AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Fan-Fiction] Le dernier espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Sam 18 Sep 2010 - 20:10

Chapitre Douze



Ernax avait un mauvais pressentiment. Il aurait dut aller avec son ami et laisser la cité aux soins de Shaza. Quelque chose de terrible allait se passer. Il en était sur. Quoi que cela puisse être, c’était dangereux. Il n’avait pas peur

pour la toa de foudre mais plutôt pour Ral qui n’était pas dans son état normal depuis qu’il avait été vaincu. Il pouvait voir sans yeux. Il n’eut pas besoin de lever la tête pour comprendre que le nuage qui filait vers la cité à vive allure n’était pas

normal. Il cria :

-Aux armes, l’ennemi est déjà là !

Le nuage, qui était noir, se stabilisa au dessus de Ta-nera. Ernax redoutait le pire. Il était le seul guerrier et il devait protéger à lui tout seul la plus grande cité de Nera-nui.


Ral retira sa lance et fit un bon en arrière pour être hors de porté de son adversaire. Celui-ci dit :

-Ne voulez-vous pas vous assoir et discutez un moment ?

Shaza fut la plus surprise. Jamais elle n’avait vu en ennemi interrompre un combat pour discuter avec ceux qui voulaient le faire taire à jamais. Elle accepta néanmoins. Ral fit de même. Orph lâcha un soupir de soulagement et s’assit. La membre

de l’ordre de Mata-nui fuit de même, tandis que l’ex Ko-matoran préféra rester debout.

-Que voulez vous nous dire ? demanda la toa.

-Mon nom est Orph et je suis un Ractelien, une race disparue depuis des années. J’ét ais un héro. L’un des plus grands guerriers de l’île…

-Vous voulez dire cette île ? le questionna Ral.

-Oui, cette île. Cette île accueillait les dernier représentants des racteliens. Un jour un mal s’insinua sur cette île. Je n’ai jamais su ce que c’était vraiment. Beaucoup des miens ce sont laisser corrompre. Mais nous les avons exterminés. Pas très

longtemps après, des toas ont débarqué sur cette île pour purifier le mal. Ils nous ont crus corrompus mais nous étions pures. Il y eu alors une guerre. Je fut le dernier à me tenir debout, sur la plaine de sang.

Ral connaissait cette plaine sauf qu’elle était appelée la plaine rouge.

-Le mal a été emprisonné mais non vaincu. Il m’a aider à revenir sur ce monde pour me venger. Je suis un des rois du mal. Je sers maintenant le mal que j’ai combattus il y a si longtemps, juste pour assouvir mon désir de vengeance et

exterminer le plus de toas possible afin de leur montrer ce c’est de mourir sans raison valable.

Shaza connaissait cette guerre. Mais elle n’y avait jamais participée. L’homme reptile se leva d’un bon et ajouta :

-Toi, celui qui manie la glace, je sais que tu n’es pas un toa et je ne te veux aucun mal. Par contre, si tu veux te battre, dit le tout de suite.

Shaza se releva elle aussi.

-Bien sur que je veux me battre, je ne laisse pas tomber mes amis.

Il n’y avait eu aucune hésitation dans la voie de Ral.


Des centaines et des centaines de monstres ailés étaient sortis du nuage. Ils était relativement faible par rapport au gardien de la ville. Mais ils étaient tellement nombreux. Ernax était le seul vrai protecteur de cette ville. Sa voix était forte et

puissante. Il rugit aussi fort qu’il le pouvait. C’était le signal. Tous les matorans prirent les armes et se préparèrent à combattre. Mais ils ne savaient pas que l’ennemi venait du ciel. Aussi furent il surpris lorsqu’un monstre tomba sur l’un des leurs.

Ernax en attrapa un pas le pied et l’écrasa sauvagement sur le sol. A peine eu t-il fait cela qu’une dizaine de créatures ailées s’abattirent sur lui.


Shaza avait été déjà blessée deux fois. Les blessures n’étaient pas profonde. Elle n’arrivait à s’habituer au style de combat de leur ennemi. C’était insensé. Il se jetait sous ses armes. Il pouvait être blessé, ce n’était pas un problème. Ral évita un

coup qui aurait du le décapiter. Et contrattaqua avec une vague de gel. Orph la traversa et commença à geler. Il ne ressentait pas le froid. Ce qui choquait le plus Ral était le fait qu’il se battait avec une seule main. L’autre était cachée par sa

cape. Ils étaient deux contre lui et ils étaient en difficulté. Ce revenant était bien plus fort que Medghath. Une décharge électrique toucha la cape de l’homme lézard. Celle-ci prit feu et découvrit un bras monstrueux. Il était bien plus grand et plus

gros que l’autre. Il se terminait pas de longues griffes.

-Qu’est ce que… ?

-C’est un cadeau du grand seigneur.

Orph tendit son bras vers la toa. Ral voulu le couper mais la créature reptilienne para avec son épée. Il ne se passa rien. Pourtant Shaza fut projetée si fort qu’elle traversa un arbre. Elle était entourée d’éclairs noir. Ral l’entendit hurler. Il resta là

sans bouger, pétrifié par la peur.


Ernax était en sang. Partout, il y avait du sang et des cadavres. Des cadavres de monstres ailés et de matorans. Il saisit un de ses assaillant par la gorge et la broya. Il y avait des monstres partout. Une griffe le toucha au flan. Il modifia ses

cordes vocales et rugit. Une onde de choc sortit de sa bouche et démembra tous les adversaire qui étaient devant lui. Ils furent vite remplacés pas d’autres. Ernax frappait, tranchait, écrasait, démembrait, mais il n’y avait rien à faire. Il avait

l’impression que le nombre d’ennemis ne changeait pas. Il extermina la dizaine de monstres devant lui. Il était si fatigué et si blessé, qu’il tomba à genoux. Avec sa vision spéciale, il pouvait voir à trois cent soixante degrés. Un étrange être entra

dans le champ de vision d’Ernax. Il n’était pas du tout comme les autres. Il devait au moins être aussi fort que Medghath. Ernax n’avait plus aucune force. Il vit sa fin arrivée. Il espérait que les autres s’en sortait mieux.


Shaza s’était tue. Elle ne bougeait plus et ne criait plus. Ral ne savait pas si elle était toujours vivante. Il n’avait pas réussi à supporter les cis de son amie. Orph avait attendu patiemment mais avait finit par partir. Ral s’était alors remit en garde.

Il devait venger Shaza. Tant pis s’il mourrait maintenant. Cela passait avant son devoir. Orph sze retourna et soupira.

-On dirait que tu veux quand même te battre alors que tu as vu avec quelle facilité que je l’ai envoyé dans l’autre monde.

Ral fut choqué. Shaza était résistante, et bien plus forte que lui. Elle ne pouvait être morte. Ral de jeta sur Orph qui tendit la main vers Ral. L’ex ko-matoran évita l’attaque en sa jetant sur le côté. Plusieurs arbres furent détruit. S’il n’avait pas

éviter l’attaque invisible, il serait probablement mort. Des liane se levèrent et se dirigèrent vers Ral. Il se rendit compte que tout était finit. Il ne pouvait faire face à Orph et à un monstre de la forêt.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geek7434
Combattant du crime
avatar

Nombre de messages : 427
Age : 20

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Dim 19 Sep 2010 - 12:30

lu sur BL, mais toujours aussi bien^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Dim 26 Sep 2010 - 17:41

Chapitre 13


Une créature ailée vola vers Ernax. Il était prêt à la décapiter. L’étrange être courut lui aussi vers Ernax. Les deux se rejoignirent. Ils allait frapper au même moment. Aussi Ernax fut il surpris lorsqu‘il vit la lame de celui qu’il avait prit pour un ennemi, couper en deux la créature possédant des ailes. Il était dans une grande armure. Elle devait être très lourde. Celui qui était dedans possédait une grande force pour la porter. Son casque n’avait qu’un orifice pour un seul et unique œil. Une brume bleu luminescent s’entourait un peu l’armure. >Cette même brume était dans le casque. Le chevalier avait une grande épée et un lourd bouclier. Ernax avait déjà vu cette armure. Elle était dans maison de Turaga Karava. Elle appartenait, selon le turaga à un noble et puissant toa. Mais celui-ci était mort depuis longtemps. Qui était alors dans cette armure ? Ernax ne la savait pas.
-Je me nomme Frostal, dit il en tendant sa main à Ernax. Allez vous mettre à l’abris, je m’occupe de tout. Ernax saisit la main de Frostal avant d’aller se réfugier. Le chevalier se dirigea vers le centre de Ta-nera. C’était à cet endroit qu’il y avait le plus de monstres.

Ral se savait mort. Il vit les tentacule se faire exploser par l’attaque d’Orph. Il avait eu de la chance. Il bondit. Para l’attaque du reptile. Celui-ci se recula et tendit sa main vers Ral. Il était trop tard. Il n’avait su faire une bonne utilisation de son petit répit. Les lianes passèrent devant lui et formèrent un mur. Elles explosèrent et un cri retentit dans la forêt. Des tentacules vertes sortirent de partout et foncèrent dur Orph qui laissa échapper un petit cri de peur. Il fut écraser. Les tentacules s’enlevèrent rapidement. Il ne restait rien, il avait disparut. Les lianes s’entremêlèrent pour former une femme. Elle prit la parole alors que Ral, reculait, terrifié par ce qui avait fait fuir Orph.
-Je ne te veux aucun mal.
La voix était antique mais féminine.
-Que…Qui êtes vous ? demanda Ral.
-Je suis la gardienne de cette forêt. Ce qui ce tiens devant toi n’est pas mon corps. Je peux contrôler toute la forêt mais mon pouvoir s’arrête là, je ne connait rien de ce qui se passe à l’estérieur. Peux-tu me conter pourquoi Le-nera a été attaquée ?
-Bien sur, dit Ral.
Sa voie était chevrotante. Il ne savait pas si ce que disait cette femme plante était vrai mais il ne voulait pas mourir.

Shaza remua. Elle se mit sur le dos et ouvrit les yeux. Elle fut prit de stupeur. Elle faillit crier de peur mais Medghath posa sa main sur sa bouche.
-Doucement, ne te débat pas et ne crie pas. Je ne te veux aucun mal. Tu es d’accord ?
Elle hocha la tête.
-Bien…
Il retira sa main.
La toa de foudre se releva. Elle avait mal. Ses jambes lâchèrent et le renégat la rattrapa, puis la posa au sol.
-Que…que me veux…tu ? parvint elle à dire.
-Shaza, je n’ai aucune envie de me battre contre toi. S’il te plait, pars d’ici.
-Pourquoi t’es tu retourné contre nous ?
-Tu sais, l’ordre de mata-nui m’a fait entrer car tu m’avais recommander. Mais ils se sont bien vite aperçus que je n’avais pas la force de faire parti de l’organisation. Comme ils m’avaient déjà accepté et que je te connaissait bien, ils ne m’ont pas renvoyé. Je passais mes journées dans mes quartiers alors que certains comme toi avaient des missions. Je ne servait à rien. Je ne pouvais même plus protéger mon village. Un jour je suis parti pour aller voir mon village et je l’ai trouvé détruit. L’attaque venait de se produire. Il n’y avait des cadavres de monstres et de matorans mais pas un seul cadavre de toas. Les matorans de mon villages n’avaient bénéficié d’aucun protecteur. Ils s’étaient battus seul, sans espoir. J’ai ensuite errer d’îles en îles jusqu’ici. Et le grand seigneur m’a donné un nouveau but. Shaza, tu es la seule à qui je ne pourrais jamais faire de mal. Je t’en prie, pars avant que ne commette l’irréparable.
Sur ces mots, il disparut dans une sorte de trou noir.
Shaza était intérieurement déchirée. Elle se rendormit.

Ral avait finit de tout conter à la femme plante.
-La situation est bien plus grave que je ne le pensais. Mon véritable corps ne peut sortir de cette forêt. Je vais devoir faire quelques chose que je n’ai pas fait depuis des millénaires, suis moi.
-Attendez, dit Ral, il y a amie.
Il pointait la direction où Shaza s’était écrasé. Des lianes partirent dans cette direction et ramenèrent le corps de la toa. Elle était en mauvais état, son corps était brulé et son armure déchirée par endroit.
Ils marchèrent ,en silence, dans la forêt, si longtemps que Ral n’aurait pu dire l’heure ni retrouver son chemin. Ils arrivèrent vers un arbre énorme. Son tronc faisait au moins dix fois l’épaisseur d’Ernax. La femme plante posa sa main sur le tronc et resta là, sans bouger pendant quelques minutes. Le sol se mit à trembler. Ral fut jeter à terre par la puissance de ce tremblement de terre/ Le tronc de l’arbre s’ouvrit. Un corps de femme se trouvait à l’intérieur. Un corps fait de plantes et d’écorces. Il n’était pas relié à la nature environnante. Il était indépendant. La femme plante tendit son bras. Une liane sortit de la paume de sa main pour aller vers le torse du corps inerte. Elle se planta dedans. Le femme plante tressaillit et tomba, en se disloquant en une centaine de lianes. L’autre corps ouvrit les yeux. Elle se leva difficilement. Avança vers Ral et une fois qu’elle eu passé l’arbre, elle retira la liane plantée dans son torse.
-Je suis prête, nous pouvons y aller.
-Bien, répondit l’ex ko-matoran.
Il chargea Shaza sur ses épaule et suivit la femme plante à travers la forêt.
-Comment vous appel vous ? demanda l’être maniant la glace.
-Mon nom est Scyllia.
-Mon nom est Ral et elle c’est Shaza.

Ernax était dans une petite maison. Un matoran s’occupait de panser ses blessures. Il falklait qu’il aille aider.
-C’est bon, c’est finit.
-Merci, dit Ernax.
Il se leva et sortit. Il n’y avait plus aucun bruit de combat. Il n’y avait plus que des cadavres par terre. Aucun signe de vie. Il courut ver la place de Ta-nera. Il ne fut jamais aussi surprus de sa vie. Sur cette place, se tenait Frostal, entièrement rouge et derrière lui se tenait une montagne de cadavres ennemis. Il avait effectué se carnage à lui tout seul. Il ne paraissait pas blesser bien que son armure soit un peu endommagée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Mar 26 Oct 2010 - 22:38

Chapitre 14







Orph se présenta devant son seigneur.

Tu as échoué !!!

-Oui maître, j’ai échoué.

Tu ose me le dire comme ça !!!

-Comment vous le dire autrement, vous savez déjà ce qu’il s’est passé. J’ai juste lamentablement échoué.

Tu as de la chance que j’ai encore besoin de toi !

-Je sais, je sais. Quelle est ma prochaine mission ?

Fais preuve de moins d’insolence !!! Tu pourrais même perdre la chance que je t’ai donné.

-Je le sais aussi. Et pour mon insolence, disons que c’est dans ma nature, c’est tout. J’ai toujours été comme ça.

Vas. Vas tuer à Po-nera. Ramènes en vivant.

-Bien , il sera fais selon vos ordres.

Orph disparut soudainement, laissant l’être emprisonné, seul.



Ral suivait la femme-plante, en silence. Il ne pouvait dire si cela faisait des minutes ou des heures qu’ils marchaient. Il la suivait, sans rien dire alors qu’il voulait lui poser maintes questions. Il portait Shaza. Elle respirait à peine. Ral ne s’en rendit pas compte tant il était absorbé par ses pensée, mais ils venaient de sortir des la forêt. Il y avait une bonne partit de peuple de Le-nera. Ils s’inclinèrent en murmurant des paroles incompréhensibles. Le turaga du village s’avança. Il était sans doute le turaga le plus vieux de Nera-nui. Il se prosterna devant la femme-plante.

-Je vous remercie de votre aide. Je ne penser plus vous revoir après tant d’années d’inactivités.

-Ne vous inquiétez pas turaga Vereno. J’ai toujours veiller sur cette forêt…

-Nous allons vers Ta-nera. C’est la ville la plus fortifiée. Auriez vous l’amabilité de bien vouloir nous accompagner ?

-Bien sur…

Le Turaga regarda Shaza et dit à Ral.

-J’ai entendu parlez de vous. Posez là dans ce chariot, dit il en montrant du doigt une sorte de charrette.

Ral s’exécuta. Il la posa délicatement dans le chariot. Déjà, trois matorans venaient pour la soigner. Scyllia s’éloigna pour organiser le trajet.

-Savez vous que vous avez un surnom ? demanda turaga Vereno à Ral.

-Non, je ne savait pas. Quel est il ?

-Avalanche. J’ai reçu une vision de vous dans laquelle vous étiez appeler avalanche.

Le groupe se mit en route.



Sur les sables, près de Ga-nera, un être se réveilla. Il toussa et cracha l’eau ainsi que le sable qu’il avait avalé. Il cligna des yeux. Comment pouvait-il être encore en vie ? Il se mit à genoux. Il avait mal partout. Tous ses muscles ainsi que toutes ses articulations lui faisaient mal. Il sourit. Il était heureux d’être encore en vie. Il se mit debout, chancela et tomba. La face dans le sable, il envoya quelques jurons. Il se remit à genoux et cracha le sable qu’il avait dans la bouche. Il essaya de se mettre debout, plus lentement. Au bout de maintes essaies , il réussi à tenir debout mais marcher, c’était une autre paire de manche. Il pivota, lentement, cherchant des yeux quelque chose. Le soleil fit briller un objet. Il l’avait retrouver. Il marcha dans la direction de l’objet, à pas lent. Il regarda avec adoration da lame. Le manche était courbe, comme pour une arme à feu. Il y avait aussi une gâchette. La fin de l’épée se terminait par une longue lame, surmontée d’un canon. Il se laissa tomber à genoux puisqu’il

N’arrivait toujours pas à se baisser sans tomber. Il ramassa l’arme et l’accrocha dans son dos. Il se releva ensuite et se dirigea vers Ga-enra. La contour de la cité se dessinait au loins. Il s’écroula. Un énorme plaie lui barrait le dos. Une ga-matoran, qui s’était cachée derrière un rocher de peur d’être vue de l’étrange être, se dirigea vers lui. Elle pensa ses blessures avec ce qu’elle pouvait puis le traina jusqu’au village.



Ernax était en train d’aider aux réparations. Il discutait avec Frostal.

-Donc ça fait plus de cent mille ans que vous êtes morts ? Pourtant vous vous tenez devant moi. J’ai du mal à comprendre.

-Celui que tu as devant toi n’est que l’ombre de lui même.

Frostal s’exprimait souvent par énigme et cela frustrait Ernax car il n’avait jamais été bon à ce jeu là. De plus, les énigme de Frostal étaient compliquées. I secoua négativement la tête alors qu’un ta-matoran était en train de ressouder une poutre qu’Ernax tenait.

-Bien et y avait-il beaucoup de toas sur cette îles ?

-Les justiciers étaient nombreux, très nombreux. Mais le mal était très grand.

-Qu’est il arriver ensuite ?

-Les braves sont tombés dans l’anarchie et le chaos régna. Seul quelques uns gardèrent leurs têtes mais moururent peu après…

Frostal soupira et baissa la tête. Ernax ne comprenait pas grand-chose mais il savait que le grand guerrier en armure ne voulait plus être questionner. Ils continuèrent leur dur labeur en silence. Ernax passa des heures à aider à réparer la cité. Si bien que le soir venu, il n’avait plus de force. Il mangea sur la plus haute tour de Ta-nera. Il regardait les étoiles. Une étoile blanche scintillait, ainsi qu’une étoile rouge. Ernax en avait déduit que ces étoiles le représentait ainsi que Ral. Mais ce soir, il remarqua qu’une nouvelle étoile brillait, haut dans le ciel. Il ne l’avait jamais vu. Et pourtant, tous les soirs il regardait les étoiles. Il pria pour que son meilleur amis et Shaza aillent bien. Il se demandait comment ça c’était passé à Le-nera. D’après ce que Shaza lui avait dit, ils vivaient dans un monde reculé. Sur les autres îles, il existait des engins se déplaçant sans rahi. Il allait devoir remédier à ça, avec Ral. Il descendit de sa tour et partit dans la forge. Il allait d’abord se créer une arme.



Il se réveilla dans l’hôpital de Ga-nera. Il était allongé sur un lit. Il se redressa. Il avait mal au dos. Il essaya de se souvenir comment il était arriver ici. Un mission. Un Navire. Une tempête. De l’eau beaucoup d’eau. Un plage. Son épée. Machinalement, il toucha son épée. Elle n’était pas là. Il avait été désarmé. Il commença à paniquer. Il se leva. Il sortit de la salle dans laquelle il était. Il arriva dans un long couloir. Il se mit à courir. Il courait vite et ne regardait pas où il courait. Il percuta quelque chose et s’étala de tout son long. Il eut du mal à se relever. Son dos le faisait grandement souffrir. Il regarda ce qu’il avait percuter. Un matoran. Il aida la pauvre Ga-matoran à se relever.

-Où suis-je ? demanda t-il.

-Vous êtes dans un hopital…

-Pourquoi suis-je ici ?

-Une des notres vous à trouver et ramener ici…

-Où est mon arme ?

-Je crois qu’elle l’a…

-Quel est son nom ?

-Dernia…

-Merci.

Il se leva et se dirigea vers la sortie, bien décidé à récupérer son arme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thebionicle57
Vétéran récompensé
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 20
Localisation : Errant dans l'Univers

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Mer 27 Oct 2010 - 17:02

t'as pas plus long....

nan super le truc, mais un peu long
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Mer 27 Oct 2010 - 17:45

Pas d'accord. Plus long serait encore mieux. Génial comme chapitre ! Ta fic' est très bien. Mieux que celle dont tu es fan, "Il s'appellait Koli". Enfin, c'est ce que je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Mer 27 Oct 2010 - 20:41

Merci du compliment, ça me fait vraiment plaisir. Je pense que je ne suis pas aussi fort que Talon ( à moins que je ne sois super modeste) Je trouve que j'ai encre pas mal de chemin à parcourir. et pour les chapitres trop court, je fais pas exprès. Quand j'arriva à la troisième page, j'ai une panne sèche d'imagination...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Mer 27 Oct 2010 - 21:12

Panne d'inspiration ? Tu as devant toi un petit gars qui a plein d'imagination, et qu'il est prêt à aider n'importe qui, surtout un ami. Tu me MP si tu as besoin d'aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Jeu 28 Oct 2010 - 16:53

Chapitre 14


Alors que Ral, Scyllia et les Le-matorans arrivaient assez proche de la cité pour la voir, ils virent qu’une fumée noire émanait de la ville. Rel fut pris de panique et s’élança vers la cité en disant à Scyllia :

-Fait arrêter tout le monde, je vais voir ce qui se passe…

Sa voix se perdit au loin. Il avait une grande distance à parcourir et il courrait aussi vite que son corps le lui permettait. Il devait aller plus vite. Ernax était peu être déjà mort. Ral espérait ; que si c’était Medghath qui avait fait cela, qu’il soit encore là. La paysage défilait autour de lui, trop vite pour qu’il puisse voir distinctement ce paysage. Il ne regardait que la cité. La cité et la fumée noire qui s’en dégageait. Il avait mal, ses jambes le brûlaient. Il haletait. Mais jamais il ne ralentit, se rapprochant toujours du but. Il se prit le pied dans une racine. Il vola, tomba, roula t se releva pour repartir dans sa frénétique couse. Il ne s’était pas vraiment aperçu qu’il était tombé. Il ne faisait attention qu’à une seule et unique chose. Son but. Il finit par arriver aux portes de la cité. Il était essoufflé. Il ne ralentit pas, se dirigeant vers la fumée noire. Il était dans l’allée principale. Il ralentit, se dirigeant en trottinant vers la fumée. Il vit Ernax, parlant avec un homme en armure. Il ressemblait à un chevalier. Derrière eux brûlait un tas de cadavres. Pas des cadavres de matorans mais des cadavres de bêtes immonde. Quelque chose toucha l’épaule du manieur de glace. Il sursauta.



C’était un vrai chaos à Po-nera. Un être immortel décimait les matorans. Il était bien trop rapide et trop fort pour être arrêter. Le turaga était caché dans une petit habitation avec un po-matoran.

-Va Kar, dit l’ancien toa, va. Je ferai diversion.

Le turaga sortit et se dirigea vers Orph qui dit nonchalamment :

-Voici qu’un vieux débris veux m’attaquer.

Il se mit à rire alors que le sage avançait vers lui. Kar sortit en courant et se dirigea vers l’écurie. Il était un excellent cavalier. Sûrement le meilleur de Nera-nui. Il monta à Kikhanalo et fonça. Il partit vers Ta-nera. Là où étaient les héros. Orph ne le vit pas partir. Alors qu’il riait, le turaga fut éjecté par une autre créature.

-Que fais-tu ici Orph ? Cette cité est à moi.

-Night, le maître m’as demandé de venir t’aider.

-Je n’ai pas besoin de ton aide. Il ne restait plus qu’un jour avant que le rituel e soit achever. Et j’aurais pus tous les ramener aux maître.

-Night, tu n’as rien compris…Le maître veut…du sang. Sans cela il ne pourras revenir.

-Il a besoin des matorans et non de sans, rétorqua Night.

-Tu n’en sait rien…

Elle lui mit son poing dans la face. Il vola jusqu’à s’écraser contre un bâtiment.

-Ne me cherche pas Orph, je suis bien plus forte que toi.

-Tu pense ?

Elle était chauffé à blanc. Un sourire sadique apparut sur son visage. Orph déglutit. Il allait passer un sale quart d’heure. Elle s’avança vers lui, en faisant craquer ses doigts.

-Tu veux que je te montre ?

Il ne répondit rien et se releva.

-Je prend ça pour un oui.

Les oiseaux s’envolèrent, tous les animaux aux alentours de la ville s’enfuirent.



Il courait, il savait maintenant où habitait celle qui détenait son arme. Il ne savait pas si ce peuple était pacifique. Il vivaient dans un monde où seules la guerre et la destruction régnaient. Il ne savait qu’il avait des gens à aider. Il fallait que son camps l’emporte. Il fallait qu’il aille rejoindre les siens mais il ne savait pas où il était. Il arriva devant une maison, bien entretenue mais assez médiocre. Il frappa. Une ga-matoran vint lui ouvrir.

-Que voulez…

Elle se tut.

-Vous êtes bien Dernia ?

-Oui. Etes vous déjà guéri ?

-Où est mon arme ?

-Vous êtes vraiment impoli. Dites moi d’abord si vous avez encore des douleurs.

Il balbutia un peu. Un être deux fois plus petit que lui et bien moins fort lui tenait tête.

-J’ai encore un peu mal au dos, finit il par répondre.

-Alors retournez à l’hôpital immédiatement ! Avant que je ne m’occupe de votre cas.

Il prit la menace au sérieux. Sa voix était froide et il prit ces paroles pour une promesse.

-Et si vous revenez avant d’être en parfait état, je vous transforme vous et votre arme en confetti.

Il partit en courant en direction de l’hopital.
Ce peuple est dangereux, il faut que je récupère mon arme au plus vite…





S’arrêta près d’Ernax.

-Tout va bien ? demanda Ral.

-Oui, lui répondit son amis. Nous avons été attaqué mais grâce à Frostal, que tu vois là, nous avons survécus.

-Je ramène une nouvelle alliée. Shaza est blessée et les le-matorans arrivent. Il faut que je les amène.

Il ne laissa pas le temps à qui que ce soit de dire quoi que ce soit. Il partie dans une course, bien moins rapide que la première.

Ernax se demanda si son ami avait de la fièvre. Il arrivait comme un fou, lui disait deux mots et repartait. Il se frotta la tête. Décidément, il avait gardé son tempérament de ko-matoran. Personne ne comprenait rien à ce qu’il faisait, jusqu’à ce qu’il ait finit ou qu’il explique en prenant son temps.

-Je te laisse le soin de t’occuper de la cité, dit i à Frostal, j’ai des choses à faire.

Celui-ci acquiesça d’un signe de tête. Il aimait bien veiller sur les matorans. Il se sentait revivre. Pour lui, son armure était une partie intégrante de lui même, elle ne pesait rien. Ce n’était pas la même chose pour son bouclier et son épée. Mais cela ne le dérangeait pas puisqu’il avait combattu pendant des millénaires avec. Il se mit en route. S’arrêtant près des matorans, leur demandant des précisions sur le monde d’aujourd’hui puisqu’il avait raté une bonne partie de l’évolution de cette île. Les matorans étaient heureux de s’arrêter de travailler pendant le temps de la réponse.



L’ex ko-matoran était arriver auprès du peuple de Le-nera.

-La ville a été attaquée mais les ennemis ont trépassés. Nous avons aussi un nouvel allié. C’est une sorte de chevalier. Nous devrions nous hâter pour arriver avant la nuit. La délégation se mit en marche. Il s’approcha de la charrette où était Shaza. Il y avait toujours un médecin avec elle. La toa avait l’air d’aller mieux. Ral laissa échapper un soupir de soulagement. Elle semblait dormir paisiblement. Il se dirigea vers Scyllia.

-Cela fait combien de temps que tu vis dans l’ombre des autres peuples ?

-Je ne compte plus. Je me suis toujours occupée de cette forêt. J’ai voyagé d’île en île lorsque mon île natale a été incendier par des forces occultes. J’ai fuis et je finalement arrivée ici. J’ai tout de suite admiré cette forêt et me suis mis en tête de la protégée pour qu’elle ne finisse pas comme mon île. Cela fait tellement longtemps que je suis ici. Au début, toutes les personnes de cette île me connaissaient mais ils finirent par se débrouiller eux même, ne me demandant plus d’aide. Il finirent part m’oublier au fils des siècles. Seul le peuple de la forêt et rester près de moi. J’ai demandé à ce qu’ils soient les seuls à me connaître. Cela me permettait de mener une existence paisible. Mais je dois sauver cette île d’une catastrophe.

-Je vois, tuas bien plus d’expérience que moi. J’étais un simple matorans et d’un jour à l’autre, je suis devenu ce que je suis. J’ai vu pour la première fois un toa. Il m’a demandé de sauver cette île. C’est ce que je m’efforce à faire.

-Ral…commença Scyllia.

Elle ne put finir sa phrase. Elle sentait que les animaux avaient peur. Une centaines d’oiseaux passèrent au dessus d’eaux.

-Que se passe t-il ? demanda le manieur de glace.

-Les animaux ont peur, très peur. Ils fuient quelque chose.



Orph gisait à terre. Il lui manquait les deux jambes et un bras. Elle lui avait laisser le bras que le grand seigneur lui avait offert, pour ne pas l’insulter. Il n’avait rien put faire. Son torse était enfoncé. Heureusement qu’il ne sentait plus la douleur. Il avait compris pourquoi il avait été envoyé ici. La maître lui avait fait payer son insolence. Bien, ce n’était pas grave. Il fallait juste qu’il soit soigner. Il vit que Night partait.

-Attend, emmène moi voir Sarkan. Il faut qu’il me soigne.

-Pourquoi ? lui répondit elle.

-Si je peurs, le grand seigneur te muniras, violemment.

Elle tressaillit.

-Et bien, tu n’as qu’à ramper.

-Voudrais tu que je révèle ton secret.

Elle inspira profondément, se retourna. Il lisait la colère sur son visage.

-Tu dis ne serait ce qu’un seul mot sur ça et plus personne ne te retrouvas jamais.

Elle le saisit par la gorge et le hissa sur son dos tout en ramassant ses membres. Orph déglutit.



Il se réveilla en sursaut dans son lit, à l’hôpital. Une ga-matoran manqua de lâcher ce qu’elle tenait. Il avait encore une fois rêvé de ce bateau, cette tempête, toute cette eau et cette plage. Il héla une infirmière.

-Je vais devoir rester ici combien de temps ?

-Encore deux jours et vous serez libre de partir où bon vous semble. N’oubliez pas de remercier Dernia. Sans elle vous ne seriez plus de ce monde.

-Merci.

Une fois qu’elle fut partie, il soupira. Il avait encore deux jours d’inactivité. Il entendit des coups de feu dehors. Pas beaucoup comme s’il n’y avait qu’une seule personne armée. Il y eut des cris.
Ce peuple n’est donc pas violent…



-Tant pis pour les règles. Il se leva, se dirigea vers la demeure de Dernia. Il devait absolument retrouver son arme.

Il la croisa sur le chemin, tenant son épée. Il la prit er demanda :

-Où ?

Elle lui indiqua une direction, il n’hésita pas une seconde. Il avait vu que la ga-matoran avait un regard suppliant. Celui qui attaquait cette magnifique cité allait le regrettait. Il avait vu que Dernia était toute tremblante. Il comprit que ce village était un village de soin. Chez lui, c’était un sacrilège d’attaquer des médecins où infirmière. Il allait les aider. Lui, Torahk, toa de la pierre allait lui faire regretter d’être né.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tucky
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1010
Age : 18
Localisation : Dans ton c** !!!

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Jeu 28 Oct 2010 - 20:16

Ça c'est du pavé ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Jeu 28 Oct 2010 - 20:42

Tu pourrais me dire comment tu trouve le chapitre aussi...^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tucky
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1010
Age : 18
Localisation : Dans ton c** !!!

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Jeu 28 Oct 2010 - 20:46

J'attend que tu t'arrette comme sa je pourrais lire a partir du premier chapitre^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Jeu 28 Oct 2010 - 20:57

Heu...Il y en a pour un bout de temps, crois moi. tu feraimieux de lire tout de suite le premier chapitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Ven 29 Oct 2010 - 12:00

Bon chapitre. Night (Nuit en anglais, d'ailleurs) est très puissante, mais si j'était elle, j'aurais pas était jusqu'à rendre Orph incapable de marcher et manchot d'un bras. Je lui aurais peut-être couper la main, mais là, Orph ne sert vraiment plus à rien à son maître, apparemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Dim 31 Oct 2010 - 21:51

Chapitre 15







-Orph se releva, tous ses membres avaient été recollés. Il n’aimait pas demander de l’aide, surtotut à Night. Il ne l’aimait pas vraiment. Par contre, Sarkan était quelqu’un qu’il appréciait. Il n’était pas un ami car il n’avait pas d’ami. Orph préférait rester seul.

-Alors ? demanda Sarkan, caché dans l’ombre. Orph n’avait jamais vu son visage. Il savait juste que son allié était massif et puissamment bâti. Ses yeux étaient d’un vert, luisant. L’homme reptile ne savait pas pourquoi et ne préférait pas le savoir.

-Tout bon, comme avant. Tu devrait quitter ta tanière et de défouler un peu.

-Merci du conseil mais je préfère rester ici, seul.

-Fait comme tu veux.

Orph sortit d’une sorte de grotte. Il était, tard, vers le milieu d’après midi. Il n’avait plus beaucoup de temps. Il devait chercher le village de la terre. Il avait entendu dire que ce village était enfouit sous la terre et que les habitants en sortait très rarement. Ce n’était pas facile à trouver. Il devait avant tout faire son rapport à son seigneur. Un cercle transparent apparut devant lui. Il le traversa. Il n’était plus là.



Torahk n’avait pas vraiment vu son adversaire. Celui-ci était rapide et semblait être partout à la fois. Il ne laissait que très peu de trace et une seule de ses attaques pouvait être mortelle. Il avait déjà tuer trop de gens. Il entendit u n bruit. Il se retourna et vit le canon d’une arme à feu pointé vers lui. Il sauta sur le côté, évitant le projectile mortel. Il ne voyait que l’amre, pas le tireur. Il entendit à rire machiavélique et un petit être se leva. Il était de couleur noir et orange et avait, en guise de tête, une citrouille. Il n’avait qu’un seul et unique pistolet. Il tira, une fois, deux fois, trois fois. Les projectiles explosaient dès qu’il rencontraient quelque chose. Le chargeur de son ennemis ne semblait pas se vider. Il esquiva une énième balle en roulant et lorsqu’il se releva, il attaqua. La lame brilla à cause du soleil. Le petit être sauta. Son saut été très grand. Il était à au moins trois mètres du sol. Il fit deux salto et retomba hors de porté de l’épée du toa. Le monstre se prépara à tirer mais il s’arrêta d’un coup, tremblant.

-Tu n’es pas le seul à posséder une arme à feu.

Le canon de l’épée de l’être maniant la pierre fumait. La citrouille sur pattes avait reçu la balle dans la tête. Il tomba. Le toa sortit une balle de la sacoche accrochée à sa ceinture et la mit dans le chargeur. Il s’approcha de l’assassin. Celui-ci parlait dans un langage incompréhensible. La citrouille commença à luire et à chauffer. Le toa fit un bond en arrière. Le monstre explosa et réduit à néant tout ce qui se trouvait dans un rayon de deux mètres. Torahk fut touché. Dernia arriva peu après.

-Vous l’avez tué ?

-Bien sur…Et aussi…merci de m’avoir sauvé.



Ernax sortit de la forge. Il tenait une énorme hache que lui seul était capable de porter.

Il n’y avait que Frostal qui était là pour admirer ce magnifique travail. La bête était déçue que Ral, son meilleur ami, ne soit pas là. Mais bon, il était en train de veiller sur Shaza. Il entreprit de partir, pour un long moment.

-Je vais voir si tout va bien dans les deux villages voisin. Dis leur que je vais à Ga-nera et à Po-nera.

Le chevalier hocha la tête.

Bien, Ernax sortit par la grande porte et courut, aussi vite qu’il le put. Il était très rapide et se perdait dans la vitesse de la course. C’était quelque chose qu’il aimait beaucoup. Tout oublier, le temps de la course. Le plus dur était de revenir à la réalité ensuite mais il savait qu’il repartirait dans une course folle.

Ral était dans la chambre de la toa de foudre, attendant patiemment sur une chaise. Elle finit par emettre un grognement. Ral se rapprocha pour voir si tout allait bien. Elle se révailla en sursaut. Leurs visages étaient à quelques millimètres l’un de l’autre. Ral bondit en arrière et tourna la tête, gêné.

-Euh…je…je voulais…voir si tu allais bien et tu t’es…réveillé…

Shaza se mit à rire. Elle se tenait les côté entre deux éclats de rire, elle réussi à dire :

-Ne…ne…ne me fais pas…j’ai ma…mal…

Elle n’en pouvait plus Ral se tut, attendant que la crise soit passée. Il se frottait pensivement la tête. La toa se calma enfin.

-Cela faisait longtemps que l’on ne m’avait fait tant rire.

-Je suis soulagé, j’ai l’impression que tu vas mieux.

Elle hocha la tête.

-Quand tu as subi l’attaque, j’ai cru que tu étais morte.

Le visage de Shaza s’assombrit soudainement.

-Ai-je dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? demanda Ral.

Shaza lui sourit.

-Ce n’est rien, je viens de me rappeler quelque chose. Tu n’as rien à voir avec ça.

L’ex ko-matoran parut apaisé. La manieuse de foudre pensait à ce que lui avait dit Medghath. Et s’il disait l’entière vérité. Elle avait mal au cœur. Elle l’avait toujours aidé. Elle l’avait toujours considérer comme un de ses meilleurs amis. Elle ne pouvait le blâmer. Tout était de sa faute. Elle n’avait pas fait le bon choix et il en avait souffert. Il en avait tellement souffert que ce n’était pas d’elle qu’il voulait se venger. Il criait sa peine au ciel et voulait se venger du monde entier. En fait, tous les ennemis qu’elle avait rencontrer ici voulait se venger d’un grand malheur ou d’une injustice. Et si celui qu’il protégeait se servait d’eux grâce à leur peine pu à leur désir de vengeance. Ils n’étaient que des pantins manipulé très subtilement. Elle devrait quand même les arrêter. Elle secoua négativement la tête et voulut parler à Ral mais il était déjà parti. Pendant combien de temps était elle rester comme ça à réfléchir ? Elle ne le savait pas. Peu être avait il été appeler. Elle ne pouvait le dire. Elle allait mieux et c’était déjà ça.



Ral courait dans la cité. Il se sentait seul. Il ne connaissait pas trop Frostal. Il ne savait pas où était Scyllia. Il partit donc voir le chevalier. Il était en train d’aider des matorans à souder un énorme cylindre. Ral qui avait l’habitude de créer des objets électroniques mais pas de forger ne savait pas à quoi servait ce cylindre. Il s’approcha et l’antique guerrier se retourna.

-As-tu des questions ? Quelque chose t’empêche t-il de te concentrer ?

Ses paroles étaient étrange. Ral aurait plutôt dit : quelque chose te tracasse t-il ? Mais il était venu pour autre chose. Il se demandait ce qu’était ces vapeur bleutées, sortant de l’armure que le chevalier portait.

-Effectivement, j’ai quelques questions. Qui êtes vous ? Ou plutôt qu’êtes vous ? Je sens en vous beaucoup d’expérience et de sagesse. Autant, voir plus qu’un Turaga.

-Je ne suis plus que l’ombre de moi même.

Ral ne comprenait pas.

-Non, je veux dire êtes vous un toa, une race que je connais ou que dont je n’ai jamais entendu parler.

-Je suis un toa…Non ! Je ne suis pas un toa. Je ne suis plus que l’ombre d’un toa.

Ral fut étonné. Il pensait avoir compris mais n’étais pas sur. Il entraîna le toa à l’écart de tout être pouvant les entendre.

-Vous voulez dire que vous….



Ernax arriva à Ga-nera. Il fut bien accueillit par les habitants. Il apprit qu’il y avait eu une attaque et qu’un toa les avait sauvés. De plus en plus de monde arrivait sur cette petit île perdu au beau milieu de l’océan. Bien il sut assez vite où logeait ce « toa ». Il n’y croyait pas trop. Shaza avait été envoyée ici par une puissante organisation. Que pouvait bien faire un toa ici. Tous les toas protégeant l’île s’étaient sacrifiés. Il se rendit à la demeure du toa : à l’hopital. Bien vite, il arriva devant la chambre du sauveur de Ga-nera. Il ouvrit la porte et à sa plus grand surprise, découvrit un toa. Un vrai.

-Qui…qui êtes vous ? demanda celui-ci.

Il brandissait une étrange épée.

-Ne vous inquiétez pas, répondit Eranx, je suis un des protecteurs de cette île.

Il baissa son épée.

-Quel est votre nom ?

-Je me nomme Ernax et vous ?

-On m’appelle Torahk.

-Je suis heureux de faire votre connaissance. On m’a dit que vous avez sauvé cette ville.

-C’est exact, répondit le toa.

-J’aurais quelques questions à vous poser. Quel était votre ennemis et comment l’avez vous tuer.

Il lui raconta tout.

-Comment pouvez vous ne pas connaître les matorans alors que vous êtes un toa ? Pour être un toa, il faut d’abord êtres un matoran .

-Je…je ne sais pas. J’ai toujours vécu dans un monde rempli de guerre. J’ai toujours été comme ça et j’ai toujours vécu sur une île en guerre se nommant Era-nui. Deux factions sont opposés. Le seule chose permettant de nous différencier est le foulard que nous portons. Il y a deux nombreuses races faisaient parti de cette guerre. Mon camp avait un foulard rouge alors que nos adversaires en portaient un vert. Lors de ma dernière mission, j’ai dut prendre un bateau mais il a été attaqué et coulé. Je me suis réveillé sur cette plage. Je n’ai que très peu de souvenirs mais vous m’avez l’air de défendre une bonne cause. Les autres sont mauvais, ils méritent d’être tués. Attaquer un village sans arme et qui procure des soin est la pire des hérésies.

-Je vous l’accorde.

A ce moment, la porte s’ouvrit et une ga-matoran entra.

-Je viens prendre de tes nouv…Je dérange peut être ?

-Non, répondit le toa. Voici Dernia. C’est elle qui m’a sauvé. Voici Ernax, il protège cette île.

-Alors vous êtes un des héros ?!!!

-Je ne suis pas un héros, rétorqua la bête. Je ne suis qu’un protecteur. Je n’aime pas le terme héros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Jeu 11 Nov 2010 - 15:33

J'aime beaucoup la dernière phrase. Sinon, je trouve ça bizarre de se faire recoller les membres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Dim 20 Fév 2011 - 11:10

Vous avez crus que j'avais arrêter ma fic ? Et bien non, je reviens avec le 16eme chapitre. Je n'ai pas eu le temps d'écrire à cause de mon emploi du temps mais j'écrit toujours. Ce chapitre eszt un peu spéciale. Bonne lecture à tous!

Chapitre 16


Un kikhanalo arriva en trombe à Ta-nera. Il arriva si vite qu’il trébucha et envoya voler son cavalier. Il frappa un mur avec force. Il s’écrasa au sol inconscient. Les matorans présents portèrent le cavalier pour le mettre dans un endroit où il pourrait se reposer tandis que d’autres cherchaient Ral ou Frostal. Les matorans forgeaient de nouvelles armes. De nouveaux canons étaient créés. Toute la cité frémissait d’angoisse. Cela faisait tellement longtemps qu’il n’y avait eu de guerres sur cette petite île paisible. Pourquoi fallait-il que cette paix soit rompu ? Et surtout, qui voulait la rompre ? Les matorans se posaient beaucoup de questions. Ils avaient peur. Ils ne voulaient pas mourir mais leurs ennemis étaient nombreux. Plusieurs villages avaient été détruits. Ta-nera avait été attaqué plusieurs fois mais beaucoup étaient mort lors de ces assauts. Les seules cités restantes étaient Ta-nera, Ga-nera, Onu-nera et Po-nera. Enfin peut être pas cette dernière. Il y avait une rumeur comme quoi un messager de cette ville était arrivé en trombe aujourd’hui. Personne ne savait vraiment.
Ral marchait vite dans la cité. Il fallait qu’il aille voir le messager et qu’il construise des armes à feu. Il n’avait jamais essayé mais il était le plus doué de son village. Il y arriverait surement. Il s’arrêta devant une porte. Il se baissa et entra. Le messager était là. Il se tenait la tête. Il regarda longuement Ral avant de dire ;
-Po-nera est attaqué…J’ai réussi à m’enfuir. Il faut appeler les renforts.
-Je ferai ce que je peux.
Ral sortit. Frostal l’attendait.
-Je vais aller à ce village, dit l’antique guerrier, Ernax est peut être déjà là bas.
Ral opina. Frostal lui tourna le dos et partit.

Ga-nera était proie à une fusillade. La créature que Torahk avait tué était de nouveaux là. Mais elle était nombreuse. Ils étaient tous pareils. Ils avaient tous les mêmes aptitudes. Ils étaient tous du même niveau. Il y avai déjà eu pas mal de morts. Tohrak bouillonnait intérieurement. Il détestait qu’on s’en prenne à des médecins. Il sortit de sa cachette et fonça vers une autre. Il fut visé. Des coups de feu retentirent. Il était de nouveau caché. Ils ne l’avaient pas eu. Il n’était pas faible et eux non plus. Ernax se redressa. Deux deux leurs ennemis le visèrent. Il brandit son énorme hache et la jeta de toutes ses forces. Ils se cachèrent derrière le rocher. Mais leur protection fut balayé, et eux aussi. Ernax courut et récupéra son arme. Il se servit de la lame comme d’un bouclier. Il fonça vers son adversaire. Celui-ci bondit. Ernax l’attrapa au vol. Il l’écrasa à terre de toutes ses forces. Il s’écarta rapidement alors que le cadavre explosait. C’était un vrai champs de bataille. La ville était en train d’ëtre évacuée.
Assis, sur le plus grande tour de Ga-nera, se trouvait un être, entièrement encapuchonné. On ne voyait qu’un seul œil luire dans sa capuche. Il souriait.
Allez-y mes petits,, amusez vous.

Orph attendait. Il était caché. Il attendait. Il avait suivit son instinct. Il ne savait pas ce qu’il attendait mais il attendrait autant de temps qu’il le faudrait. Il n’était pas du genre à ne pas écouter son instinct. Il trouverait cette ville enfouit. La journée passa. Il n’avait pas fermé l’œil une seule fois. Il n’avait pas besoin de dormir. Il ne le pouvais plus. Pour passer le temps, il pouvait entrer en une sorte de transe. Le temps passerait alors plus vite mais il ne se souviendrais pas de tout. Il s’ennuyait à mourir. Il ne le savait pas mais il resterait ici encore longtemps.

Scyllia marchait courait dans la cité. Personne n’était capable de dire où se trouvait Ral et Frostal. Elle savait qu’Ernax était partit. Shaza avait encore besoin de se reposer. Elle s’arrêta plusieurs fois pour demander à des matorans s’il n’avait vu Ral ou Frostal. Elle appris bien vite que l’antique guerrier était partit mais personne ne savait où était Ral. Tant pis. Elle mit la cité en état d’alerte. Un rahi volant lui avait rapporté qu’une armée était en marche vers Ta-nera. Les Canons furent mit sur les remparts. Chaque matoran avait une arme. Les portes se refermèrent. De véritables bataillons se constituèrent. Des défenses furent mises en place. Ils allait être assiégés. La nourriture fut stockée. Cela durerait surement plusieurs jours. Elle ne connaissait pas le nombre d’ennemis mais une chose était sure : ils étaient en surnombre. Elle fit consolider les bâtiment principaux. Ils disposait de deux jours environs avant l’attaque.
Ral n’entendit rien. Il était bien trop occupé. Une arme à feu était quelque chose de si étrange pour lui. Il avait appris que son île avait une technologie bien plus ancienne que celle des continents. Il avait appris ce qu’était une arme à feu ou un char d’assaut. Il connaissait l’artillerie. Ce qu’il y avait de plus technologique, sur cette île, était le canon. Il soupira. Il en était à son trente deuxième essaie. Il n’abandonnerais pas. C’était un véritable défi mais il y arriverai.
Des éclaireurs sortaient sur des montures pour aller chercher le plus de vivres possibles. Scyllia plaça quelques piège, se servant de son talent avec la nature.

Ernax décapita le dernier ennemi et s’éloigna de la dépouille qui explosa peu après. Les ga-matorans se dirigeaient vers Ta-nera. Ils constituaient une longue colonne. Ils étaient escortés par deux guerriers. Ils étaient leur seule protection. Ils marchaient aussi vite qu’il le pouvaient. L’être encapuchonné rit. Il n’en attendait pas moins d’eux. Il se leva et se mit à parler dans un dialecte étrange. Il parlait vite est pendant longtemps. Lorsqu’il termina sa longue et interminable phrase, un portail s’ouvrit devant lui. Des éclairs violet crépitaient tout autour du portails. Ils finirent par tous se rejoindre. L’être avança. Il traversa les éclairs qui s’accrochaient à lui. Il disparut dans le néant du portail. Celui-ci se referma d’un coup. C’était comme s’il n’avait jamais été là.

Frostal avançait vite malgré sa lourde armure. C’était comme si elle ne pesait rien. Il ne courait pas. Il marchait. Il marchait très vite. C’était quelque chose d’incroyable. Voir quelqu’un marcher aussi vite. C’était comme si un être normal courait. Pas à pleine vitesse mais c’était une méthode très peu fatigante. Il serait bientôt à Po-nera. La fumée bleutée, qui se dégageait, de lui le rendait sinistre. Jadis il avait protéger cette île de tout mal. Et aujourd’hui, il s’était réveillé pour recommencer. Cette île avait connu une période de calme. Un très longue période où cette île avait été laissée tranquille. Elle avait finit par être oubliée. Le mal qui l’habitait en a profité pour ressurgir des entrailles de la terre. Il était le seul encore en vie qui ait connu ce mal. Cela remontait à longtemps, lorsqu’il n’était qu’un simple toa du fer. Il n’était pas le seul protecteur de cette île. Il y avait aussi les Garneils. Des créature semi animale. Ils étaient des sortes de toas mutés. Ils n’avaient pas de pouvoirs. Selon le rahi avec lequel ils étaient croisés, ils avaient différentes aptitudes. Ils devaient être une douzaines dans toutes l’îles. Ils parlaient leur propre dialecte mais ils protégeaient les matorans. Frostal était le seul toa de l’île. Il était un toa puissant, très puissant. A l’époque, il n’avait pas encore cette lourde armure. Il se battait avec une épée à deux mains et c’était tout. Son kanohi avait le pouvoir de rendre liquide les matières solides comme la roche ou le métal. Il ne pouvait pas rendre liquide quelque chose de vivant. Ce pouvoir de pouvait pas tuer directement. Ce n’était pas grave, il s’en servait autrement. Tout se passait bien sur cette île. Il n’y avait pas grand-chose à signaler. Pourtant , un beau jour ou plutôt lors d’une nuit, un petit météore qui avait pour diamètre un toa, s’écrasa sur cette île. Personne n’y avait prêté attention jusqu’au jour où un matoran retrouva le météore. Il était fendu en deux et l’intérieur était creux. Il y avait donc eu quelque chose à l’intérieur. Certains n’en étaient pas sur. Frostal avait appeler des renforts, juste par précaution. Il avait bien fait car quelques jours après, les Garneils devinrent fous. Ils avaient été corrompus. Il attaquèrent les villages justes au moment où une troupe de dix toas arriva sur l’île. La bataille fut sanglante. Même sans pouvoirs, les Garneils valaient bien les toas au combat. Frostal était très puissant et s’était en parti grâce à lui que les Ganeils avaient été tués. Il se servait du pouvoir de son masque pour faire fondre du métal puis de son pouvoir élémentaire pour lui donner la forme qu’il voulut et le solidifier. Il pouvait donc envoyer des petits pics de métal où encore ligoter un ennemis avec. Les douze Garneils avait été tués. C’était la fin de cette race qui vivait depuis si longtemps. Ils étaient les derniers et ils avaient été tués. La forêt pris soudainement feu quelques jours après. Et, chose incroyable, le feu s’éteint seul. Frostal soupçonnait qu’une entité vivait ici. Il ne fit jamais part aux autres de cette pensée. Il valait mieux ne pas les affoler. Quelques jours plus tard, une énorme créature de pierre se dégagea des flancs de la montagne. Elle faisait bien la moitié de cette énorme masse de roche. Ce qui restait de la montagne s’écroula. Le géant de pierre pris la direction de la mer et disparut aux yeux de tous. Pendant les jours qui suivirent, il y eu comme une sorte de bataille dans l’océan. Des gerbes d’eaux étaient soulevée, des vague de xi mètres s’écrasaient sur l’île. La terre tremblait. Il semblait que ce soit une bataille entre deux titans. Tout finit par se calmer. Certains ko-matorans dirent qu’ils avaient vu, au plus haut des montagnes enneigés, une monstrueuse créature de glace. Ils disaient que la nuit, elle sortait de sa cachette et rugissait. Le son se répercutait dans toutes les montagnes, provoquant des avalanches. Ensuite ce fut au tour du volcan de Ta-nera. Il n’en trait pas en éruption pourtant des gerbes de lave étaient projetés, haut dans le ciel. Tout les éléments finirent par se calmer. Laissant l’île dans u faux repos. Frostal décida de rechercher le mal de hantait cette île pendant cette période de calme. Ils n’étaient plus que sept toas. Ils mirent un bout de temps avant de trouver l’origine de ce mal. Dans une grotte, au fin fond des montagnes enneiges, se trouvait la créature issue du météore. C’était un être perfide et puissant. Devant les sept gardiens se tenait une entité démoniaque. Il était grand et ressemblait à un démon. Il avait deux cornes qui partaient vers l’arrière ainsi que deux énorme ailes. Ses pieds et ses doigts étaient griffus. Il ressemblait vraiment à une créatures issue des pires cauchemars des toas. La bataille fut longue et seul Frostal rentra. Il était le seul à savoir ce qui s’était passé là bas. Il était le seul à savoir ce qu’il était advenu de la créature. Il était le seul à savoir que c’était une puissant entité. Il était le seul à savoir que ce mal se nommait Ragnor. Il était aussi mortellement blessé. Il tomba devant une armure, la toucha de sa main gauche. Ses yeux se fermèrent et…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Jeu 28 Avr 2011 - 12:15

Voici le chapitre 17. J'espère qu'il voyus plaira.

Chapitre 17

Scyllia était sur le chemin de ronde. Elle guettait. Elle ne voulait pas que cette ville soit détruite. Elle devrait surement aller voir les autres pour leur demander de l’aide. Elle soupira. Elle n’aimait pas Enian. Elle était incapable, physiquement, de trouver Kell. Ouros passait son temps à se cacher. Et Irla ainsi que Trenk se trouvaient au même endroit et cet endroit était très éloigné. Elle soupira de nouveau. Elle était bloquée ici et ne pouvait aller chercher de l’aide. Le plus près était Enian. Elle n’avait aucune envie d’aller le voir et c’était très dangereux pour elle. Elle leva la tête et regarda les étoiles. C’était une nuit calme, très calme. Une main se posa sur son épaule. Elle se retourna et vit Shaza. Elle ne l’avait jamais vu en face. La toa de foudre prit la parole.
-Je vous remercie. Sans vous, je serai morte à l’heure qu’il est.
-Ce n’est rien, répondit la femme plante, mais vous devriez vous reposer.
-Marcher n’a jamais fait de mal à personne.
Shaza vit que Scyllia n’allait pas très bien.
-Qu’avez-vous ?
-Rien…Enfin si. La ville va se faire attaquer et je ne peux la défendre… Je pourrais aller chercher de l’aide mais je ne pourrais défendre la cité. De plus, je risque d’y laisser ma vie et je n’en ai aucune envie.
-Je pourrais aller chercher cette aide.
-Non ! Shaza, c’est trop dangereux et dans ton état…
-Justement, dans mon état, je ne peux protéger cette cité. J’ai envie d’être utile. Je ne peux rester là les bras croisés. C’est insupportable pour moi.
-Je comprend… Va au volcan et descend l’intérieur. Tu devras bien chercher et trouver un escalier. Les marches son peu larges. Si tu fais un faux pas, tu tomberas dans le bassin de lave. Une fois arriver en bas, tu arriveras au niveau du bassin de lave. Tu t’en approchera et tu diras : Enian, c’est Scyllia qui m’envoie. Tu devras ensuite attendre qu’il apparaisse et lui demander son aide. N’hésite pas à le supplier même si c’est déshonorant.
La toa hocha lla tête et partit. Elle avait quelqu’un à trouver. Scyllia se remit à regarder au loin, attendant cette armée.

Ral avait déjà créer plein d’a rmes différentes. Ce n’étaient que des prototypes et ils avaient plus de chance d’exploser dans les mains de l’utilisateur que de tirer. Il était tout de même assez fière de ses créations. Il sortit prendre un peu l’air. Il était rester confiné beaucoup trop longtemps. Il vit qua la cité était en branle bas de combat. Il devait trouver Scyllia. Il ne savait pas ce qu’il se passait.

Tohrak et Ernax escortait les Ga-matoran. Il y avait toujours un grand danger sur l’île. Tohrak était pensif. Retrouverait il un jour les siens. Il ne le savait pas. Il espérait. Il devait aider les siens. Mais il était bloqué ici parce qu’il s’était engagé dans un nouveau combat. Il marchait tranquillement, son épée à porté de main. Il remarque qu’Ernax n’avait pas lâcher sa hache. Elle était vraiment énorme. Jamais il n’aurait su la porter. Intérieurement, il adimirait Ernax pour sa force et son calme. Jamais il ne faisait une action de travers. Il soupira. Jamais il ne serait comme lui. Il serait toujours fougueux et intrépide. Les rahi volant s’envolèrent tous d’un coup. Quelque chose approchait. Deux yeux se mirent à luire dans le noir. Une grande masse sombre approchait. Qu’était ce ? Ou plutôt qui était ce ?

Frostal était à Po-nera. La ville était déserte. Il n’y avait aucun habitant, juste des cadavres. Rien d’autre. Certains bâtiments étaient en ruines. C’était une brute qui avait fait ça. La plupart des corps étaient tranchés en deux. C’était une longue et lourde lame qui avait fait ça. Il se pencha et toucha le sable. Il en prit une poignée et l’huma. Il n’avait plus de nez mais il possédait toujours cette faculté. Il ne sentit que l’ombre. Une ombre qu’il avait déjà sentit auparavant. Il se retourna et vit une silhouette, émergé de l’ombre d’un bâtiment. Il ne sentait pas sa présence. Cette personne n’avait aucune aura, aucune agressivité. A sa démarche, il reconnut que c’était une femme. Elle s’approcha. Il vit qu’elle tenait deux dagues. Ce n’était pas elle qui avait commis tous ces meurtres. Elle avait une allure reptilienne. Frostal se mit en garde. Elle s’approcha de lui et dit d’une voix douce et mélodieuse :
-Je suis sure que tu connais Ral. Pourrais tu lui dire qu’une dénommé Night l’attend Ici.
Frostal ne bougea pas. Il voulait finir ce combat en un coup. Ce serait moins fatiguant. De plus, il savait son adversaire très puissante. Elle rangea lentement ses dague avant d’ajouter :
-Je ne t’attaquerait pas. Je veux la voir, lui et uniquement lui.
Frostal se remit droit. Il n’avait pas l’habitude de combattre les femmes. De plus cella là n’en voulait pas à sa vie. Il répondit d’une voix glaciale :
-Je lui dirait mais en échange, me diras tu où est celui qui a détruit ce village ?
Elle sourit et dit :
-Il se cache au niveau de la clairière, près des mines désaffectées.
Il savait qu’elle disait la vérité.
Il partit. Il allait tuer celui qui avait osé décimer ce village. Il savait où étaient les mines. Mais de son temps, elles étaient encore en activité en non désaffectés.
Un bruit se fit entendre. Scyllia vit une énorme quantité de bohrok ainsi que de créature volante. Les ennemis arrivaient masse. La bataille allait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thebionicle57
Vétéran récompensé
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 20
Localisation : Errant dans l'Univers

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Jeu 28 Avr 2011 - 19:00

tu devrais en faire des bouquins tes trucs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Jeu 28 Avr 2011 - 20:53

J'écris déjà un roman... Puis, ce n'est pas l'histoire réelle et les chapitres sont beaucoup trop court.
Merci du commentaire tout de mêm. J'avais l'impression de ne plus être lu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loserkiller
Esprit Divin
avatar

Nombre de messages : 5682
Age : 28
Localisation : Autour de Mata-nui.

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Ven 29 Avr 2011 - 13:06

Je me vois mal te donner un avis complet étant donné que je n'ai pas lu les 17 chapitres néanmoins je peux te donner un conseil. N'hésite pas (et cela vaut aussi pour les autres membre écrivant des fan-fics) à aller poster ta fic sur Bionifigs aussi. Tu auras ainsi plus de gens qui liront t'ont travail et pourront le commenter.
Par contre, avant de refaire ça tu devrais remettre en page les premiers chapitres dont les paragraphes ont été déstructurés suite au copiage/collage sur le forum.

_________________
~Administrateur de Bionicle Legends, Galidor Legacy, du Frost Fan Club et concept designer de Bionicle BOLT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Ven 29 Avr 2011 - 16:29

Je poste déjà sur Bionifigs mais il y a moins de personnes qui postent leurs avis. Pour la restructuration des premeier chapitres, disons que lorsque j'aurais finis cette fic', j ferai une réécriture où il y aura tous les chapitre d'un coup.
Néanmoins, merci de ce commentaire qui me fait savoir qu"'il y a toujours du monde qui lit cette fiction.
Sans plus attendre, un nouveaux chapitre:

Chapitre 18





L’être était vraiment immense. Il était plus grand qu’Ernax. Deux yeux vert luisaient bien fort dans l’obscurité. Ernax se mit en garde tandis que Tohrak visait l’être de son épée. L’inconnu fit encore un pas, sortant de l’obscurité. Il avait une allure reptilienne. C’était une masse de muscle. Son armure avait l’air résistante. Une crête métallique verte parcourait son échine. Son bras gauche était métallique. Il était de couleur vert et gris. Il avait un canon sur l’épaule droite. Une queue finissant par des lames s’agitait derrière lui. Il avança encore d’un pas. Il vit que les deux protecteurs avaient une expression menaçante. Il dit d’une voix enroué et faible :
-Je ne suis pas ici pour chercher querelle. Je ne fais que passer.
Ils furent tous deux surpris de ce qu’avais dit cette chose.
-Etes vous à l’origine des problèmes sur cette île ? demanda Tohrak.
Il connaissait déjà la réponse de la créature. Qui aurait répondu « oui » alors qu’il est menacer ?
-Pas encore…
Ce fut la réponse qu’il donna. Ernax réagit immédiatement. Il fonça sur le colosse. Il brandit sa hache à deux mains et l’abattit de toutes ses forces. L’être vert et gris attrapa la lame par le tranchant avec sa main métallique. Il avait paré le coup sans broncher. Toht=rak allait aider Ernax mais celui-ci lui dit :
-Escorte les matorans, il n’st peut être pas seul.
Tohrak se résigna. Il partit avec les matorans qui fuyait. Seule Dernia était restée près de lui. Le colosse repoussa Ernax comme s’il ‘était qu’un enfant.
-Pars, lui dit-il, je te poursuivrait pas.
-Jamais ! répondit la bête. Je ne te permettrais pas de faire du mal à cette île où aux habitants !
Le colosse soupira.
-Je me nomme Sarkan. C’est le dernier nom que tu vas entendre.
Ernax donna un coup lattéral de sa hache. Sarkan le bloqua de la même manière. Ernax recukla. Le colosse brandit son poing. Des mini propulseurs, fixés sur le dos de sa main, rugirent. Le coup fut extrêmement violent et Ernax n’eut ni le temps de le parer, ni le temps de l’esquiver. Il fut touché en plein poitrine et vola. Il resta en l’air sur dix mètres et il glissa encore sur cinq mètres. Sarkan l’avait envoyé comme s’il ne pesait rien. Sa force était prodigieuse. Alors qu’Ernax tentait de se relever, le gueule du canon se mit à devenir bleue. Une vive lumière bleue éclairait les alentours. Il y eut un sifflement et Ernax vit un rayon lui traverser le corps. La résistance de son armure n’avait rien changer. Sarkan fit demi tout, partant là où il en avait envie. Il murmura pour lui-même :
-Je t’avais prévenu…
Un main griffue se posa violement à terre. Elle fut suivie d’une deuxième. Des muscles se contractèrent. Un corps se souleva. Un genoux fut posé à terre, suivit d’un pied. Un autre se posa lui aussi. Une queue fouetta l’air. Un être se releva. Une hache resta à terre. Il essuya le sang coulant par sa bouche. Il voyait tout autour de lui. Il percevait chaque détail. Il ne voyait pas, il ressentait. Tout apparaissait nettement. Il vit Sarkan qui se retournait.
-Tu aurais mieux fait de rester couché. A quoi cela te sert-il de jour les héros ?
-Je ne suis pas un héros, rétorqua Ernax, je suis un protecteur. Le rôle d’un protecteur et de se sacrifier pour sauver les autres. Je les défendrais jusqu’au péril de ma vie ! Il y a bien longtemps que j’ai pris cette résolution !
Il était droit et fier. Il ne se souciait pas de ses blessures. Il avait un trou de dix centimètres de diamètres dans le torse. Un de ses poumons était perforé. Pour tant, il restait droit, ne paraissant pas souffrir de ses blessures.
-Très bien, répondit Sarkan.
Ernax se mit en position de course. Pour lui, toutes les réponses se trouvaient dans la vitesse.
J’ai faillis oublier qui je suis.
Ses muscles se contractèrent. Il grogna. Tout ce détendit d’un coup. Il partit une vitesse folle. Les réacteurs sur le mains de Sarkan s’activèrent. Ils rugirent.
-Viens, je t’attend.
Le canon émit une lumière bleutée. Il tira. Ernax ne chercha pas à esquiver. Il ne devait pas perdre de vitesse. Le rayon le traversa une nouvelle fois. Il avait un nouveau trou dans son armure. Il était résolu à mourir. Sarkan était en position de combat. Ernax était à porter les deux frappèrent en même temps. Les deux furent touchés. Un colosse vola et s’écrasa plus loin pour ensuite essayer de se relever mais ne spas y arriver. Ses forces le quittèrent et il sombra.

Ses pas résonnaient sur le sol. Il ne cherchait plus à trouver Scyllia mais plutôt à trouver un moyen de défendre correctement la cité. Un escadron de créatures volantes passèrent devant lui. Elles étaient noires et visqueuses. Il invoqua son pourvoir élémentaire. Des pics de glace volèrent, faisant s’écrouler les ennemis. D’autres piquèrent sur lui. Il créa un pilier de glace. Ils durent se séparer. Il créa une passerelle de glace qui l’amena jusqu’au toit. Il sauta, tourbillonna et en tua deux autres. Un disque tranchant de glace en décapita un. Les matorans se battaient comme ils le pouvaient. Les bohroks étaient bloqués. Il ne savait pas par quoi. Il avait énormément progressé depuis qu’il était devenu un protecteur. Il vit une ombre voler dans le ciel. Il savait à qui elle appartenait mais il n’en avait pas encore le temps. Il ne devait pas s’abandonner à la vengeance. Il avait blessé une amie à cause de cela. Il ne le ferai plus jamais. Il déchaînait toute sa puissance élémentaire contre ses assaillant qui étaient très nombreux. Il avançait dans la cité, ne laissant que des mort derrière lui. Il activa la fonction de son œil mécanique et fit un zoom sur l’ombre.
C’est bien lui.
Il posa sa main, surmontée de griffes, au sol. Il ferma les yeux. Il voyait toute la cité et un peu les alentours. Des plantes retenaient les bohroks. Des plantes plutôt agressives. Il voyait chaque combat. Il voyait Scyllia. Il ouvrit les yeux. Cela lui prenait beaucoup d’énergie. Il était sur que s’il tuait le chef de cette armée, elle ferait marche arrière. Medghath de lui échapperait pas.

Shaza courait sur la pente du volcan. Il fallait qu’elle fasse vite. Elle voyait la ville, assiégée. Elle ne tiendrait pas longtemps face au nombre d’assaillant. Elle se demandait d’où pouvait provenir autant de créature. Cela restait un mystère. Elle était arrivée au cratère. Elle regarda. ‘était haut. Elle pouvait presque voir le bassin de lave. Elle fit le tour du cratère et descendit la pente, qui était de l’autre côté. Elle trouva une entrée, mal dissimulée par les buissons. Elle entra. Il faisait un peu chaud. Mais pas grand-chose de plus qu’à l’extérieur. Elle progressa jusqu’à se trouver dans une salle. Elle était vide. Elle continua. Elle avait l’impression que quel’un la regardait. Elle se retourna brusquement. Rien. Il n’y avait rien. Elle quitta la salle. Un petit œil de feu sortit de sa cachette qui était une fente dans le mur. Elle se retrouva face au vide. Elle pouvait clairement voir le bassin. La chaleur remontait. Etait toujours supportable. Elle ne voyait pas l’escalier. Elle vit qu’elle était un peu en avant par rapport au mur composant le cratère. S’agrippant à la paroi, elle se pencha sur le côté et vit l’escalier, deux mètres plus loin. Elle prit son courage à deux mains et s’aidant de la paroi, se jeta dans le vite. Elle alors le petit rebord qu’elle aurait put utiliser pour accéder à l’escalier. Ses pieds touchèrent l’escalier, elle buta contre le mur, fut déséquilibrée vers l’arrière. Elle allait tomber. Elle réagit plus vite que l’éclair. Elle prit un de ses griffes et la planta dans le mur naturel du volcan. Elle se remit sur l’escalier. Elle regardait bien où elle mettait les pieds. Plus elle descendait, plus elle avait chaud. Elle arriva au bassin sans encombre. Elle récita le phrase que Scyllia lui avait demander de dire :
-Enian, c’est Scyllia qui m’envoie quérir votre aide.
Elle vit qu’il n’y avait aucune réponde. Elle se mit à genoux, se courba et ajouta :
-Je vous en supplie, nous avons besoin de votre aide maintenant plus que jamais.
La lave dans le bassin remua…

Orph attendait toujours. Cela faisait longtemps qu’il était là. Il y resterait le temps qu’il faudrait sauf si le maître l’appelait. Il se demandait ce que faisait les autres. S’amusaient ils bien. Il n’avait rien à faire ici. Lui qui était plutôt joueur et casse-pieds s’ennuyait à mourir ici, bien qu’il soit déjà mort.

Frostal allait aussi vite qu’il le pouvait. Il devait rejoindre Ta-nera. Il savait que sa cité était attaquée. Il partageait un lien unique avec elle. Il ressentait la peur, la souffrance, le chaos. Il n’hésiterait pas à ce sacrifier une nouvelle fois pour sauver cette île. Cette île devait être en paix. Il avait l’impression que personne ne comprenait. Il continua sa marche effrénée à travers la végétation. Il ne devait pas arriver trop tard.

Tohrak se demandait où était passé Ernax. Il ne revenait pas. Avait-il été vaincu ? Il espérait que non. Il ne voulait pas être seul poiur affronter la créature. Il s’approcha de Dernia et lui dit :
-Guide ton peuple jusqu’à Ta-nera. Reste à l’abri des ennuis.
-Où vas-tu ?
-Le chercher.
Il partit en courant.
Je suis désolé. Je devrai rester avec eux mais je ne peux abandonner un héros !

Scyllia avait retenu les bohroks assez longtemps. Elle en avait même tué un bon nombre. Mais ce n’avait pas été suffisant. Les portes avaient été abattues. Le chaos régnait dans la cité. Elle espérait qu’Enian répondrait à son appelle. Il aimait bien la taquiner. Elle soupira. Une lian étrangla un créature ailée alors que d’autres démembrèrent un bohrok. Ils étaient plus nombreux que ce qu’elle pensait. Elle avait l’air d’une reine au milieu de ce champs de bataille. On pouvait dire qu’elle l’était. Elle était digne et aucun ennemi n’arrivait à l’approcher. Pourtant, elle était loin d’avoir toutes ses forces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Dim 1 Mai 2011 - 15:45

Quand tu veut dire "Il sombra", cela veut dire que Sarkan est mort ?
Sinon, rien a redire, cette fiction a très bien commencé, elle se poursuit très bien. Franchement, ne t'arrête pas, ou je n'arrêterai pas de te harceler de MP pour te réclamer une suite ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness
Héros inter-galactique
avatar

Nombre de messages : 2007
Age : 22
Localisation : Dans le Chaos

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Dim 1 Mai 2011 - 16:29

Aha! Sarkan ou Ernax ! mouhahahaha! je suis machiavélique.

Chapitre 19






Au niveau de l’espace, les grand être regardaient. Ils voyaient cette petit île en proie à un grand chaos. Enfin, ils ne la voyaient pas vraiment. Ils avaient d’autres préoccupations. Ils ne voyaient pas qu’un grand mal se servaient de cette île pour germer. Ils n’avaient put empêcher sa première apparition et ne faisaient rien pour son renouveau. Les habitants de l’île devraient se débrouiller seuls.

Ta-nera était en morceau. Les bohroks avaient forcer la porte, les créatures volantes se jetaient sur les pauvres matorans. Ral se démenait comme il le pouvait, tranchant toujours plus d’ennemis. La marée vorace ne faiblissait pas. Ral Transperça un borohk avec sa lance. Il la retira alors qu’une créature volate lui fonçait dessus. Il n’eut pas le temps de réagir. Elle le percuta. Sa lame vola. La crature le maintenait cloué au sol. Elle allait le mordre au niveau de la gorge mais un ko-matoran s’interposa. Il fonça sur le bête avec sa lance. Elle l’envoya à terre d’un coup de griffes. Ral put dégager son bras droit-Moi aussi j’ai des griffes !
Il poussa un cri inarticulé et planta les griffes du dos de sa main dans la gorge du monstre. Elle poussa un cri étranglé. Ral poussa le corps de côté, se releva et contempla la ville. Elle était en proie au flammes. Les bâtiments étaient détruits. Il ne restait pas grand-chose de la magnificence de la cité. Il ramassa son arme et s’approcha du Ko-matoran qui se relevait.
-Merci, lui dit il.
Il se jeta dans la mêlée. Son but était de sauver le plus de matorans. Il décapita une créature ailée. Il coupa en deux un bohrok. Il congela cinq ennemis. Un rayon rouge le toucha à l’épaule. Il ne faiblit pas. Il déploya toute sa puissance Jamais il n’avait ressentit ça. Tous les ennemis assez prêt de lui se retournèrent en sentant cette puissance. Les matorans s’enfuirent. Ils avaient bien raison. Derrière Ral se forma un immense mur de glace et de neige. Ral utilisait toute ses forces pour le faire. Il se laissait guider par son instinct. Le mur attint facilement les dix mètre de haut. Ral se retourna et planta sa lance dedans. Il se retourna vers ses ennemis et utilisa son contrôle de ma glace. Tous se dirigèrent vers luii. Le mur bacula, devenant une véritable avalanche. Une avalanche de neige et de glace. Elle s’écarta à l’endoirt où était Ral. Celui-ci récupéra sa lance. Les ennemis étaient ensevelis. Les bâtiments n’avaient pas résistés non plus. Il ne savait pas vraiment comment il avait fait cela. Il était épuisé mais il ne pouvait prendre de repos. Il continua à mener les assauts.

Scyllia écrasait ses opposants sans aucun problème Petit à petit, elle devint trop sûre d’elle. Elle ne faisait pas très attention, pensant ses ennemis faibles. Certes par rapport à elle, beaucoup l’étaient. Ses lianes tranchaient proprement les têtes, les bras, les jambes, les torses. Elle comprimait, écartelait, démembrait, tranchait, strangulait ses ennemis. Aucun ne l’avait encore approcher assez près pour la toucher et elle parait les tirs avec des murs de plantes. Elle ne voyait pas Medghath qui volait au dessus d’elle. Alors qu’elle combattait une dizaine d’ennemis en même temps, elle fonça. Dès qu’il fut derrière elle, il lâcha un laser noir. Le rayon la percuta dans le dos et elle tomba au sol. Ca la brûlait. Elle se retourna et vit Medgahth qui souriait. Il pointa sa mitrailleuse vers elle et dit :
-C’est finit pour toi. Il ta. La balle partit à toute vitesse pour percuter une lame blanche qui décrivit un arc de cercle. Megahth esquiva le coup qui aurait dut lui trancher la tête.
-Tu veux ta revanche ? Tu as eu de la chance l’autre jour. Si Shaza n’avait pas été là…
Ral fut surpris qu'il conaisse le nom de la toa de foudre.
-Tu la connais ? demanda t-il.
-Qu’est ce que sa peux te faire.
Sa main pourvue de griffes oranges se leva. Un rayon noir en jaillit pour se diriger vers Ral. Celui-ci garda son sang froid.[/size]
Calme, je dois rester calme…
Il insuffla l’énergie du givre dans sa lame. Il frappa le rayon qui se coupa en deux. Son ennemi prit son envol. Il le visa avec sa mitrailleuse. Elle se mit à tourner et les balles jaillirent. Ral courait, évitant cette grêle mortelle. Il se protégea avec un bouclier de glace. Sa lame blanche fit un arc de cercle dans le ciel. Une lame de glace, semblable à un boomerang fonça vers l’ennemi muni d’ailes. Celui-ci l’évita aisément.
-Que crois tu petit ?! Que tu peux me vaincre ?! tu es faible ! cria Meghath.
-Toi aussi tu l’es, dit Ral entre ses dents.
Medghath n’avais pas entendu. Il se mit en boule et l’énergie noire de l’ombre forma une sorte de coquille autour de lui. Un rayon givrant percuta la carapace qui ne broncha. Pas. Ral ne savait pas quoi faire. La coquille se brisa d’un coup, libérant des dizaine de tentacules d’ombres. Ral essaye de les esquiver mais il y en avait trop. A chaque fois qu’elles touchaient quelques chose, elles disparaissaient. C’était une véritable pluie. Il essaya de se protéger derrière un bouclier de glace mais celui-ci céda. L’inévitable se produisait. Tous les traits d’ombre filèrent vers Ral qui hurla de douleur mais aussi de rage. Il utilisa ses dernière force pour mettre de la glace sur sa lame. Il en mettait de plus en plus à une vitesse folle. Sa lame grandit d’un coup, fonçant sur Medghath qui fut surpris et n’eut pas le temps d’éviter. Ceux qui virent se combat de loin, virent une lame blanche et brillante s’allonger empaler un ennemi volant. Ral tomba. Sa lame de glace se brisa. Medghath avait eu de la chance. Aucun de ses organes n’avaient été touchés. Il avait le flanc transpercé. Il enleva la lame de glace qui devenait peu à peu rouge, s’imprégnant du sang. Ral ne pouvait plus bouger. La dernière attaque de Medghath l’avait mit hors de combat. Il avait mal partout. Il vit que le roi du mal allait les finir, lui et Scyllia.
Alors, c’est vraiment la fin … ?
D’un seul coup, il entendit le volcan, derrière Medghath, gronder et une boule de feu en sortit. Ral fut surpris. Medghath se retourna et vie que a coule de feu lui fonçait dessus à grande vitesse. Il allait la détruire d’un rayon mais il préféra l’esquiver. Scyllia sourit et dit :
-La voilà.
Ral se demandait de qui elle parlait. Medghath se déplaça de côté et l’être blanc vit la boule de feu modifier sa trajectoire. L’ex toa s’écrasa dans une ancienne maison. Un être mesurant enivrons un mètre soixante cinq et fait de feu regarda Medghath qui se relevait. Cet être n’avait pas de bouche. Il avait deux yeux jaunes qui brillaient. Il avait une allure de toa. Rien de bestial en lui. Juste une créature entièrement faite de feu. Il tendit sa main vers la toa corrompu. Une énorme boule de feu en jaillit. Medghath l’esquiva en s’envolant. Le bâtiment derrière lui fut réduit en cendre. L’être flamboyant dit d’une voix étrange, crépitante :
-Les airs sont mon terrain !
Medghath se prit un formidable coup de pied dans la face. Sa mâchoire craqua. De plus, il était brûlé. Il se stabilisa et dit à Ral :
-Tu peux être sur que la prochaine fois j’aurais ta peau !
Un portail apparut devant lui. Il s’y engouffra. Le portail disparut aussitôt. L’armée ennemis commençait à s’enfuir. La créature flamboyante se posa. Elle marcha jusqu’à Scyllia, ou plutôt s’arrêta à deux mètre d’elle pour éviter de la brûler. L’impératrice des plante se leva. Elle demanda :
-Où est Shaza ?
-Tu veux parler de la toa. Elle doit être en train de courir sur les pentes de volcan pour essayer d’arriver ici…
Scyllia fit encore un pas et s’arrêta.
-Merci Enian. Merci d’avoir répondu à mon appel.
-Tu crois que je fais ça gratuitement ?
Scyllia fut surprise mais elle aurait dut s’en douter. Jamais ilo n’aiderait des personne en difficultés pour rien.
-Que veux tu ?!
Sa voix était froide et tranchante. Il sourit et répondit :
-Un câlin.
La femme plante titra une tête qui fit éclater de rire Enian.
-Alors toi, tu vas me la payer !
D’un coup, La mine d’Enian devint sérieuse. Il ne rigolait plus.
-Viens, il faut qu’on parle.

Tohrak courait. Il était près du lieu de combat. Il avait son épée à la main. Il vit des traces de lutte. Il continua de courir et vit une masse sombre, immobile il s’approcha et…

Medghath était agenouillé devant son seigneur.
Comment as-tu pu perdre ?

-Je suis désolé mon seigneur. Mais un nouvel arrivant s’en est mélé.
Un nouvel arrivant ?
Oui, un être fait de feu.
Le seigneur des ténèbres se mit à rire.
Je le connais. Je comprend que tu ais perdu mais ne me déçois plus. Va retrouver les autres et dis leur de venir ici. Il va falloir que nous changions de stratégie.
-Comme vous le voudrez maître.
Il ouvrit un portail et s’engouffra dedans, laissant l’entité démonique seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Agora
Vétéran à armure type 2.0
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 19
Localisation : A ton avis ?

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   Dim 1 Mai 2011 - 21:09

C'est toujours aussi bien. Il y a une chose que je n'arrive pas à comprendre: pourquoi personne ne vient sur cette fiction que je trouve fabuleuse ><"
Franchement, elle est géniale cette fiction. Si ça continue, je vais croire que le fofo est aveugle ! Non mais...je veut pas qu'elle est de fin !
Et dis toi que même si il ne poste pas beaucoup, il y a quelqu'un qui lit ta fiction Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Le dernier espoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fan-Fiction] Le dernier espoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Délios : Le dernier espoir
» Dernier Espoir.
» Avis d'armure pour GS
» [fan-fiction]l'espoir des toa.
» [Fan-Fiction] Dener, héros jusqu'au bout ! Chapitre 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bionicle-legends :: Division MOC & Créations Personnelles :: Section Fan-Fics, Fan-Arts & Stop Motion-
Sauter vers: