Le Leinian poussa un cri de guerre et chanta une chanson de guerrier, dans sa langue.
- Ler tykunn, sat nekko liann ! El tak nori tun, el tak ler mella !*
Le Leinian tuait ses ennemis avec une facilité déconcertante. Il tirait avec son blaster de la main droite, trancher avec Cryhs dans la main gauche, et à ses pieds Yorak balançait des boules de feu.

Pendant-ce temps, bien installé dans l'Erenor II, Eion souriait. Bientôt, il aura sa vengeance contre Sriska. Grâce au traitre, il avait appris que Sriska était blessée et qu'elle s'était rendue avec ses amis sur Habba. Eion avait donc emmené son croiseur personnelle sur la planète.
- C'est trop facile.
Les Plahgueians chargeait le canon a ions.
- Canon a ions prêt a 12 %.
Eion se retourna. Il contacta le commandant Trano.
- Trano, ici Eion. Va voir l'empereur est dis-lui que Sriska est morte.
Certes, la Relomienne vivait toujours, mais dans quelques secondes, ce ne serait plus le cas.
- Canon a ions prêt a 26 %.
Déjà, on voyait un immense cercle d'énergie.
- Canon a ions prêt a 38 %.
Pendant-ce temps la bataille faisait rage sur la cité des rêveurs. L'hôpital était infiltré. Des Plahgueians défoncèrent plusieurs portes. Les rêveurs furent tuer un par un.
Sriska entendait les cris de douleurs et de blaster. La Relomienne appela Arven par télépathie.
- C'est fini. Des Plahgueians ont infiltré l'hôpital.
- Non !
Arven se précipita vers l'hôpital en déjà en ruine. Il tua les Plahgueians et alla vers Sriska. Dépourvue d'énergie, elle s'était évanoui. Le Ogrin la porta sur ses épaules.
- Canon a ions prêt a 96 %.
Arven entendait les crépitements d'énergie, qui devenait de plus en plus gros. Le Ogrin bondit. Des Plahgueians lui tirèrent dessus, mais il s'en fichait. Il courait, malgré le sang qui coulait sur sa poitrine.
- Canon a ions prêt a 100 %.
- Feu !
Le cercle d'énergie se décrocha et fonça vers l'hôpital. Arven était presque a la sortie. Il était épuisé, et ses blessures commençait a le rattraper. Le canon a ions percuta l'hôpital une micro-seconde après qu'Arven et Sriska en sortirent. Ils furent propulsés sur le champ de bataille. Sokar les vit. Il se précipita. Arven était blessé. Sriska, elle, était passé de l'évanouissement au...sommeil. Elle dormait.
Rassuré, Sokar l'embrassa. Il savait maintenant que le sentiment qu'il éprouvait pour elle, c'était l'amour. Il la serra contre lui, puis releva les yeux. Un guerrier était là.
Ce n'était ni un Pheian, ni un Plahgueians, ni un rêveur, ni rien. Mais ses tatouage rappelait les Vutkins. Le Vutkin tendit la main a Sokar.
- Je suis Vurok.

...
Eion, satisfait, s'apprêtait a faire demi-tour. Il ignorait que Fulkaz, Oven et Ictur s'étaient infiltrés dans son croiseur. Les trois compagnons cherchèrent le pont,
tuant plusieurs Plahgueians. Ils arrivèrent finalement devant Eion.
- C'est fini. L'Erenor II doit être détruit, et toi avec.
- Oh, non. A vrai dire, ça vient juste de commencer.
Le général saisit une double-lame (comme Brutaka). Le Plahgueian était énorme. Eion se jeta sur Fulkaz, qui esquiva de justesse.
- Trop lent.
Le Pheian donna un coup d'épée a Eion. Le général l'esquiva et sauta par-dessus Fulkaz. Il sortit un blaster et tira sur Fulkaz. Se fut Oven qui prit le coup.
- Oven !
Fulkaz se précipita sur le corps de son frère. Son cœur ne battait plus.
- Tu a tué trop de personnes, Eion. Tu es fort, mais tu es seul. Tu n'a personne sur qui compté.
- L'empereur...
- ...te manipule. Et comme tout les Plahgueians, tu es son pantin de bois. Tu es seul, et c'est ta solitude qui te tuera.
Ictur saisit un blaster et tira sur Eion. Il tira une fois, deux fois. Puis, Fulkaz lui fit abaissé son canon.
- C'est moi qui le tuerait.
Fulkaz saisit la double-lame d'Eion et sourit.

- Ça, c'est pour Kari, l'ami de mon ami.
Il enfonça la lame dans le corps du général. Celui-ci vivait toujours cependant.
- Et ça, c'est pour mon frère !
Il lui enfonça de nouveau la lame, le tuant cette fois. L'Erenor II, dépourvu de pilote sombra vers Habba. Fulkaz et Ictur se précipitèrent vers les capsules de sauvetage.
Ils partirent du croiseur, qu'ils virent sombrer sur Habba.

* Le chant de guerre dit: "Que la force et le courage, rejoigne l'âme des guerriers ! Jusqu'à la mort !"


Chapitre 20

Sokar se mit debout et remarqua qu’il avait Sriska dans les bras. Le pauvres Arven était à bout de force. Il était sérieusement blessé. Il se remit difficilement debout. Il devait montrer qu’il allait bien. Si Sriska se réveillait, elle verrait qu’il était en bon état. Sokar regarda Vurok dans les yeux.
-Il faudra qu’on parle. J’ai des choses à te dire.
-Bien, répondit le Silas.
Un groupe de Plahgueian fonça sur eux. Vurok, qui n’était armé, se mit devant. Il sauta dans le bataillon. Il se battait à mains nues. Il avait une expression sévère. Il était très calme. Il enfonça son poing dans la gorge d’un Plahgueian. Il brisa la nuque d’un second et cassa les dents à un troisième. Au bout de deux minutes, Vurok fut le seul debout. Tous les Plahgueians
étaient morts. Il avait l’air triste. Comme s’il avait préféré ne pas les tuer. Arven leva la tête il pointa du doigt L’Erenor II qui était en train de sombrer. Les Plahgueians furent pris de paniques
et regagnèrent leurs chasseurs. Ils rentrèrent dans les deux petits croiseurs qui firent un bon dans l’hyperespace. Vurok commença à partir. Les autres ne comprenaient pas. Comment le
croiseur d’Eion avait été détruit ? Ils n’avaient la puissance de feu nécessaire pour détruire un croiseur. Sokar vit deux Vaisseaux descendre vers eux. Ils se posèrent. Ictur et Fulkaz
descendirent. Fulkaz portait le corps de son frère ainsi que l’épée d’Eion.
-Que c’est il passé ? demanda Sokar.
-Nous avons infiltrer le vaisseau, répondit le Taureian. Oven est mort. Eion l’a abattu.
Fulkaz jeta l’arme du commandant Plahgueian aux pieds de Sokar.
-Je l’ai tuer pour mon frère et pour ton ami, Kari.
-Je te remercie.
-Hum hum…
C’était Vurok. Il s’impatientait.
-Vous venez ?

Quelques jours plus tard, Tout le monde était soigné. Ils étaient tous chez Vurok. Un statue avait été érigée en l’honneur d’Oven. C’était une vrai fête. Il y avait une grande quantité de boisson
ainsi que de nourriture. Sokar se leva soudainement. Il leva son verre et dit :
-J’ai un déclaration à vous faire.
Il y eut un grand silence.
-Je vais arrêter de combattre.
Le silence continua. Personne ne savait quoi dire.
-Je sais que ça peut vous paraître fou. Nous avons toujours été une formidable équipe. Nous étions soudés. Mais malheureusement certains n’ont pas survécus. Je n’avais qu’une idée en tête :
Venger Kari. Je pense que si j’avais du tous vous sacrifier pour le tuer, je l’aurais fait. Ça peut paraître égoïste mais ce que je dit est vrai. Je n’avais qu’une seule chose en tête, ma vengeance. Je vous remercie de m’avoir soutenu jusqu’au bout. Eion a enfin été tuer. En temps normal, j’aurais continué à combattre mais je n’aurais plus été moi même. Que reste t-il après la vengeance ? il n’y a rien ? Je me serais sûrement laissé tuer. Mais ça n’est pas le cas. Une personne m’a permis de rester tel que je suis, de ne pas m’abandonner à la mort. C’est pour
cette raison que je quitte le combat. Je ne veux pas la voire mourir devant moi et je ne veux pas mourir devant elle. Cette personne est Sriska.
Ils furent tous ébahit sauf Arven et Vurok.
-En effet, cela peut vous paraître étrange. Elle a essayer de me tuer mais au fond de moi, je savais déjà ce qui allait se passer.
Il se tourna vers elle et dit :

-Sriska j’espère que tes sentiments sont les même que les miens. En fait je…je t’aime.
On pouvait entendre voler les insecte. Tout le monde avait al bouche grande ouverte sauf Arven. Vurok ne comprenait rien à ce qui se passait. Il s’en fichait. Sriska était surprise. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il l’aime après qu’elle ait attenté à sa vie.
-Sokar…moi aussi je t’aime.
Elle le serra contre elle et il fit de même. Il s’embrassèrent finalement. Une larme coula de l’œil organique d’Arven.

Sriska était dehors avec Arven.
-Maîtresse ?
-Oui, qui a t-il.
-Je suis heureux que vous ayez enfin trouvé l’âme sœur.
-Merci Arven. Si tu les souhaite, je peux te donner ta liberté. Je pense que tu l’attend depuis un bout de temps.
-Non ! Je ne veux être séparer de vous. Vous m’avez si bien traiter. J’étais pauvre et j’allais mourir de faim. Je suis devenu esclave et votre famille m’a acheté. Vous avez toujours pris soin
de moi et m’avez toujours traiter comme un ami. Même lorsque je suis devenu un Ogrin. Sans vous je serai mort. Je n’aurais pu connaître autant de planète et je n’aurais jamais pu protéger
une femme telle que vous.
-Très bien, si tu ne veux pas de ta liberté, je vais te donner deux derniers ordre. Tu ne seras pas obliger de faire tout ce que je te demande. C’est bien compris.
-Bien maîtresse.
-Premièrement. Arrête de m’appeler maîtresse et appelle moi Sriska. Deuxièmement. Tu peux me tutoyer. Non, tu es obligé de me tutoyer.
-Bien…Sriska.
-Maintenant rentrons.

Sokar était avec Vurok. Ils étaient devant un magnifique couché de soleil.
-Donc, si j’ai bien compris, tu es le chercheur et ta mission était de me trouver. Mais pourquoi ?
-Les Plahgueians sont de retour. Tu est le seul qui puisse les arrêter.
Quelque chose frappa soudain l'esprit de Sokar.
-Es tu un Silas au moins ? demanda le Lenian, affolé.
-Oui, pourquoi ?
-As tu le cube ?
-Le quoi ?
-Ecoute. Avant d’essayer de détruire les Plahgueian, tu dois trouver un artefact nommé le Cube. Tu es le seul à pouvoir l’activer.
-En gros, je suis le seul qui puisse sauver le monde ?
-C’est ça. Telle est ta mission.
Le soleil se coucha, anonçant une fin mais aussi un commencement.


Epilogue

Le lendemain, ils se mirent en route. Sokar voulait désormais libérer Leinia. Mais il resterait avec Vurok et les autres.
Il ne partirait que lorsque Leinia serait libre.
Puis, il partirait sur la planète, qui serait un nouveau monde de paix. Là-bas, il épouserait Sriska. Il aurait des enfants, et vivrait telle une grande famille.
La paix serait revenu.
Mais ceci n'est que le début. Cette première partie ne relate que ce qui marquerait la fin d'une guerre. Elle relate comment un guerrier a appris sa destiné, comment il a trouvé l'amour.
Mais le combat ne fait que commencer. Emion vit toujours. La mort d'Eion n'a était qu'un petit pas de plus dans la fin de la guerre.
Et que se passera-t-il ensuite ?
Un peuple va refaire surface, un peuple perfide et puissant. Le traitre sera découvert, un chasseur de primes envoyé pour tuer nos compagnons. Nous en saurons également plus sur les mystérieux Jumeaux, et sur le nouveau plan maléfique de Teridax. Et après ce serait la bataille finale, et la découverte d'un nouvel éléments marquant la fin de la guerre.
Mais ça, c'est une autre histoire.
Conclusion du premier tome.

Je remercie sincèrement ceux qui ont lus cette fic' car elles sont de moins en moins lues.
Sachez, pour ceux qui l'auraient oublié, que cette fic' est en réécriture pour éclaircir quelques passages écris à la va vite ou pas assez développer et pour corriger certaines incohérences. Encore merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Héritage, Tome 1, Sokar   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Héritage, Tome 1, Sokar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] L'Héritage: Tome 1, Sokar
» Confrérie Wind, l'Héritage de Manwë
» Les croniques d'Eternal chao tome 1 : Une vie de Yoshi
» GN Héritage d'Hallapandur - 25/26 Avril 2009
» apres les tomes de combis: le tome d'alchimie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bionicle-legends :: Division MOC & Créations Personnelles :: Section Fan-Fics, Fan-Arts & Stop Motion-
Sauter vers: