AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Fan Fiction] A l'aube des temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: [Fan Fiction] A l'aube des temps   Jeu 17 Fév 2011 - 22:22

Chapitre 1

L'aube se lève. Les Rahis s'éveillent. Les guerriers les suivent, lentement. Peu à peu, le monde renaît après une longue et dure nuit, et les être vivants s'organisent, comme tout les jours. La journée est synonyme de combats, d'intrigues et de survies. Pour tous. C'est un cycle régulier: le soir, on se repose, et, le matin, on se bat pour sa survie. Comme tout le monde. Hors, dès leur réveil, la chaleur horrible de l'été met les formes de vies à l'épreuve. Le sol est bouillant, brûlant, et la vie a du évoluée pour survivre dans des conditions si extrême.
Au sud, au coeur d'une vase forêt, le Koruka s'éveille. C'est un lézard, un genre de dragon de Komodo...immense. Un monstre capable de s'adapter à n'importe quelle température et qui mange tout et n'importe quoi. Sa taille imposante effraie les autres Rahis. Pour l'instant, le Koruka a soif. Très soif. Il se dirige à grand pas vers la rivière, où des Nahok, des petits Rahis volants, trônent au soleil. La vue du Koruka les refroidit et ils s'envolent à un rugissement de celui-ci. Le Koruka entend des bruits. Des bruits familiers, qu'il a l'habitude d'entendre. Il s'arrête, et, tel un caméléon, sa peau prend la couleur des pierres sur lequel il semble bronzer. Non seulement il a soif, mais il a faim. Et il veut d'abord identifier l'origine des bruits.
Des Matorans. Des pêcheurs, apparemment. Ils ont deux gros paniers remplis de poissons. Les pêcheurs peuvent sembler inoffensifs, mais ils ont de larges couteaux attachés à leur tunique, pour dépecer leur proie. Le Koruka ne doute pas de sa victoire, mais il est vieux, et des cicatrices bordent son corps. Il n'a pas envie de s'en prendre une nouvelle. Il connait déjà le sort d'autres Koruka trop sûr d'eux, qui, a force de combats, sont devenus la proie de charognards. Le Koruka n'est pourtant pas décider à repartir le ventre vide. Il compte profiter de l'effet de surprise en attaquant les Matorans par le dos. Une technique lâche, mais qui a déjà portée ses fruits durant les années précédentes. Le gros Rahis s'approchent lentement.
Les pêcheurs Matorans ne l'ont pas remarqués. Ils continuent de chasser le poisson. Mais un faux pas du Koruka casse tout. Une brindille se brise. Un Matoran regarde dans la direction du bruit. Il se concentrent et voie le Koruka. La terreur l'envahit. Il n'ose pas bouger. Son compagnon repère également le danger. Il sort lentement un poignard. Le Koruka se rend compte que ses proies l'ont remarqués. Ils s'arrêtent subitement. Un silence angoissant se pose. Personne n'ose bouger, ni parler. Les secondes passent, puis les minutes. Le Rahis attend le moment précis: la perte d'attention. Si il reste longtemps immobile, les Matorans finiront par détourner l'attention. Mais la faim tenaille. Elle ne peut plus attendre.
Le Koruka s'appuie sur ses pattes arrières, et, brusquement, sans un bruit, bondit. Il est gigantesque, et pourrait avaler d'un seul coup de mâchoire un Matoran. Les pêcheurs décident enfin de réagir. Subitement, ils prennent leur poignard et leur quelques fourches, qu'ils brandissent courageusement vers le Koruka, qui rugit et se lève sur ses deux pattes arrières. Debout, il fait près de 3 m. De quoi inspirer la terreur. Il avance, en boitillant, et, brusquement, tombe sur un Matoran. Son confrère s'enfuit lâchement avec un panier de poisson. Le Matoran restant pousse des cris et enfonce sa fourche dans la chair du Koruka, mais la puissance du lézard géant est bien supérieure. D'un coup de crocs, il brisent la nuque du Matoran, et lui broie les os. Le Koruka avale le Matoran d'un seul coup de dent et le secoue violemment pour le faire taire à jamais. Le sang gicle, c'est une scène d'horreur. Le Matoran pousse un dernier cri, puis se tait, semblant se résigner. Se mettant sur deux pattes, le Koruka lève la tête et le corps disparaît dans bouche. Repus pour quelques heures, il se met à l'ombre, ne dormant que sur un seul œil.
Bienvenue sur Metru Nui...il y a 50000 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan Fiction] A l'aube des temps   Ven 18 Fév 2011 - 5:41

C'est bien mais ne devrais tu pas finir tes autres fan fictions avant d'en commencer une nouvelle ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan Fiction] A l'aube des temps   Ven 18 Fév 2011 - 10:56

Celle qui a 3 pages dont j'ai oublié le nom est bien là, je l'ai presque finit sur Word. Quand je l'aurais finis, je copie/collerai les chapitres sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan Fiction] A l'aube des temps   Ven 18 Fév 2011 - 17:31

Chapitre 2

Les haches de pierres et les lances sifflaient tel un serpent. Une quarantaine de Matorans s'affrontaient dans le sang. Les deux groupes appartenant à un clan rival. Un part étaient des Germines et leur adversaires étaient des Risards. Les Germines étaient petits et hargneux, comme des souris, et très agressifs. Très nombreux aussi. Ils se livraient quotidiennement à de lâches intrusion sur le territoire des Risards.
Les Germines étaient jaloux, et aimaient l'emprise et le pouvoir sur les autres tribus. De plus, les Risards avaient en leur possession l'arme ultime, le matériau le plus précieux et résistant: le Protodermis. Oui, le Protodermis, qui confère tant de pouvoir ! Ils était malheureusement très rares, et cinquante pour cent des combats entres tribus étaient à cause de Protodermis.
Ainsi, comme chaque jour, un groupe de guerriers Germines attaquaient le territoire ennemis. Mais les sentinelles Risardes veillaient et s'en suivait des combats violents pour la suprématie. Le combat se déroulait cette fois près d'une large forêt, surnommée la Forêt Scintillante par les Risards, car les nuits de pleines lunes, des Karikis, genre de grosse luciole, dévoilait leur lumière. En pleines journée par compte, on ne voyait rien.
Les sentinelles Risardes attendaient avec impatience les archers. Était-il déjà là ? Comment savoir dans cette obscurité...l'arrivée de Ikarus, des loups géants agressifs et cruels, attirés par le sang des blessés et des morts, n'arrangeait rien.
Kataru, sentinelle des Risards, esquiva une lance parfaitement bien lancée par un Germine. Où était les archers ? A ce train là, Germines et Risards seraient tous morts, ou victime du clan adverse, ou dévorés par les Ikarus assoiffés de sang. Kataru se baissa. A l'endroit où avait été sa tête un instant plus tôt, une hache s'était plantée dans un énorme arbre. Soudain, une flèche jaillit. Un guerrier Germine poussa un hurlement alors que la flèche atteignait son ventre, et un autre quand une deuxième se planta dans son cou. Il s'écroula finalement, criblé de flèches. Apparemment, les arches étaient arrivés. Kataru allait presque se réjouir quand une flèche lui manqua de peu la tête.
- Vous êtes fou ! Par les dieux, que se passe-t-il ? Qui est là, par Omma ?
- Arrgh !
Trois autres mourraient. Deux Germines et un Risard, victime des flèches. Le Germine succomba à un coup d'os de Rahis bien placé qui le terrassa. Son assassin, un autre Risard, fut abattu par une volée de flèches. Ils restaient une quinzaine de Germines et plus de trente Risards, terrorisés par cet ennemi invisible. Les arches étaient-ils devenus fou ? Une forme noire s'approcha vers Kataru, qui sortit une torche de flammes. Il l'agita vers la forme noire. Il vit enfin qui elle était. Ce n'était personne d'autres que son compagnon, une autre sentinelle, Daruka, blessé, une flèche dans son ventre. Il serrait les dents pour combattre la douleur terribles qui l'agrippait à la gorge.
- Daruka ! Tu...tu est blessé ?
- Par Omma, oui ! J'étais contre un Germine...oh, les dieux soient loués...il est mort, et il a reçu tellement de flèches qu'il ressemblait à un Toraki.
Le Toraki est un Rahis, qui ressemble par tout les côtés au hérisson. Il possède une lourde cotte de maille hérissée de piques et a deux grosses et tranchantes paires de griffes, capable de déchiqueter n'importe quoi.
- Tu sais qui est le responsable de ces morts inattendus ?
- Oui...ce sont des archers Risards...mais ils ont étaient mordus par les Ikarus, et Omma seul sait combien leur morsure est empoisonnée. La salive des Ikarus provoquent la folie, tout le monde le sait. A cause de cette folie, ils tirent partout et ne font plus la différence entre Germine et Risards !
- Les dieux nous punissent ! Nous sommes indignes d'eux...
- Oui...auront-ils la bonté de m'entraîner avec eux dans leur saint royaume...?
Ce fut la dernière question de Daruka. Kataru ne sut y répondre, et ne put voir que son ami, ses yeux roulant dans leurs orbites, s'abandonnant à Miszra, la terre-mère.
- Daruka...Daruka...DARUKA !
Kataru larmoya en voyant son compagnon mourir. Le chef des sentinelles revêtit un peu plus sa tunique et regarda autour de lui. Le poison des Ikarus était mortel. Les sentinelles Risardes étaient froidement abattus, tandis que les Germines, désorganisés, courraient partout et finissaient par mourir. Les possédés eux, finissaient également par mourir, s'entretuant. Kataru se releva. Il était le chef des sentinelles Risardes. Il ne les abandonneraient pas !
- Sentinelles ! Déclenchement de l'opération "Contre-attaque" !
A la voix de leur chef, les sentinelles restantes reprirent espoir et mirent la tactique en position. Ils fuirent vers la rivière, poursuivis par les possédés. Ceux-ci firent feu sur les sentinelles qui leur offrait le dos en fuyant. Kataru fit parti de ceux qui arrivèrent les premiers à l'eau. Dans la rivière, ils seraient plus difficiles aux possédés de tirer sur les sentinelles. Un cri alarma cependant Kataru.
- Capitaine ! Il y a des Kirzaks, dans la rivière !
- Tu es sûr de ce que tu avances, Malouk ?
- Oui, chef ! Et...
Une flèche des possédés atteint Malouk à la tête. Il chuta vers les eaux froides. Kataru tenta de sauver son compagnon, mais le poids de Malouk étant supérieur, le chef des sentinelles fut entrainés avec lui dans les profondeurs abyssales. Retirant la flèche de la tête de Malouk, Kataru, qui savait à priori nager, tenta de remonter à la surface, mais il sentit des crocs se refermaient sur sa jambes. Un Kirzak. Un crocodile géant de 3 mètres. Kataru saisit son épée et visa le point faible dans l'armure du Kirzak: ses yeux. En quelques secondes, le crocodile géant se retrouva borgne et hurla. Il lâcha la jambe déchiquetée de Kataru, qui remonta à la surface. Il n'était plus très loin de la berge, mais, alerté par le sang, d'autres Kirzaks accouraient. Et les possédés faisaient feu sur toutes les têtes qui sortaient de l'eau. Piochant dans ses dernières ressources, Kataru se hissa jusqu'à la berge et reprit sa respiration. Il fuya un peu plus loin, derrière des rochers, à l'abri des possédés. Kataru et Malouk étaient les premiers à rejoindre la berge. Le chef des sentinelles vérifia les blessures de son compagnon. Malouk n'était pas en danger, la flèche n'avait pas atteint le cerveau. Iraka, le chaman des Risards, sauraient réparer la blessure. Soulagé, Kataru se préoccupa de lui: sa jambe était en lambeau, et il faudrait tout les talents d'Iraka pour qu'il puisse à nouveau marcher.
Le Kirzak ne l'avait pas manqué. Inquiet pour les autres sentinelles, Kataru fixa les eaux. Plusieurs sentinelles manquaient à l'appel, mais heureusement, une bonne partie atteint la berge. Les possédés semblaient avoir abandonnés, mais à quel prix ? La moitié de la légion Denko, la légion sous le commandement de Kataru, la légion du tigre abyssal, le Denko. Et surtout la vie de son meilleur ami, Daruka. Peu à peu, les sentinelles restantes atteignirent la berge. Tandis qu'au Germines, impossible de savoir. Selon les derniers à être entrés dans l'eau, plusieurs d'entre eux auraient fuis vers leur village, mais une bonne partie auraient été dévorés par les Ikarus. Certains avaient eux aussi tentés de passer à l'autre rive, mais ils étaient morts, ou alors avaient disparu.
Hatza, le second de la légion Denko, fit un court rapport à Kataru, assis sur un rocher, reprenant son souffle et comptant ses hommes.
- Un désastre chef. Les Kirzaks ont fais des dégâts; 5 morts et 14 blessés.
- 15. J'ai été blessé.
Hatza remarqua alors l'affreuse plaie sanguinolente sur la jambe de son suivant.
- Oh...on ne vous as pas manqué.
- Iraka devrait pouvoir au moins me faire marcher à nouveau. Pour me battre...rien n'est sûr. C'est une journée affreuse, à croire que les dieux nous envoient la mort.
- Prions Omma, Esprit du Feu, pour qu'ils nous épargnent.
Kataru arriva difficilement à se lever, avec l'aide d'Hatza et d'un autre Risard. Il n'y avait plus qu'à prier pour que le lendemain soit meilleur. Il n'y avait plus qu'à prier pour le Feu, maître des éléments, soit conservé...
Ainsi était la vie d'un des nombreux village de Metru-Nui, il y a des millénaires...



Dernière édition par Dark Agora le Mer 31 Aoû 2011 - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan Fiction] A l'aube des temps   Mer 31 Aoû 2011 - 11:51

Éditer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan Fiction] A l'aube des temps   Ven 25 Nov 2011 - 16:58

Chapitre 3.

Les semaines passèrent.
Le mois de Jiraian, mois du de la déesse Jira, était presque à son terme. Tous redoutaient le mois de Yelankuan, le prochain, pour ses chaleurs extrêmes. Le seul point positif est que les Germines, craignant la chaleur, s'étaient retirés dans leurs villages ménager leurs forces. Le chef du village de Kataru, Yahiko, fut très inquiet pour le chef de la légion Denko. Heureusement, Iraka sut soigner sa blessure à la jambe, et quelques jours après l'attaque Germine, Kataru put de nouveau prêt à faire régner l'ordre au village de Reelonia. Et des semaines plus tard, Kataru fut en forme pour se battre. Malouk ainsi que les autres blessés furent soignés, et les morts, honorés. Et c'est après tout cela que Yahiko se décida à exposer son fameux plan qu'il avait concocté pendant les derniers jours. Il réunit donc les dix-neuf chef de légions, Kataru comprit. Avec cela s'ajouta Iraka, le chaman, et le frère de Yahiko, Dhalak. Et le discours débuta.
- Mes amis, comme vous le savez, les Germines craignent la chaleur plus que tout. Ainsi, pendant le mois de Yelankuan et un peu celui de Teryonelian, ils restent cachés. Il est temps de prendre notre revanche ! Nous sommes plus endurants que les Germines, nous devons les attaquer maintenant avant qu'ils ne nous attaquent ! Pourquoi maintenant ? Parce qu'il ne fait pas encore trop chaud et qu'ils faut attaquer le plus vite possible, avant que les Germines ne se remettent de leurs attaques.
Les dix-neuf chefs de légions approuvèrent le plan et partirent en informer leur légion. Kataru allait partir préparer la légion Denko quand Iraka l'arrêta en lui prenant l'épaule.
- Kataru, je ne sais pas si c'est bien sage de partir en guerre comme cela...Ne joue pas avec les dieux, Kataru ! Ne rêve pas trop, si tu peut marcher, une autre petite blessure, une toute petite, peut te déchiqueter la jambe et te mettre à la merci de l'ennemi.
- Merci pour tes conseils, Iraka, mais je serai prudent.
- Soit. Puisse les Esprits être avec toi, capitaine de la légion Denko !
Et Kataru repartit avec ses compagnons.
Reelonia tout entière se prépara à la guerre. Chaque légion fut renforcée de quelques Rahis et soldats. Les plus valeureux de la légion Denko furent choisis par Kataru pour rester avec lui. Cinq au total furent choisi: Teirak la Brute, connu pour avoir combattu un Kanohi Dragon au corps-à-corps et l'avoir battu, Berik le Fier, valeureux combattant, Anako la Guerrière, l'une des seules sentinelles féminines des dix-neufs légions, Nahok le Protecteur, qui a mille fois garder un chef en vie, enfin Jirek. Ce dernier n'avait pas de titre particulier. Il était le frère d'un des sentinelles morte contre les Germines, et Kataru, en espérant qu'il est hérité des talents de son frère, le choisi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fan Fiction] A l'aube des temps   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fan Fiction] A l'aube des temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zonage et temps de trajet
» Les énigmes qui font passer le temps
» La milice, et l'Aube Ecarlate.
» [Fan-fiction] Warriors of Time / Les Guerriers du Temps
» [Fan-fiction] Il était une légende ... Sélène. Final Chapitre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bionicle-legends :: Division MOC & Créations Personnelles :: Section Fan-Fics, Fan-Arts & Stop Motion-
Sauter vers: